Comment exploiter le pouvoir des émotions dans le marketing B2B ?

par | Fév 4, 2022 | | Contenu, Influence, CX - Insights

Dans le B2C, le débat est clos depuis la nuit des temps : tout est mis en œuvre pour aller chercher cette émotion qui déclenche ce désir d’achat irrésistible. Il y a même une discipline pour cela : la Consumer Psychology. L’achat du dernier iPhone doit plus à l’estime de soi, à l’image que nous souhaitons renvoyer qu’à une fiche technique (aussi impressionnante soit-elle). Le déclenchement du stimulus émotionnel est un art dans le B2C. 

A priori, cette approche émotionnelle n’est pas compatible avec le B2B, où la cible est plus avertie et plus au fait des pratiques marketing. Vraiment ?

L’achat B2B, un acte d’abord émotionnel

A priori, les préoccupations majeures des acheteurs B2B sont les caractéristiques techniques du produit, le prix et l’échéancier de paiement. Si ces critères sont incontournables, le processus d’achat B2B est en réalité moins froid, moins mécanique et moins rationnel. C’est en tout cas ce qui ressort d’une étude réalisée par B2B International. On y apprend en effet que 90 % des décisions d’achat sont prises « au niveau de l’inconscient, précisément là où logent nos émotions ». En d’autres termes, il n’est pas rare que la motivation émotionnelle et psychologique prenne le pas sur les considérations factuelles, ce qui consolide l’importance du branding dans le business.

Les recherches extensives menées par Google, Motista et CEB montrent en effet que la stratégie de marque est la passerelle la plus efficace pour établir un lien émotionnel avec la cible et augmenter la probabilité d’achat. La firme de Mountain View affirme que 50 % des acheteurs B2B sont plus susceptibles d’aller au bout du parcours lorsqu’ils développent un lien émotionnel modéré à fort avec une marque ou s’ils perçoivent une valeur ajoutée personnelle à opter pour une solution plutôt qu’une autre.

Qu’entend-on réellement par « valeur personnelle » ? Le rapport du CEB définit cette notion comme une série d’avantages professionnels (comme une promotion), sociaux (popularité) et émotionnels (confiance) qui résultent d’une décision. Ces avantages ont un point commun : ils suscitent des émotions positives. Par opposition, le choix d’une solution ou d’un fournisseur peut également être motivé par l’évitement d’émotions négatives, explique CEB.

 

A lire également sur BtoB Leaders : Il est temps de remettre de la punchline dans le B2B !

 

La Tech : des innovations et des émotions

Pour bien mesurer le pouvoir des émotions dans le processus de prise de décision en B2B, allons explorer ce qui se passe dans un secteur que l’on imagine « immunisé » contre les sentiments : les nouvelles technologies. 

Une étude réalisée par The Good Relations Group révèle ce que les BtoB Leaders prennent en considération pour guider leurs achats technologiques. Sur les 145 cadres qui ont participé à cette enquête empirique :

  • 93 % ont exprimé l’importance de travailler avec un fournisseur « honnête » ;
  • 91 % ont déclaré avoir effectué des achats sur la base de recommandations personnelles ;
  • 73 % des cadres semblent plus enclins à acheter un produit si son fournisseur est perçu comme « une marque forte ».

Ces trois éléments abondent dans le même sens : celui de « faire affaire avec un partenaire de confiance ». Une étude menée par Les Binet et Peter Field pour le LinkedIn B2B Institute confirme cette conclusion. Elle a en effet démontré que les stratégies B2B qui font appel aux émotions sont 7 fois plus efficaces pour générer des ventes et des revenus sur le long terme en comparaison avec les messages dits « rationnels ». 

Oui, le B2B implique des transactions entre deux organisations mais à la fin, c’est toujours l’Humain qui décide. Et comme l’explique le célèbre économiste Herbert Simon dans sa théorie de la rationalité limitée, le décideur est soumis à de multiples contraintes et ne peut saisir l’ensemble des éléments rationnels relatifs à sa décision. Il aura donc tendance à choisir des solutions satisfaisantes plutôt qu’optimales.

Nous en venons à la question centrale de ce billet : comment les marketeurs B2B peuvent-ils mettre en place des stratégies qui font appel aux émotions ? Quels sont ces « motivateurs émotionnels », comme les appelle la Harvard Business Review ?

Le Storytelling, ou comment sortir les acheteurs de la routine B2B

Le fait d’énumérer les avantages des produits commercialisés en mode bullet point ne déclenchera sans doute pas cette motivation émotionnelle que l’on recherche. 

Dans un monde où les offres sont de moins en moins différenciées et où l’intensité concurrentielle fait rage, le Storytelling, encore rare dans le B2B, est un excellent levier de différenciation et d’ « émotionnalisation » du discours.

La Harvard Business Review a documenté cette approche avec le cas « Generac », leader des générateurs de secours aux Etats-Unis. En panne d’inspiration, la marque a sollicité ses meilleurs clients pour des idées pour sa prochaine campagne marketing. Elle leur a demandé de narrer et de dessiner ce que leur évoquaient les générateurs Generac. L’entreprise s’est vite aperçue que ses clients étaient aussi… ses meilleurs publicitaires. Les concepts étaient intéressants : bande dessinée avec les générateurs Generac en super héros, des générateurs qui sauvent des emplois menacés par les coupures d’électricité, des générateurs qui permettent aux familles de se réchauffer pendant les catastrophes naturelles, etc. 

Devant ce flot créatif, la marque a remplacé le listing des avantages de ses produits par des vidéos de témoignages de ses clients. Résultat : Generac a doublé son chiffre d’affaires au cours des deux dernières années pour caracoler à 1,2 milliard de dollars. CQFD !

 

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..