La chronique hebdo : du « Digital Marketing » au « Marketing dans un monde digital »

par | Nov 29, 2021 | | Stratégie - Chronique hebdo

L’année 2021 touche à sa fin… l’occasion pour nous de faire le point sur les principales tendances à venir du marketing B2B. Sans surprise, l’hégémonie du digital sur la fonction marketing dans son ensemble se poursuivra en 2022 et au-delà ! Décryptage dans la chronique hebdo, votre nouveau rendez-vous BtoB Leaders !

Digital Marketing ou marketing dans un monde numérique

L’hégémonie du digital dans le marketing est telle qu’on ne parle plus de marketing « digital », mais plus simplement de marketing dans un monde numérique. La pandémie a bien entendu exacerbé la mainmise de la partie digitale du marketing sur l’offline. A ce propos, la 7e édition du rapport de Salesforce sur l’état du marketing a révélé que 90 % des marketeurs ont revu à la hausse leurs efforts en matière d’engagement numérique depuis le début de la pandémie. Sur ces 90 %, la moitié des entreprises B2B ont indiqué avoir « complètement modifié leur stratégie de marketing digital au cours de l’année écoulée ».

Nous assistons donc à un changement de paradigme. De facto, les directions marketing deviendront d’abord des directions marketing digital. Les responsables Marketing deviendront d’abord des responsables Marketing digital. Les entreprises du B2B, y compris celles évoluant dans des secteurs d’activité historiquement hermétiques à l’innovation, s’ouvrent de plus en plus sur le Digital-First. Voici quelques manifestations pratiques de cette orientation.

#1 L’emailing et le Marketing Automation, un réflexe

L’email marketing est toujours d’actualité. Depuis la pandémie, 78 % des spécialistes du marketing ont constaté une augmentation de l’engagement par courrier électronique, poussant davantage d’entreprises B2B à recentrer leurs efforts en la matière en 2022. De même, l’automatisation du marketing fait un retour en force et les ventes de solutions dédiées devraient plus que doubler, passant de 6,08 milliards à 16,87 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années (Salesforce). Mieux : l’email direct retrouve des couleurs dans un contexte marqué par le magma de spams et d’emails indésirables. L’email fait donc plus que de la résistance : il s’impose avec force !

#2 Les « Core Web Vitals » de Google

Le déploiement des Core Web Vitals de Google devrait bousculer les efforts de référencement en 2022. Annoncées en mai 2020 en pleine pandémie (et donc en pleine digitalisation), les Core Web Vitals sont des métriques axées sur l’utilisateur et conçues pour évaluer la « santé » d’un site web en matière d’expérience utilisateur. Ces mesures sont ventilées dans trois catégories : la vitesse de chargement du contenu le plus volumineux (Largest Contentful Paint – LCP), la première interactivité (First Input Delay – FID) et la stabilité visuelle (Cumulative Layout Shift – CLS). Les Core Web Vitals viennent donc s’ajouter à la longue liste des critères de référencement.

 

 

#3 La recherche sans clic

Une recherche sans clic est un résultat de recherche qui ne dirige pas les utilisateurs vers un site web tiers (près de 65 % des recherches Google se terminent sans clic supplémentaire). Ces recherches sans clic génèrent des Featured Snippets qui s’affichent dans des cases surnommées Position Zéro dans les résultats des moteurs de recherche. Ces Featured Snippets contiennent la réponse que l’utilisateur recherche directement sur Google, sans aller ailleurs. En réponse à cette tendance, le B2B, qui doit faire de la pédagogie et vulgariser les concepts complexes, devra viser les Positions Zéro et les Featured Snippets pour éduquer sa cible.

#4 Des vidéos, des vidéos et encore des vidéos

Une étude de Cisco estime que d’ici 2022, les vidéos en ligne représenteront plus de 82 % de l’ensemble du trafic web grand public, soit 15 fois plus qu’en 2017. De nombreuses entreprises B2B ne tirent pas encore pleinement parti de la puissance de la vidéo, mais cela devrait changer en 2022. Les acheteurs B2B exigent désormais une expérience client à la B2C. La vidéo est un vecteur majeur de cette soif d’intuitivité, d’interactivité et même de divertissement (notamment pour la nouvelle génération d’acheteurs). Les vidéos des coulisses, les présentations d’équipe, les démonstrations de produits, les vidéos sur la culture d’entreprise, les tutoriels et les Success Stories des clients sont des Game Changers. Il faut toutefois s’engager dans la régularité. Le support vidéo doit être récurrent. Pas de panique : des courtes vidéos filmées par un bon téléphone feront l’affaire pour la partie « coulisse » et vie d’entreprise. L’approche du support vidéo doit être dédramatisée.

#5 Alternatives aux cookies tiers

L’un des plus grands défis des spécialistes du marketing pour l’année à venir sera d’établir l’identité des utilisateurs sans l’aide de cookies tiers. Historiquement, les marketeurs ont pu compter sur ce levier. Ils devront désormais se tourner vers les données des first-party cookies, ou encore vers les informations provenant des réseaux sociaux, de l’email marketing et d’autres plateformes numériques… tout en s’assurant du strict respect du RGPD !

#6 Événements virtuels et hybrides

En raison de la pandémie, les marketeurs se sont naturellement tournés vers les événements virtuels, une alternative que l’on pensait éphémère. Elle est manifestement partie pour durer, mais pas pour remplacer l’événement en présentiel. Elle vient le compléter en prolongeant sa portée, en maximisant la collecte de données, en permettant à des intervenants de participer sans forcément faire de longs déplacements et en réduisant le coût de revient. L’événement hybride coche décidément toutes les bonnes cases, y compris celle de l’éco-friendly !

#7 L’IA s’imposera-t-elle enfin dans le marketing B2B en 2022 ?

L’IA entraînera des changements aussi profonds que ceux provoqués par l’avènement de la mécanisation, de la production de masse et de l’automatisation. Deux tiers des spécialistes du marketing B2B planifient, évaluent ou mettent actuellement en œuvre des programmes IA au sein de leurs services. Si l’Intelligence Artificielle s’installe outre-Atlantique, elle reste cantonnée à des tâches rudimentaires dans l’Hexagone. Les dernières éditions des RIM et du BtoB Summit montrent toutefois des signes encourageants sur l’adoption de la technologie.

 

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..