La chronique hebdo : calculé trop tôt, le ROI alimente la cassure entre les décideurs et le marketing B2B

par | Déc 20, 2021 | | ABM & LeadGen - Chronique hebdo

Sous pression, poussés à démontrer leur apport au top management dans l’urgence, les marketeurs B2B se précipitent dans le calcul du ROI de leurs campagnes alors que le cycle de vente n’en est qu’à ses balbutiements. Résultat : des ROIs artificiellement faibles, des décideurs qui perdent confiance et des marketeurs découragés. Chronique d’un malentendu.

Les départements marketing ont eux-mêmes besoin d’efforts marketing pour mieux se vendre au top management

Des bureaux de l’entreprise aux stades de foot, de l’usine aux instances gouvernementales, la notion de « valeur » est intrinsèque à l’activité professionnelle au sens large. En 1988, un papier de Michael J. Lanning, aujourd’hui patron du DPV Group, définissait l’entreprise comme un « système de création de valeur pour les clients ». Seulement voilà : si l’on dépasse les modèles classiques, la valeur est une notion complexe, parfois abstraite, que l’on ne peut appréhender par de simples indicateurs objectifs. Prenons les départements marketing.

D’un côté, ils sont indissociables de l’activité économique. Ils s’imposent comme une véritable « fabrique de valeur », permettant à l’entreprise de canaliser ses ressources pour atteindre la bonne cible et lancer l’effort commercial. De l’autre, les départements marketing ont parfois mauvaise presse… ils peuvent susciter la méfiance des consommateurs (B2C) et acheteurs (B2B) qui activent de plus en plus le bouclier anti-marketing, mais aussi des décideurs. Paradoxalement, les départements marketing ont eux-mêmes besoin d’efforts marketing pour mieux se vendre au top management :

  • Une étude Research Now relayée par le Podcast The Campaign explique que seuls 13 % des non-marketeurs considèrent le marketing comme un moteur de la stratégie commerciale de l’entreprise ;
  • Une enquête parue dans le Journal of Marketing explique que l’influence des départements marketing sur la prise de décision stratégique a globalement perdu des points depuis les années 1980 ;
  • Une étude récente de Fournaise Group fait un constat encore plus inquiétant : 80 % des CEO n’ont tout simplement pas confiance en leurs marketeurs. Aussi, 73 % pensent que leurs marketeurs manquent de crédibilité et n’ont pas la capacité à générer des revenus « suffisants ».

 

 

A l’origine du désamour des CEO envers le marketing, une question de perception

Neil Patel, Serial Entrepreneur, New York Times Best-Seller et faisant partie des 10 meilleurs marketeurs au monde selon Forbes, évoque trois causes majeures à ce désamour envers les départements marketing de la part du top management :

  • Les marketeurs manquent souvent d’empathie, de pédagogie et d’un certain sens de la vulgarisation. « Nous pensons que si les décideurs ne comprennent pas ce que fait le marketing, c’est leur problème. C’est peut-être de leur faute, mais il est crucial de combler ce fossé et de rapprocher les points de vue, ne serait-ce que pour garder notre emploi», explique-t-il.
  • La technologie a chouchouté les départements marketing, souvent aux dépens des commerciaux qui n’ont eu que quelques outils de support mineurs en une décennie de digitalisation. Pour Neil Patel, les marketeurs ont succombé à la mode, aux tendances et aux buzzwords au détriment de la création de valeur en tant que telle. Contrairement aux commerciaux qui ont toujours fini par se recentrer sur leurs fondamentaux, les marketeurs se sont perdus dans les tergiversations technologiques et les concepts creux.
  • Bien qu’il s’agisse d’une discipline basée sur la créativité, le marketing affiche un volume d’innovation incroyablement faible… au point où une campagne qui sort à peine des sentiers battus se retrouve très rapidement hyper-médiatisée.

Ces éléments n’expliquent pas, à eux seuls, le désamour du top management envers le marketing. Ils sont le symptôme d’un mal plus profond : le marketing n’a jamais vraiment appris à démontrer sa valeur (ROI) par A+B. Pourquoi ? Une étude LinkedIn réalisée fin 2021 a dévoilé une partie du problème.

Les marketeurs et la démonstration de ROI, l’éternel malentendu

LinkedIn a récemment sorti un guide de poche qui met en lumière un comportement problématique : les marketeurs calculent le ROI de leurs actions beaucoup trop tôt, avant même que le cycle de vente ne puisse s’achever. En détail :

  • 77 % des marketeurs mesurent le ROI dès le premier mois de la campagne en question.
  • Paradoxalement, 55 % de ces mêmes marketeurs affirment que leur cycle de vente dure plus de trois mois.
  • Enfin, seuls 4 % des marketeurs sondés disent mesurer le ROI d’une campagne plus de 6 mois après son lancement.

Selon une autre étude, la majorité des nouveaux clients B2B réalisent leur achat 6 mois après le lancement de la campagne marketing B2B qui les a sollicités. Mieux : certains (environ 40 %) ne se décident qu’après 9 mois, et environ 18 % n’achètent qu’après 12 mois. In fine, les marketeurs B2B mesurent leur ROI alors qu’il n’y a pas encore de ROI à mesurer. Le ROI est une « destination finale » que l’on n’atteint qu’à la fin du cycle déclenché par la campagne. Ce sont les KPIs qui permettent un suivi progressif, puisque chaque étape de l’effort marketing a des indicateurs propres qui permettent d’engager les mesures correctives qui s’imposent et d’anticiper les résultats.

« Nous nous sommes habitués à des réponses instantanées, y compris sur des questions stratégiques. Il n’est pas étonnant que les décideurs exigent des comptes alors que les preuves de résultat ne sont pas encore accessibles. Cette approche est contre-productive et bride le marketing depuis des années ».

Photo de profil de Sean Callahan

Sean Callahan, Senior Content Marketing Manager chez LinkedIn et co-auteur de l’étude.

La cause ? Des départements marketing sous pression, poussés à prouver leur valeur dans l’urgence pour éventuellement débloquer des budgets, qui se précipitent dans le calcul du ROI alors que le cycle de vente est à peine enclenché. La conséquence ? Des ROIs artificiellement faibles qui nourrissent la perception (biaisée) du top management et qui découragent les marketeurs. CQFD.

 

 

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..