Patrice Laubignat : vers l’avènement du marketing zéro ?

par | Juin 28, 2021 | , | Contenu, Influence, CX - Interview

Fondateur de EforBrands et du Club du Marketing Emotionnel, Patrice Laubignat a conseillé les marques pendant près d’un quart de siècle. Il développe le concept de « marketing émotionnel » suivant lequel le client est appréhendé comme un individu dont les comportements sont guidés par ses émotions. BtoB Leaders a eu le plaisir de le rencontrer à l’occasion de la sortie de son nouveau livre, « Marketing zéro ». C’est l’interview de la semaine !

Patrice, vous aidez les entreprises à prendre la parole et vous êtes aussi auteur des livres « Tout savoir sur le marketing émotionnel » paru en 2013, « La Fidélité du chaos à la zone de confort » paru en 2017 et aujourd’hui de « Marketing zéro ». On peut, sans prendre trop de risque, vous définir comme un passionné du marketing. Commençons donc par une question de circonstance. Qu’est-ce que le marketing version 2021 ?

C’est un marketing basé sur une idée de narration qui place le client en tant que héros des marques, et non l’inverse. Il s’agit pour les marques de créer de la valeur pour les clients au lieu de se focaliser sur elles-mêmes. Il s’agit aussi d’un marketing plus responsable, plus respectueux. L’actualité nous montre qu’il y a du travail à faire à ce sujet, comme on l’explique Philipe et moi (Philippe Guiheneuc, coauteur du livre, ndlr). C’est le respect de soi.

Comment avez-vous eu l’idée de ce livre et comment s’est passé le processus d’écriture avec votre co-auteur Philipe Guiheneuc ?

Cela faisait longtemps que l’on se posait cette question, avec le fameux « Pourquoi » ou « Why », à l’initiative de Simon Sinek qui a d’ailleurs déclenché mon premier livre. Quand on se rend aux locaux d’une entreprise, on se rend souvent compte que la mission, la raison d’être affichée à l’extérieur, n’a aucune matérialisation réelle. Ce n’est plus possible avec la nouvelle génération. Aujourd’hui en marketing, on constate un genre de « ras le bol général ». On roule des mécaniques, au quotidien, sans qu’il n’y ait forcément de sens. On ne sait pas où l’on va. Est-ce que cela correspond vraiment à ce que veut l’entreprise ? En somme, je pense que le marketing s’est perdu au cours de ces 30 dernières années. Et c’est de là qu’on a eu l’idée du « Marketing zéro ».

C’est repartir de zéro et faire les choses bien… dans le respect de soi, le respect du client et de la marque. Et tout le monde sera heureux…

L’idée du livre est au départ celle de Philipe. Il faut rendre à César ce qui est à sa salade (rires). C’est lui qui a commencé ce bouquin. En fait, on s’est retrouvés ensemble sur un webinaire chez notre ami Gabriel (Gabriel Dabi-Schwebel, fondateur d’1min30, ndlr) qui est devenu notre éditeur par la suite, et on a réalisé qu’on disait la même chose à propos du marketing. On avait des convictions très proche. On avait eu une discussion à la suite de laquelle j’ai écrit un article sur mon blog sous le titre « Allons-nous vers le marketing zéro ? ». Ce titre a été évoqué par Philipe pendant le webinaire et j’ai trouvé cela pertinent.

Une quinzaine de jours plus tard, je suis revenu vers Gabriel en lui demandant de m’éditer car je trouvais qu’il y avait un réel sujet. Il a trouvé ça amusant car Philipe lui avait fait la même proposition et qu’il avait déjà commencé… Je l’ai donc contacté en lui expliquant que ce projet m’intéressait beaucoup. Il était enchanté qu’on le fasse ensemble…

La première partie du livre représente le constat de Philipe. Je n’y suis quasiment pas intervenu. Par la suite, nous avons eu une vraie réflexion commune. En somme, nous avons écrit chacun notre partie pour ensuite les harmoniser. Cela s’est fait naturellement, de manière fluide.

Le timing de la sortie du livre est-il volontaire, à l’heure où nous voyons enfin le bout du tunnel ?

En janvier, on ne savait pas vraiment si on allait sortir de cette pandémie. J’ai commencé sur le manuscrit fin février et je l’avais déjà rendu début avril, ce qui est très rapide puisqu’avec Philipe, on avait déjà la réflexion. On voulait le publier en septembre et on s’est dit que si on avait une opportunité de le sortir avant, ce serait mieux. Il y a quand même des gens qui lisent encore des livres et on a pensé que l’été serait le bon moment !

Deuxième point : étant tous les deux intervenants, on a pensé qu’en le publiant à ce moment, il pourrait compléter un programme ou enrichir le cours d’un intervenant. Enfin, dernier point, on sait très bien qu’on n’a pas été les seuls à réfléchir pendant cette pandémie et on ne voulait pas être pris de vitesse.

Dans vos ouvrages, vous placez l’humain au cœur de votre réflexion et prônez un marketing « sain et sans manipulation ». Qu’est-ce qui empêche l’émergence de ce marketing ? La balle était-elle dans le camp des seuls dirigeants ?

Il faut aider les entreprises car elles sont assaillies, comme nous d’ailleurs, par des vendeurs d’outils. Et ça va continuer, parce que c’est plus facile de vendre des outils.

Mon idée, c’est de les accompagner, leur faire prendre conscience que nous sommes des êtres humains, que nous avons des perceptions, des émotions, un ressenti… et qu’il faut en tenir compte. On ne peut pas imposer un discours aux gens. Le matraquage publicitaire, c’était il y a 50 ans. On pense que si l’on répète toujours la même chose, ça finira bien par imprégner les esprits. Mais pourquoi ? À quoi ça sert ? On se souvient de la marque, oui, mais pour quoi faire ?

Ce qu’il faut, c’est se souvenir de l’expérience. C’est grâce à telle marque que j’ai découvert telle chose, résolu tel problème. Le souvenir doit être associé à l’expérience. Autrement, il ne veut absolument rien dire.

Qu’est-ce qui fait la différence de EforBrands avec une agence marketing classique ?

Pendant longtemps, j’ai créé des agences et je les ai dirigées. En fait, l’idée principale est de ne plus travailler sur un brief. Il y a toujours la demande du client, qui est centrale, mais l’idée est de s’affranchir du brief qui initie la compétition entre les agences. Ce serait plutôt d’imaginer avec mon client le sujet sur lequel nous allons travailler. C’est d’être très à l’écoute et co-construire ce brief. C’est définir la problématique réelle et voir ce que l’on peut faire pour y remédier.

Je vous laisse le mot de la fin. Que souhaitez-vous dire aux dirigeants B2B qui liront votre interview sur BtoB Leaders ?

J’ai envie de leur dire qu’il faut repartir de zéro ! Pour moi, c’est cela, l’esprit marketing. C’est le « Reload ». Qu’on se dise : on a fait ça, on en est là. Maintenant, repartons de zéro, sur des bases plus saines, plus respectueuses, avec une autre vision de ce qu’est la performance.

Jeff Bezos l’a déjà dit avant nous, lors d’une conférence, il y a plus de 10 ans. Il a donné trois conseils. Pour moi, le troisième est le plus important : « It’s always day one ». « C’est toujours le 1er jour ». C’est cet état d’esprit que je prône. Il faut se dire que nous sommes toujours au premier jour. C’est un fondement crucial de ma vision stratégique du marketing. Il faut donner le maximum à chaque fois, et être capable de renouveler l’expérience de la première fois, que ce soit avec un client fidèle ou à l’occasion d’une nouvelle collaboration.

Paroles d’experts
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?

Augmentation du nombre de démissions, pénurie de compétences, bore out ou encore « quiet-sitting »… Face à ces tendances, une entreprise peut-elle encore douter de l’importance de l’expérience employé ? Nombre d’entre elles ont fait de l’écoute une priorité et les plus avancées misent aujourd’hui sur la gestion de l’expérience employé (EXM). Écouter réellement ses collaborateurs L‘écoute est au cœur de l’EXM car c’est un moyen important pour comprendre les employés et leurs expériences, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'entreprise. Elle permet de suivre l’évolution des besoins des collaborateurs. Une entreprise qui n’est pas à l’écoute de ses équipes risque de perdre des talents et de ne pas être en mesure d'en attirer de nouveaux. Dans un monde post-pandémie, un programme de gestion réussi nécessite d’aller au-delà des enquêtes de satisfaction annuelles qui ne donnent pas aux équipes la possibilité de faire des commentaires pendant le déroulement régulier du travail. Les profonds changements qui ont bouleversé le monde professionnel ont montré la nécessité d’une acquisition rapide, voire en temps réel, des signaux, notamment d'alarme et de discontinuité émis par les employés. Dans un environnement de travail en constante évolution, prendre des décisions fondées sur des informations obsolètes fera perdre en pertinence. Utiliser les bons canaux Quels dispositifs d’écoute l’entreprise a-t-elle déployés ? Des questionnaires fermés ? C’est un bon début, mais pour réussir son programme EXM, elle devra diversifier ses canaux. Les marques avec les programmes EXM les plus avancés collectent et analysent les commentaires ouverts (43%), surveillent également les canaux communautaires (43%) et utilisent des logiciels de crowdsourcing (31%). Certaines vont plus loin en analysant les échanges téléphoniques des...

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Ceci pourrait vous intéresser..