BEYABLE lance BEYABLE Analytics, alternative sans consentement à Google Analytics

par | Mar 3, 2022 | | ABM & LeadGen - Interview, Data, Connaissance client, IA - Interview

Spécialiste de la personnalisation des contenus et produits sur sites web en temps réel, BEYABLE a lancé BEYABLE Analytics, une alternative à Google Analytics sans consentement. BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Dugaret, CEO et cofondateur de BEYABLE.

Pouvez-vous dans un premier temps revenir sur la genèse de BEYABLE et nous résumer votre proposition de valeur ?

Nous sommes persuadés qu’un site web (e-commerce, orienté LeadGen, institutionnel…) est un actif essentiel pour une marque, au même titre que le Pas de Porte ou le stock, par exemple. Cet actif peut être valorisé de différentes manières. La vision de BEYABLE est d’aider les marques à extraire un maximum de valeur de ce trafic.

Nous avons donc créé une solution (une suite de modules) qui peut agir sur le trafic web pour augmenter les conversions, booster le panier moyen, faire découvrir des nouveautés à des clients qui achètent toujours la même chose (dans une logique de réassort), que ce soit dans le B2C ou le B2B. Voilà pour l’axe produit. Nous avons également des modules axés sur la diminution du taux de rebond, la gestion des abandons, l’expérience utilisateur (réorganiser des éléments de la page en fonction des remontées ou des analyses UX), etc. BEYABLE a donc commencé par des modules pour chacun de ces sujets dans un environnement e-commerce.

Nous avons également appliqué cette vision à notre activité en étant, depuis le début, dans la capacité de collecter des données pour réaliser des analyses : qui visite notre site ? Quels sont les éléments qui intéressent les visiteurs ? Quels sont ceux qui les intéressent le moins ? Ces données viennent rationaliser la prise de décision, que ce soit au niveau stratégique ou opérationnel (acquisition, fidélité).

Depuis août 2021, nous avons un nouveau module d’analyse qui n’est pas soumis au consentement des utilisateurs lors de leur visite d’un site Internet : BEYABLE Analytics. Ce module est exempté de consentement car nous avons participé à la démarche d’évaluation « Mesure d’audience » de la CNIL liée à sa Directive « cookies et autres traceurs ».

Vous évoluez dans un macroenvironnement exigeant avec une concurrence mondiale, des évolutions juridiques régulières et un impératif d’innovation. Comment assurer sa compétitivité dans cet environnement ?

Je vous rejoins sur ce diagnostic : nous sommes contraints d’innover en permanence et la concurrence est à la fois locale (nous avons de très bons éditeurs français) et mondiale, avec par exemple des filiales françaises de groupes étrangers très bien financées avec des moyens importants, à la fois sur le plan technique et marketing. Nous vivons à une époque où l’on observe trop souvent que « celui qui crie le plus fort a raison ». Et c’est dommage.

Si BEYABLE continue d’exister, c’est d’abord grâce à ses clients, tout simplement. Nous avons un produit qui plait, sans doute parce qu’il tient la promesse qui a été formulée en amont. Nos clients nous recommandent à leurs partenaires… c’est d’ailleurs notre premier levier d’acquisition. Nous sommes également sollicités par nos utilisateurs qui ont changé d’entreprise. Nous sommes donc dans une logique d’ « ambassadeurs ». Et comme nous sommes sur des produits technologiques, nous faisons de l’accompagnement, du CSM, nous échangeons avec nos clients, etc.

Notre vision n’a pas changé depuis le début. Je dirais même que l’histoire nous donne peu à peu raison. Nous avons par exemple travaillé pendant 18 mois sur une version sans cookie de BEYABLE dès 2019, avant que cette thématique ne devienne un grand sujet d’actualité. Nous essayons donc, à notre niveau, d’allouer un budget conséquent à l’innovation pour inventer l’avenir.

La CNIL a en effet mis en demeure un gestionnaire de site pour l’utilisation de Google Analytics (70 % de parts de marché dans le monde), en violation du RGPD. Quels seront les impacts de cette décision selon vous ? Peut-on s’attendre à d’autres décisions similaires ?

A l’heure actuelle, je ne sais pas. En revanche, les spécialistes (technique, droit) à qui nous demandons conseil estiment qu’il s’agit d’une première décision. Elle fait bouger les lignes et suscite de notre côté un bond dans les visites de notre site internet. Elle suscite également énormément de sollicitations et de demandes de démonstration. Gardons toutefois en tête qu’il s’agit d’une décision très récente. Il faudra donc voir si elle sera suivie d’une mise en œuvre et d’autres décisions similaires.

Votre solution BEYABLE Analytics s’impose donc comme une alternative sérieuse…

BEYABLE Analytics a été lancé le 1er septembre 2021 avec un bon démarrage sur le plan commercial. Sur le plan technique, BEYABLE Analytics est relativement limité par rapport à nos autres outils à cause de la contrainte légale. Nous devons en effet nous plier à un cahier des charges rigoureux pour proposer une alternative sans consentement.

Nous ne trouvons pas ça pénalisant pour autant. Ce type d’outil améliore en effet la protection des données personnelles. C’est une avancée pour le respect des droits des utilisateurs et permet donc aux entreprises de renforcer leur responsabilité sociétale. Chez nous, il s’agit d’un produit d’entrée de marché avec un très faible coefficient de marge pour être en cohérence avec notre vision.

 

Selon une étude Evergage, la personnalisation est un atout de conversion majeur pour 96 % des marketeurs. BEYABLE répond à cette demande avec une solution de personnalisation On Site. Pouvez-vous nous en parler ?

Nous avons tous les modules qu’il faut pour favoriser une recherche, retenir un client, faire découvrir un produit ou un contenu, rajouter une vidéo, recomposer ou recoloriser une page, etc. Nous avons de grandes ambitions sur cette brique qui est, elle, soumise à consentement. Nous sommes aujourd’hui des experts de la personnalisation On Site et nourrissons l’ambition de devenir des leaders mondiaux sur le sujet.

Nous devons donc fournir aux marketeurs et à leurs partenaires IT ou agences toutes les options pour qu’ils puissent être autonomes avec un très haut degré d’intégration graphique à leur site et sans passer par des temps de déploiement et de développement longs. Nous visons le No Code et l’immédiateté. Nous avons donc énormément de modules de personnalisation… et nous en avons quasiment autant qui sont prévus dans les prochains mois.

Je vous laisse le mot de la fin. Que souhaitez-vous dire aux décideurs français et francophones qui vous liront sur BtoB Leaders ?

C’est la question la plus dure ! Je les invite à venir découvrir BEYABLE Analytics, un outil d’actualité qui leur permettra, je l’espère, de découvrir notre métier et de s’intéresser à notre suite de produits.

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..