5 signes qui indiquent que vous avez besoin d’une solution d’aide à la vente

par | Avr 29, 2021 | | Vente et Management commercial - Insights

Quand et comment aider vos commerciaux avec une solution d’aide à la vente

Cet article liste les cinq signes qui révèlent qu’il est grand temps pour votre entreprise d’adopter des solutions d’aide à la vente ; une alternative qui permettra à vos vendeurs de meilleures performances et plus d’efficacité.

Dans ce contexte économique concurrentiel et instable, les entreprises n’ont pas d’autres solutions que d’atteindre leurs objectifs de vente pour soutenir leur croissance. Seulement, leur taux moyen de réalisation de ces objectifs ne dépassent pas les 54% aujourd’hui, un chiffre qui a encore chuté suite au Covid-19. 

Pendant ce temps, les comportements d’achat BtoB continuent de changer. Les acheteurs font leurs choix en réalisant leurs propres recherches en amont. 83 % d’entre eux s’attendent à ce que les entreprises utilisent les nouvelles technologies pour les aider dans leurs expériences d’achat.  

Les nouveaux outils d’aide à la vente permettent de s’adapter à ces changements.

#1. Vos commerciaux passent trop de temps à trouver le contenu destiné aux clients ? Vous avez besoin d’une solution d’aide à la vente ! 

Si vos vendeurs passent plus de temps à rechercher du contenu et à essayer de l’adapter à leurs clients qu’à vendre, l’alarme devrait sonner. Cela peut rapidement freiner votre production et donc votre productivité. 

Peter Strohkorb a décrit ce phénomène de manière succincte et incisive dans son livre “Smarketing : Vendre de façon plus intelligente”. Il a écrit que “les commerciaux consacrent trop de leur temps de vente précieux à la production de leurs propres supports de vente marketing”. Cela résulte du manque de confiance dans les réalisations de leurs collègues marketeurs. 

Une plateforme d’aide à la vente peut facilement résoudre ce problème. Elle offre du contenu centralisé et permet aux commerciaux d’y accéder facilement et en temps réel. Ces derniers peuvent repèrer également les ressources dites d’activation: actualités, formation, pièces de vente, etc. le tout dans un seul emplacement.  

Cela leur permettra ainsi de se concentrer sur leur principale mission : la vente ! 

#2. Le contenu marketing n’est pas utilisé  

Forrester Sirius Décisions a constaté que 65% du contenu marketing est non exploité par les vendeurs. C’est un chiffre d’autant plus effrayant que 26% des budgets marketing BtoB sont consacrés au marketing de contenu. 

Imaginez la somme d’argent et le nombre d’efforts gaspillés ! 

Une façon de surmonter la sous-exploitation du contenu marketing est de servir le bon contenu au bon moment à la bonne cible ; cela doit être fait via les environnements que les commerciaux utilisent le plus, comme leur CRM ou leur boite de messagerie Outlook. 

Par exemple, le moteur prédictif de la plateforme d’aide à la vente Seismic, recommande le contenu le plus pertinent, à chaque étape de la vente, dans le CRM. Les vendeurs n’ont plus besoin de trouver du contenu, le contenu les trouve. Cela optimiserait instantanément l’utilisation du contenu marketing. 

#3. Vos vendeurs adoptent une approche unique ? Pensez aux outils d’aide à la vente ! 

La personnalisation n’est plus une option dans une économie basée sur l’expérience client BtoB. Les utilisateurs axent leurs choix et donc leurs décisions sur l’expérience et l’engagement client personnalisés. 

Si vos vendeurs envoient du contenu générique, c’est certainement un signe alarmant pour que vous changiez votre approche commerciale.    

La personnalisation va au-delà d’une simple mise à jour de votre support de vente standard avec le nom et le logo du prospect. Il s’agit plutôt d’une approche basée sur des données scientifiques, qui s’harmonisent avec le contenu, la messagerie et la stratégie de vente. Elle s’appuie surtout sur des critères comme la personnalité, le type d’entreprise, l’industrie, le segment de marché et l’étape du processus d’achat. 

Personnaliser son approche représente déjà une excellente opportunité de croissance. Alors que dire si vous tirez parti de la technologie d’automatisation de la personnalisation pour activer la vente à une plus grande échelle ? 

En somme, si vous permettez à vos vendeurs de personnaliser leur contenu en conformité avec le marketing, vous les aidez à exceller !  Vous offrez également des expériences personnalisées et uniques à vos acheteurs. 

#4. Faible utilisation des CRM par les commerciaux : une raison de plus pour faire appel aux services d’aide à la vente  

Votre entreprise vient de dépenser du temps et de l’argent pour déployer un CRM sur l’ensemble de ses activités commerciales. Six mois plus tard, il y a de fortes chances que vos commerciaux ne l’utilisent pas comme il se doit

En effet, parmi les secrets les mieux gardés des solutions d’aide à la vente, nous retenons, l’utilisation régulière de votre CRM. En intégrant de manière transparente l’automatisation des contenus dans le CRM, vous le valorisez auprès de vos équipes commerciales en le rendant incontournable. 

#5. Votre connaissance sur la manière dont vos clients perçoivent et utilisent le contenu partagé par vos vendeurs 

Depuis longtemps, les entreprises se concentrent uniquement sur les ouvertures, les clics et les téléchargements du contenu partagé par les commerciaux. Cela n’est plus suffisant dans l’ère du digital où nous devons repérer les moindres signaux d’intention d’achat en ligne.  

Une fois de plus, une solution d’aide à la vente vient à la rescousse. Elle analyse page par page et déclenche des alertes en temps réel lorsque les clients visualisent du contenu. Cela permet aux vendeurs de découvrir les parties du document qui intéressent le plus leur cible.  

Grâce à cela, ils adaptent facilement leur prochaine conversation et adoptent la meilleure approche commerciale, pour accroître leurs ventes.

[simple-author-box]

Seismic est un outil d’aide à la vente

Cet article a ét édigé en collboration avec notre partenaire freshperspectivesales

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..