Êtes-vous prêt pour Clubhouse, le réseau social en mode audio ?

par | Juin 18, 2021 | | Contenu, Influence, CX - Insights, Podcast

Connaissez-vous Clubhouse ? C’est la toute nouvelle sensation en matière de réseau social venue tout droit de la Silicon Valley. Sa particularité ? Les échanges se font exclusivement à l’oral : ici, on n’écrit pas et on ne s’échange pas de photos. Son autre particularité est que l’on y accède uniquement par invitation. Ce côté VIP a déjà séduit de nombreux utilisateurs, dont des personnalités comme Elon Musk ou Oprah Winfrey.

Mais quels peuvent être les avantages d’utiliser Clubhouse dans un contexte B2B, et doit-on absolument s’y précipiter ? Quels pièges éviter ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Qu’est-ce que Clubhouse et comment fonctionne-t-il ?

Première condition donc pour accéder à Clubhouse, le parrainage. Chaque nouvel utilisateur reçoit deux invitations à distribuer à qui bon lui semble. Une fois le précieux sésame obtenu, on télécharge l’application sur son iPhone ou Android puis on crée son profil. Le fonctionnement est ensuite similaire à un réseau social classique : on gagne des followers, on s’inscrit à des salles de discussion… Une fois admis dans une salle, on « lève la main » pour demander à prendre la parole. L’administrateur nous y autorise alors (ou pas), et la discussion s’engage.

Clubhouse, une opportunité pour les marques

Jusque-là réservé aux détenteurs d’iPhone, Clubhouse est désormais disponible sur le système Android depuis mai. L’application, qui a déjà été téléchargée plus de 13 millions de fois sur l’App Store d’Apple, devrait logiquement connaître une explosion de sa popularité avec sa sortie sur Android. C’est donc le moment idéal pour se mettre à Clubhouse, avant que celui-ci n’explose à la face du monde. Mais quels peuvent être les avantages de Clubhouse en termes de business ?

Parrainer des salles pour mettre en avant sa marque

Il est tout à fait possible pour une marque de sponsoriser des salles à travers le paiement d’influenceurs qui seront chargés de les animer en fonction de problématiques en rapport avec la marque en question.

Faire sa veille sur Clubhouse

Participer à des salles de discussion en rapport avec sa thématique est un bon moyen de réaliser la veille de son secteur d’activité. On peut y discuter très facilement entre professionnels du même secteur et échanger des idées. C’est un réel avantage par rapport aux autres réseaux sociaux qui servent surtout à créer du lien entre la marque et les consommateurs.

Clubhouse permet également d’aller plus loin qu’avec un podcast, qui ne permet que de diffuser une information descendante. C’est ce que fait par exemple Sowine, une agence de conseil aux marques de spiritueux, qui organise tous les mercredis une salle pour discuter de thématiques en lien avec ce secteur d’activité.

Générer des leads via Clubhouse

En nommant son espace d’une manière qui définit clairement les avantages que les auditeurs tireront de leur adhésion, on peut être sûr que tous les auditeurs seront intéressés par ce que la marque a à dire. Le modérateur peut donner la parole à qui il veut : il peut donc choisir quelqu’un dont il connaît déjà l’intérêt pour la marque et ses produits ou services.

Asseoir sa position de leader

Clubhouse réunit les experts d’un secteur donné sur une seule et même plateforme. En hébergeant sa propre salle avec des discussions, des panels et des conversations pertinentes, une marque peut se positionner en tant que leader d’opinion et renforcer sa crédibilité. En invitant le public à participer en posant des questions et en formulant des commentaires, elle peut également susciter un engagement organique et renforcer sa notoriété.

Les pièges à éviter avec Clubhouse

Malgré le potentiel énorme que peut représenter Clubhouse en matière de business, il y a toutefois quelques aspects à bien garder en tête avant de se lancer.

Tout d’abord, le niveau de contrôle de ce qui est dit sur Clubhouse n’est pas du tout le même que sur les réseaux sociaux traditionnels. Sur Clubhouse, on peut virtuellement dire tout ce que l’on veut. Les clients mécontents peuvent donc s’exprimer en toute liberté sur le groupe de discussion créé par la marque afin de dénigrer ses produits. Peu recommandable pour l’image de marque et l’e-réputation…

Clubhouse fonctionne en mode audio uniquement, et n’enregistre pas les conversations. Donc, à moins que quelqu’un ne capture avec un logiciel tiers ce qui se dit, aucune trace ne subsiste des échanges. En revanche, les personnes peuvent très bien écrire des commentaires sur les autres réseaux sociaux à propos d’une conversation ayant eu lieu sur Clubhouse. Or si celle-ci n’a pas été enregistrée, il n’y a aucun moyen de vérifier la source de ces commentaires.

Prêt à essayer Clubhouse ?

Clubhouse est donc une plateforme qui offre une opportunité sans précédent pour dialoguer avec ses clients, construire une communauté et accroître sa crédibilité.

Et actuellement, aucune autre plateforme de média social n’offre la possibilité de profiter de contenus exclusifs comme des lancements de nouveaux produits ou des conversations collaboratives avec des marques.

Cela dit, d’autres plateformes ont déjà commencé à reproduire les fonctions audio de Clubhouse. Facebook, Twitter, LinkedIn, Spotify et Slack ont tous récemment suivi les traces de Clubhouse en lançant ou en annonçant leurs propres services audio en direct. Il est à noter que tous ces réseaux sociaux disposent d’une base d’utilisateurs et de fonds beaucoup plus importants que le nouveau venu. Il y a donc fort à parier que le développement de ces nouvelles fonctions se fasse de manière très rapide.

L’important est donc de savoir si l’audience de la marque est déjà branchée sur Clubhouse et si elle sera réceptive à son contenu. Il peut être intéressant de mener des enquêtes auprès des clients pour savoir s’ils utilisent déjà Clubhouse ou s’ils envisagent de le faire. On peut même commencer par publier un message sur les autres réseaux sociaux afin de déterminer si cela vaut la peine de consacrer du temps ou de l’argent à cette activité.

Paroles d’experts
B2B Rocks : retour sur la dernière décennie du SaaS
B2B Rocks : retour sur la dernière décennie du SaaS

A l’occasion des 10 ans de B2B Rocks, l’événement phare de la communauté SaaS qui se déroulera du 9 au 11 juin 2022 à Montpellier,  BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger Colin Lalouette, président de B2B Rocks. B2B Rocks souffle cette année sa 10e bougie. Quels sont été les temps forts de la communauté SaaS française lors de la dernière décennie ? L’événement B2B Rocks s’est déroulé pour la première fois en 2013 à Paris, avec les premiers éditeurs SaaS de l’époque. Il s’est ensuite inscrit durablement dans notre capitale ainsi qu’à Sydney dès 2015. Pour 2022, nous avons fait le choix, avec la French Tech qui nous soutient, de concentrer nos efforts dans un même lieu, et une même temporalité, à Montpellier les 9 et 10 juin.  Au lancement de B2B Rocks en 2013, le marché mondial des solutions en mode SaaS était de 2 milliards d'euros ; et encore en intégrant tous les services dits de Processionnal Services (conseil, formation, paramétrage…). Aujourd’hui ce même marché s'élève à 190 milliards avec une croissance à 2 chiffres depuis 10 ans et rassemble 1/2 million de salariés dans le monde. La parenthèse pandémique a accéléré la transformation digitale du B2B de plusieurs années. Quel a été l’impact de cette digitalisation effrénée sur le marché SaaS (français ou mondial) ? Les chiffres parlent d’eux-mêmes encore. Nous avions moins d’une centaine de « licornes » (société souvent SaaS non cotées en bourse avec une valorisation de plus d’un milliard de dollars) en 2013, nous en avions moins de 10 avant le démarrage de la crise sanitaire en 2020 et nous en avons aujourd’hui 26. Voilà...

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Ceci pourrait vous intéresser..