3 étapes incontournables pour améliorer votre programme de Sales Enablement

par | Juil 22, 2021 | | Vente et Management commercial - Insights

Le paysage des Sales Enablement, ou aide à la vente, s’est transformé au cours de la dernière décennie. La prise de conscience des entreprises du rôle de la technologie dans la partie commerciale a tout changé. Les investissements stratégiques se multiplient dans l’acquisition de solutions et la formation.

Les cycles de vente devenant plus complexes et surtout plus numériques, les entreprises ne peuvent plus rouler des mécaniques pour convertir leurs prospects. Le nouveau verbatim du Sales Enablement est là :  Intelligence Artificielle, Machine Learning, Marketing Automation, analyse de la Data, etc. Comment donc piloter sa stratégie de Sales Enablement dans un contexte turbulent et incertain ? BtoB Leaders vous propose les trois conseils de Seismic, leader mondial du Sales Enablement.

Benchmarking, ou comment s’inspirer des champions du Sales Enablement

Quel que soit le niveau de maturité de votre Sales Enablement, vous pouvez toujours aspirer à mieux. Commençons par ajuster notre perception du Sales Enablement. Il ne s’agit pas simplement d’une fonction ou d’une équipe diluée dans les Sales. Voyez plutôt le Sales Enablement comme une cellule stratégique à la disposition de l’ensemble des équipes Go To Market. Cette cellule doit être portée par le top management. En effet, à en croire le rapport annuel sur le Sales Enablement de Seismic (à consulter ici), les entreprises qui tirent leur épingle du jeu sont celles dont le Sales Enablement est piloté par la direction. Mieux : chez 59 % des entreprises pionnières en la matière, le Sales Enablement relève directement du PDG.

Il appartient donc au top management d’instaurer le Sales Enablement en tant qu’état d’esprit, voire en tant que composante de la culture de l’entreprise. A côté de cette politique volontariste, le Sales Enablement doit bénéficier de la data, de solutions technologiques et de programmes de formation à la pointe. Mais avant d’impulser les changements qui s’imposent, il s’agira d’abord de paver le chemin…

Qu’attendre du Sales Enablement ?

Parce que le Sales Enablement appelle une approche multidimensionnelle, la prise de recul et la « Big Picture » sont un passage obligé. Il est important de travailler de manière transversale avec l’ensemble des équipes en contact avec vos clients (directement et indirectement). Identifiez leurs préoccupations et leurs blocages. Leur contact avec le terrain sera le meilleur input de votre politique de Sales Enablement. Elles vous aideront à affiner votre stratégie pour qu’elle ne s’écarte pas de son objectif : servir le client. Quelle que soit l’importance de votre cellule de Sales Enablement, son dessein ultime reste le même : créer l’expérience client la plus agréable, la plus intuitive et la plus pertinente.

Cette vision globale sur votre approche de Sales Enablement aidera la direction dans son discours envers les équipes concernées. En énumérant les objectifs attendus, vous favorisez l’adhésion de toutes les parties prenantes… étape essentielle pour réussir la mise en œuvre.

Réaliser une charte de Sales Enablement

Selon Seismic, les entreprises qui ont formalisé leur politique de Sales Enablement avec une charte en bonne et due forme réalisent de meilleurs résultats :

  • Leur taux de conversion est 7 % supérieur par rapport aux entreprises sans charte de Sales Enablement ;
  • Leurs performances commerciales sont 35 % supérieures aux autres ;
  • Elles affichent un turnover 15 % inférieur aux autres.

Commençons par définir la charte du Sales Enablement. Il ne s’agit pas d’un document massif comme peut l’être un référentiel de qualité. Votre charte doit prendre la forme d’un plan d’action direct et concis. Elle aura la taille d’un e-book de type livre blanc, tout au plus. Il s’agit donc d’un document qui définit de manière claire ce qu’est le Sales Enablement pour votre entreprise, avec un guide clair pour accompagner les équipes actuelles mais aussi faciliter l’onboarding. Elle doit également intégrer les différents indicateurs de mesure du succès de votre Sales Enablement. A minima, votre charte de Sales Enablement doit comprendre les éléments suivants :

  • La mission et les objectifs stratégiques de votre entreprise ;
  • La cible stratégique pour laquelle vous déployez votre Sales Enablement ;
  • L’étendue et la répartition des responsabilités en matière de Sales Enablement ;
  • Les indicateurs qui serviront à mesurer le succès de votre Sales Enablement.

Seismic propose trois étapes simples pour mettre au point une charte de Sales Enablement pratique et efficace :

  1. La phase de recherche : comprendre les objectifs stratégiques de l’entreprise et sonder les besoins et les défis des équipes Sales et Marketing. Seismic recommande des entretiens avec la direction générale, le management des ventes, les représentants commerciaux et les équipes transverses qui coordonnent les projets complexes ;
  2. La création de la charte à proprement parler. Rédigez une ébauche de votre charte de Sales Enablement, soumettez-la aux équipes concernées, recueillez leur retour et finalisez-la ;
  3. L’élaboration d’un plan d’action pour accompagner la charte. Il s’agit d’un plan de mise en œuvre détaillant les étapes de déploiement et les différents délais.

Puisqu’il s’agit d’un projet stratégique, Seismic conseille de réaliser un tableau RACI définissant clairement les responsabilités des personnes impliquées dans la création et la finalisation de la charte de Sales Enablement. Pour aller plus loin, vous pouvez consulter le livre blanc de Seismic intitulé « Power Sales Enablement with a charter », téléchargeable ici (contenu en anglais).

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on peut parler de digitalisation massive des métiers au travers de la multiplication de solutions ad hoc… à tel point que l’on parle désormais de « marketing stack » à toutes les étapes...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..