Post-Covid : les acheteurs exigent désormais une expérience client à la B2C

par | Juil 5, 2021 | , | Data, Connaissance client, IA - Insights, Vente et Management commercial - Insights

Un chiffre, pour commencer. Selon Salesforce, 56 % des acheteurs B2B sont prêts à payer plus pour une meilleure expérience client. La pandémie de la Covid-19 a-t-elle aboli la frontière entre le B2B et le B2C ? Eléments de réponse dans ce billet de la rédaction BtoB Leaders.

B2B ou B2C : à la fin, c’est toujours l’humain qui décide

La frontière entre l’expérience client B2B et B2C commençait déjà à devenir poreuse au début de la décennie 2010. La pandémie de la Covid-19 n’a donc pas lancé la tendance à proprement parler, mais elle l’a catalysée, lui faisant gagner plusieurs années en l’espace de quelques mois. Le télétravail, qui a découlé des mesures de distanciation physique pour endiguer la pandémie, a bousculé les repères et bougé les lignes :

  • La digitalisation du parcours d’achat B2B a mis à nu l’inadéquation des interfaces proposées aux acheteurs. Le gap entre l’expérience client B2B et B2C est alors apparu au grand jour.
  • Le télétravail a apporté une certaine légèreté, voire intimité dans les échanges professionnels. Les marketeurs ou vendeurs B2B ont pu apercevoir une autre facette de la vie de leurs interlocuteurs en visioconférence : maison, enfants, animaux domestiques, etc.
  • Cette « désinformalisation » des échanges a permis aux marketeurs et vendeurs de réaliser que les entreprises clients sont composées de personnes réelles. Ces dernières ont donc des attentes, des craintes, des aspirations, des préférences.

Il faut ici rappeler que l’expérience client s’impose désormais comme un critère crucial dans le parcours d’achat. En effet, selon une étude Salesforce, 80 % des acheteurs estiment que l’expérience proposée était au moins aussi importante que le produit ou service du fournisseur. Difficile de faire plus éloquent lorsqu’il s’agit d’illustrer l’importance décisive de l’approche customer-centric, y compris dans le B2B.

En somme, le Marketing et les Sales ont redécouvert l’acheteur qui reste après tout un décisionnaire humain. Le B2B lie deux entreprises, mais ce lien est établi via des individus dont le comportement n’est finalement pas aussi différent du consommateur. Certaines entreprises n’hésitent d’ailleurs pas à brouiller les pistes en employant des ingrédients B2C dans leurs campagnes de communication B2B.

La campagne de communication très B2C de Wirepas

Chez BtoB Leaders, nous avions d’ailleurs documenté le cas Wirepas. Acteur disruptif de l’IoT pour les entreprises, la jeune pousse finlandaise a lancé une campagne créative, reprenant les codes du marketing B2C pour conquérir un cœur de cible exclusivement B2B. Au menu : des teasers, des publicités à l’humour piquant, un storytelling bien senti, un récit d’entreprise finement ciselé, etc. Mia Karlsson, SVP Global Marketing & Communication chez Wirepas, expliquait au micro de BtoB Leaders :

« Comme nous sommes une entreprise à taille humaine, nous devons faire preuve de créativité pour être vus et entendus. Pour casser un peu ces codes et attirer l’attention, nous avons opté pour une campagne de communication décalée. Le B2C et le B2B ont chacun leurs codes mais à la fin, c’est toujours l’humain qui reçoit le message. Cela vient également de la nature du produit, qui est assez technique. Cela nécessite donc une approche de vulgarisation car la cible, même dans un cadre B2B, n’a parfois qu’une connaissance superficielle de l’IoT. »

Mia Karlsson, SVP Global Marketing & Communication chez Wirepas.

Une approche hybride pour séduire l’acheteur – explorateur

Les études qui se sont intéressées à cette dynamique se suivent et se ressemblent. Comme l’enquête Salesforce citée plus haut, un travail de recherche mené par Oro, pionnier de l’e-commerce B2B, explique que l’expérience client s’impose progressivement comme le principal catalyseur de croissance et de différenciation dans le B2B. Présentée à l’occasion d’un webinar organisé par Forrester, leader mondial de la recherche et du conseil, cette enquête explique que les entreprises ont intérêt à opter pour une approche hybride qui cumule le meilleur du B2C et du B2B. L’acheteur doit avoir à sa disposition :

  • Une information claire, concise et surtout facile à consommer. Rappelons que la quantité moyenne de contenu consommée en une journée a doublé en 2020 (selon Seismic).
  • Un conseiller humain capable de répondre à ses interrogations, mais aussi de le rassurer.

Les décideurs B2B n’ont jamais été aussi bien informés. Le laps de temps entre le déclenchement du parcours d’achat et la prise de contact avec un vendeur n’a jamais été aussi important. Pour continuer d’aiguiller efficacement l’acheteur – explorateur, l’entreprise doit lui baliser le chemin, comme dans le B2C. Elle est attendue sur :

  • D’abord, la production d’un contenu accrocheur et à forte valeur ajoutée, dans une logique Inbound ;
  • Ensuite, un effort de visibilité sur les réseaux sociaux et les moteurs de recherche (SEO) ;
  • Une certaine notoriété et une aura d’expert ou de référent sur son cœur de métier, notamment sur LinkedIn. Rappelons que 75 % des acheteurs B2B se disent « influencés de manière significative » par les réseaux sociaux pour ce qui est des décisions d’achat (édition 2020 du rapport The LinkedIn State of Sales) ;
  • Une étude approfondie et itérative des Buyer Personas pour être à la page de leurs préoccupations, attentes et aspirations ;
  • Une disponibilité à toute épreuve et en omnicanal : téléphone, email mais aussi et surtout messaging (Live Chat et Chatbots).

L’acheteur B2B attend de l’empathie et de l’intelligence émotionnelle

Le corps médical et les sociologues ne disposent pas encore d’assez de recul pour évaluer les effets psychologiques de la pandémie. Une étude Salesforce apporte toutefois quelques éléments de réponse. Ainsi, on apprend que 68 % des professionnels sondés attendent des marques une certaine empathie. Dans le même sens, 20 % des marketeurs B2B interrogés déclarent avoir rendu leur contenu marketing « plus émotionnel ». Après avoir été un soft skill recherché par les recruteurs, l’intelligence émotionnelle devient donc un argument commercial décisif.

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Paroles d’experts
Vente, outils, méthodes et process : la Data est omniprésente, mais l’Humain n’a pas dit son dernier mot
Vente, outils, méthodes et process : la Data est omniprésente, mais l’Humain n’a pas dit son dernier mot

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Annie-Paule Abihssira, CEO Développement et Franchise chez Booster Academy, « premier centre d’entraînement intensif à la vente » et cabinet de conseil en efficacité commerciale, management et expérience client. Au programme de cette interview : l’évolution de la pratique des Sales lors de la dernière décennie, la transformation du poste de Directeur Commercial, les raisons de la de la pénurie des profils commerciaux en France et la place de la technologie dans la fonction commerciale. Avant de commencer, pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Après un cursus d’études scientifiques et une licence de commerce international, l’entreprenariat m’a attirée. A 23 ans, diplômes en poche, j’assistais aux temps fort du bouleversement des méthodes de vente avec la consommation de masse et l’émergence des marques. J’ai développé une centrale d’achat de produits de mode multimarques pour les professionnels et un réseau de deux enseignes,  Pym’s et Pluriel, que j’ai cédées avec d’excellentes conditions de réinsertion pour les salariés en 2004. Forte de cette première expérience entrepreneuriale, j’ai créé MPA Conseil, un cabinet de conseil en développement de marques et stratégie d’enseignes. J’ai mobilisé mon expérience entrepreneuriale, ma volonté de faire grandir les collaborateurs au service de Booster Academy. Face à l’engouement autour de la SalesTech, diriez-vous que la fonction commerciale se dirige vers un phénomène de « scientifisation » ? Les entreprises qui adoptent une approche scientifique de la vente affichent une croissance 2.3x supérieure à celle des autres. La raison ? Nouveaux outils, méthodes et process, la Data est omniprésente, mais l’Humain n’a pas dit son dernier mot. Oui,...

Paroles d’experts
Acquisition B2B : juguler le gaspillage et la déperdition de leads pour doper la performance commerciale
Acquisition B2B : juguler le gaspillage et la déperdition de leads pour doper la performance commerciale

Booster la transformation sans accroître ses efforts de prospection… tout un programme ! Au lendemain de la parenthèse pandémique, les entreprises mettent les petits plats dans les grands pour muscler la LeadGen et doper la transformation. Pour en discuter, nous avons eu le plaisir d’échanger avec Thomas Finck, cofondateur et COO de Leadvalue. Pouvez-vous revenir sur la genèse et la proposition de valeur de Leadvalue ? J’ai vécu ma première aventure dans une entreprise offrant un service de mise en relation pour des milliers de particuliers avec des centaines d'artisans du bâtiment, chaque mois, partout en France. La création de Leadvalue est aussi le fruit de l’expérience dans la prospection commerciale de mon associé, Moïse Denage. Sa réflexion était qu’il n’existait aucun outil adapté pour la gestion de son activité de prospection au quotidien. Leadvalue CRM, solution 100 % française, est née de cette expérience très opérationnelle de la gestion de leads. Les solutions apportées par l’entreprise sont le produit de 10 années passées à répondre à ces problématiques : automatisation de flux de leads et distribution intelligente, outils pour la prise en charge, le suivi de ces prospects et la mesure des performances de nos actions, etc. Leadvalue est une version plus complète, plus efficace et d'un niveau technologique plus avancé pour apporter un service adapté à des milliers d'entreprises qui rencontrent ces problématiques. Dans un contexte de reprise, l’effort de prospection est encore plus crucial, notamment dans le secteur de l’immobilier qui a accusé le coup. Avez-vous observé un engouement pour vos services d’achat/traitement de leads post-pandémie ? Le contexte post-crise Covid génère de nouveaux paradigmes. La digitalisation accélérée des...

Ceci pourrait vous intéresser..