Dans un marché indifférencié, l’effet « Waouh » vient bousculer le statu quo

par | Jan 10, 2022 | | Contenu influence, CX - Chronique hebdo

Les offres deviennent indifférenciées, les produits et services globalement interchangeables et les écarts techniques entre les concurrents se résorbent à court terme. Les bonnes idées techniques ne sont différenciantes que momentanément, le temps qu’elles soient copiées. Intangible et difficilement imitable, l’ « effet Waouh » vient bousculer le statu quo.

L’ « effet Waouh », le seul facteur véritablement différenciant

L’ « effet Waouh », également appelé « moment magique » dans les équipes marketing plus branchées, décrit le résultat d’une situation où l’entreprise dépasse (largement) les attentes de ses prospects ou clients, le plus souvent au niveau de la qualité et/ou de l’originalité du service.

A première vue, cet élément peut paraître anecdotique mais en réalité, il s’agit d’une valeur sûre pour tirer son épingle du jeu lorsque l’on évolue dans un marché indifférencié, où les produits se ressemblent peu ou prou. En effet, avec la démocratisation des avancées technologiques, la mondialisation des débouchés et l’émergence d’une culture mondiale commune, l’offre au sens large s’est globalement normalisée. Il n’est pas rare que le facteur décisif, celui qui fait pencher la balance en votre faveur, soit exogène au produit à proprement parler.

« Partout où il existe un besoin sur le marché, de nombreux concurrents s’alignent très vite pour le combler. Avec le temps, les écarts techniques s’estompent et le service reste le seuil moyen de différenciation tangible », a expliqué Kristine Naltchadjian, auteure, coach et conférencière lors des dernières Rencontres Internationales du Marketing. En somme, les bonnes idées « techniques » ne sont différenciantes que momentanément, jusqu’à ce qu’elles soient copiées. Intangible, l’effet Waouh est quant à lui difficilement imitable. Il est durablement différenciant et justifie donc un investissement de la part de l’entreprise.

 

 

L’économie de l’expérience face au dogme de l’efficacité opérationnelle

Nous évoluons aujourd’hui dans ce qu’il convient d’appeler « l’économie de l’expérience »… un modèle où la supériorité technique de l’offre ne garantit plus sa supériorité commerciale. Dans ce contexte, la meilleure expérience vécue par votre acheteur devient un benchmark pour toutes ses expériences futures. « Paradoxalement, les nouveaux entrants l’ont compris, tandis que les entreprises matures ou historiques continuent de trébucher sur ce point », explique David Robbins, VP de Gongos dans une interview publiée sur Medium.

Dans l’absolu, toutes les équipes Go-to-Market recherchent, même inconsciemment, une botte secrète pour faire la différence. Pourtant, le « moment magique » reste globalement absent des ordres du jour. Il s’éclipse à la faveur de l’efficacité opérationnelle. Pour devenir (plus) rentable, on choisit donc d’agir sur la réduction des coûts (efficacité opérationnelle) plutôt que la maximisation des revenus que peut apporter un « moment magique » éprouvé et ancré dans les process commerciaux de l’entreprise.

Plus largement, nous continuons à conditionner nos actions par nos objectifs et nos capacités plutôt que par l’attente de notre cible. Ironiquement, la promesse « Customer Centric » est mise en valeur sur nos sites web et nos pages sur les réseaux sociaux. Cynisme ? Plutôt naïveté.

L’effet Waouh, résultat d’actions cérébrales, émotionnelles… humaines

L’absence de « moments magiques » de nos réunions Sales et Marketing est d’autant plus étonnant que le microenvironnement est très favorable à ce type d’actions. En effet, les acheteurs B2B qui enchaînent les rendez-vous et les démos de produits s’ennuient… au point même de se dire prêts à payer davantage pour vivre une meilleure expérience (selon une étude récente réalisée par Act On). Les attentes sont tellement faibles qu’il suffit de sortir du magma indifférencié pour sortir du lot ou « surfacer ». Il suffit de renouer avec la créativité et l’audace pour trouver un moment magique en phase avec l’image de l’entreprise mais aussi et surtout le profil de ses clients.

Plus concrètement, il suffit d’interrompre le mode « rouler des mécaniques » pour réfléchir, concevoir, faire preuve d’empathie, se projeter… des actions cérébrales et émotionnelles qui distinguent finalement l’Humain de la machine. D’ailleurs, pour boucler la boucle, confions nos tâches redondantes à la machine et remettons de l’humanité dans le business. A la semaine prochaine !

 

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..