Instagram, ou la percée des réseaux sociaux grand public dans le B2B

par | Juil 14, 2021 | | Contenu, Influence, CX - Insights

Décidément, la parenthèse pandémique a fait gagner plusieurs années à la digitalisation du marketing et des Sales B2B. Boom de la consommation du contenu en ligne, responsabilisation des acheteurs par le top management, engouement autour du self-service, « retardement » de la prise de contact dans le parcours d’achat, exigence d’une expérience comparable au B2C… Les vendeurs et marketeurs B2B ont dû faire preuve d’une agilité sans précédent pour tirer leur épingle du jeu dans un contexte à la fois incertain, turbulent mais aussi porteur de nouvelles opportunités.

Parmi les petites révolutions induites par la pandémie, il est intéressant de noter l’engouement des professionnels du B2B pour des réseaux sociaux à priori B2C, notamment Instagram et YouTube. Décryptage d’une tendance qui s’installe…

Instagram et YouTube dans le B2B : un succès fulgurant

C’est en feuilletant la toute dernière édition du B2B Marketing Mix Report signé SageFrog que nous est venue l’idée de ce billet de blog. Bien entendu, LinkedIn reste la référence absolue, puisqu’il concentre l’essentiel des efforts marketing des professionnels B2B. En effet, 86 % des répondants citent ce réseau professionnel comme un « point de vente essentiel » dans leur stratégie sur les médias sociaux.

C’est toutefois la progression d’Instagram qui attire l’attention. Le réseau social détenu par Facebook a en effet doublé son taux de pénétration auprès des professionnels du B2B, passant de 30 % (2020) à 60 % (2021). On notera aussi le bond de YouTube, qui passe de 20 % (2020) à 56 % (2021).

Instagram, ou la désinformalisation de la relation B2B

En réalité, ces tendances ne sont que le reflet de deux évolutions majeures, initiées depuis plusieurs années.

B2B ou B2C : au final, c’est l’humain qui décide

Premièrement, et bien qu’ils s’adressent à des entreprises, les marketeurs et vendeurs B2B doivent toujours convertir un être humain. Comme le consommateur final, ce dernier a des attentes, des aspirations, des préférences, des craintes, une sensibilité.

La pandémie est venue brouiller encore plus la frontière entre le B2B et le B2C. Comme nous vous en parlions ici, la digitalisation du parcours d’achat B2B a mis à nu l’inadéquation des interfaces proposées aux acheteurs. Le gap entre l’expérience client B2B et B2C est apparu au grand jour, notamment en matière d’ergonomie, d’intuitivité et de facilité d’utilisation. Cette « désinformalisation » de la relation B2B n’est sans doute pas étrangère à l’incursion remarquée d’Instagram.

D’un autre côté, le parcours d’achat B2B se voit profondément impacté par la démographie des professionnels. TrustRadius rapporte par exemple que 60 % des acheteurs B2B dans le domaine de la Tech sont des milléniaux. Cette tranche d’âge représente l’audience principale d’Instagram. En effet, 56 % des 18 – 36 ans ont utilisé Instagram en janvier 2021, ce qui en fait le groupe d’utilisateurs le plus important du réseau social. Selon Gartner, les marques B2B qui intensifient leurs efforts marketing sur Instagram peuvent bénéficier d’un plus grand engagement des clients et d’une visibilité accrue. L’exploitation d’un public très engagé offre potentiellement des conversions plus élevées et un cycle de vente plus court. Enfin, Instagram est beaucoup moins saturé que LinkedIn, Facebook et Twitter sur la partie B2B.

YouTube porté par l’engouement autour du format vidéo

C’est aussi la résorption de la démarcation B2B/B2C qui explique la progression de YouTube. Comme le consommateur final, l’acheteur exige désormais un contenu pertinent, à valeur ajoutée mais aussi et surtout facile à consommer. Le format vidéo gagne donc du terrain, et qui de mieux que YouTube pour le porter. « Dans un monde où Zoom et les vidéoconférences s’imposent comme la nouvelle norme, il est logique que les entreprises soient moins réticentes à adopter le marketing audiovisuel comme un outil précieux et facile à mettre en œuvre pour tirer leur épingle du jeu », peut-on notamment lire dans le rapport.

Que penser du cas Facebook ?

Voici par ailleurs les résultats du sondage SageFrog sur les réseaux sociaux les plus utilisés par les professionnels du B2B. On notera que Facebook (79 %) et, à moindre mesure, Twitter (60 %), talonnent LinkedIn (86 %). L’écart devrait être entièrement résorbé d’ici un à deux an(s).

Classement RS 2021

Selon le Social Media Industry Benchmark Report réalisé par Rival IQ, c’est Facebook qui aurait l’avenir le plus prometteur dans le B2B (hors LinkedIn). En effet, l’étude a montré que les professionnels du B2B, tous secteurs d’activité confondus, publient en moyenne 5,5 posts par semaine sur Facebook. Ce chiffre dépasse celui de Twitter (4,4 posts hebdomadaires) et d’Instagram (4 publications par semaine). Il faut dire qu’en dépit de son image parfois jugée « has been », Facebook cumule (toujours) les bons points :

  • Facebook, c’est d’abord et avant tout une audience phénoménale. Le réseau social de Mark Zuckerberg cumule 2,38 milliards d’utilisateurs actifs. Cela correspond à un tiers de la population mondiale ;
  • Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Facebook abrite un effectif intéressant d’entreprises qui l’utilisent très fréquemment. Selon Hootsuite, plus de 90 millions d’entreprises utilisent Facebook pour leur business. Selon HubSpot, 74 % des sondés utilisent Facebook à des fins professionnelles ;
  • Selon une étude eMarketer, plus de 87 % des marketeurs B2B américains déclarent utiliser Facebook à des fins marketing ;
  • De même, une étude Social Media Examiner a démontré que deux-tiers des marketeurs B2B utilisent Facebook Ads pour atteindre leurs objectifs marketing ;
  • Enfin, les décideurs B2B passent 74 % de temps sur Facebook en plus en comparaison avec l’internaute moyen.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter l’intégralité du B2B Marketing Mix Report de SageFrog ici (contenu en anglais).

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Paroles d’experts
Vente, outils, méthodes et process : la Data est omniprésente, mais l’Humain n’a pas dit son dernier mot
Vente, outils, méthodes et process : la Data est omniprésente, mais l’Humain n’a pas dit son dernier mot

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Annie-Paule Abihssira, CEO Développement et Franchise chez Booster Academy, « premier centre d’entraînement intensif à la vente » et cabinet de conseil en efficacité commerciale, management et expérience client. Au programme de cette interview : l’évolution de la pratique des Sales lors de la dernière décennie, la transformation du poste de Directeur Commercial, les raisons de la de la pénurie des profils commerciaux en France et la place de la technologie dans la fonction commerciale. Avant de commencer, pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Après un cursus d’études scientifiques et une licence de commerce international, l’entreprenariat m’a attirée. A 23 ans, diplômes en poche, j’assistais aux temps fort du bouleversement des méthodes de vente avec la consommation de masse et l’émergence des marques. J’ai développé une centrale d’achat de produits de mode multimarques pour les professionnels et un réseau de deux enseignes,  Pym’s et Pluriel, que j’ai cédées avec d’excellentes conditions de réinsertion pour les salariés en 2004. Forte de cette première expérience entrepreneuriale, j’ai créé MPA Conseil, un cabinet de conseil en développement de marques et stratégie d’enseignes. J’ai mobilisé mon expérience entrepreneuriale, ma volonté de faire grandir les collaborateurs au service de Booster Academy. Face à l’engouement autour de la SalesTech, diriez-vous que la fonction commerciale se dirige vers un phénomène de « scientifisation » ? Les entreprises qui adoptent une approche scientifique de la vente affichent une croissance 2.3x supérieure à celle des autres. La raison ? Nouveaux outils, méthodes et process, la Data est omniprésente, mais l’Humain n’a pas dit son dernier mot. Oui,...

Paroles d’experts
Acquisition B2B : juguler le gaspillage et la déperdition de leads pour doper la performance commerciale
Acquisition B2B : juguler le gaspillage et la déperdition de leads pour doper la performance commerciale

Booster la transformation sans accroître ses efforts de prospection… tout un programme ! Au lendemain de la parenthèse pandémique, les entreprises mettent les petits plats dans les grands pour muscler la LeadGen et doper la transformation. Pour en discuter, nous avons eu le plaisir d’échanger avec Thomas Finck, cofondateur et COO de Leadvalue. Pouvez-vous revenir sur la genèse et la proposition de valeur de Leadvalue ? J’ai vécu ma première aventure dans une entreprise offrant un service de mise en relation pour des milliers de particuliers avec des centaines d'artisans du bâtiment, chaque mois, partout en France. La création de Leadvalue est aussi le fruit de l’expérience dans la prospection commerciale de mon associé, Moïse Denage. Sa réflexion était qu’il n’existait aucun outil adapté pour la gestion de son activité de prospection au quotidien. Leadvalue CRM, solution 100 % française, est née de cette expérience très opérationnelle de la gestion de leads. Les solutions apportées par l’entreprise sont le produit de 10 années passées à répondre à ces problématiques : automatisation de flux de leads et distribution intelligente, outils pour la prise en charge, le suivi de ces prospects et la mesure des performances de nos actions, etc. Leadvalue est une version plus complète, plus efficace et d'un niveau technologique plus avancé pour apporter un service adapté à des milliers d'entreprises qui rencontrent ces problématiques. Dans un contexte de reprise, l’effort de prospection est encore plus crucial, notamment dans le secteur de l’immobilier qui a accusé le coup. Avez-vous observé un engouement pour vos services d’achat/traitement de leads post-pandémie ? Le contexte post-crise Covid génère de nouveaux paradigmes. La digitalisation accélérée des...

Ceci pourrait vous intéresser..