ABM : l’endurance d’un coureur de fond, l’explosivité d’un sprinteur

par | Fév 21, 2022 | | ABM & LeadGen - Chronique hebdo

L’Account-Based Marketing (ABM) a sans doute été l’un des mots-clés les plus chauds des dernières éditions du BtoB Summit et des Rencontres Internationales du Marketing (RIM). Il faut dire que les planètes se sont alignées pour cette approche stratégique de la vente…

ABM : apporter de la proactivité et de la qualité pour accélérer le cycle de vente

De Forrester à Gartner en passant par le LinkedIn B2B Institute, tous les spécialistes de la prospective prédisent un avenir radieux pour l’Account-Based Marketing (ABM). Il faut dire que cette approche coche toutes les bonnes cases : allouer suffisamment de ressources pour convertir les comptes à fort potentiel, répondre à l’impératif de personnalisation, repositionner le commercial dans le cycle d’achat, etc.

Le B2B a sans doute gagné 5 ans dans sa transition digitale avec la pandémie. Aujourd’hui, l’acheteur passe une grande partie de son parcours d’achat à faire des recherches de manière anonyme sur le web, en toute autonomie, dans un mindset de « self-service ». Certains acheteurs B2B ne contactent le commercial du fournisseur envisagé que pour négocier le prix. Aussi, dans un contexte d’austérité, les acheteurs prennent leur précautions en incluant plusieurs collaborateurs dans le choix d’un prestataire. La décision d’achat n’a jamais été aussi collégiale.

Ce macroenvironnement a donc logiquement accéléré la démocratisation de l’ABM en tant que levier complémentaire à l’Inbound Marketing. Il vient apporter de la proactivité, de la qualité (par le ciblage de comptes à fort potentiel) et un coefficient accélérateur à un cycle de vente parfois très long. L’ABM est un inversement de la pyramide de l’Inbound Marketing (Data – contenu personnalisé – engagement de chaque compte de manière individuelle).

 

 

Le mix « long terme – courte terme » : le secret des entreprises « championnes de l’ABM »

L’ABM, qui est finalement à l’intersection des Sales, du Marketing et de la gestion des comptes, s’impose avec force dans le cas d’un produit complexe et relativement coûteux. Comme l’explique Heather Barnett de The Marketing Place, l’engouement pour l’ABM s’explique essentiellement par l’impératif d’aborder les comptes à fort potentiel dans les règles de l’art et la nécessité d’accélérer la vitesse du pipeline. Il faut dire que dans certains secteurs d’activité, le cycle de vente peut dépasser le mandat moyen d’un CMO.

Avant de lancer la prospection à proprement parler, les équipes chargées de l’ABM doivent réaliser un long travail de préparation : profilage des décisionnaires et des influenceurs de la prise de décision, collecte d’informations, création de contenus ciblés, etc. Cette vision à long terme doit toutefois laisser de la place à l’agilité : l’entreprise doit être en mesure d’adapter constamment sa stratégie ABM au gré des données collectées sur les comptes cibles, leur secteur d’activité, les fusions – acquisitions, etc.

De manière plus prosaïque, je vous propose quelques exemples concrets issus d’un reportage paru sur le média The Drum qui a sondé trois entreprises B2B « championnes de l’ABM » :

  • Virgin Media O2 (média et télécom) élabore des programmes ABM sur trois ans. Le ROI est mesuré par des KPIs inspirés de l’approche ITSMA (réputation, relationnel et revenus). Au-delà des actions sur le long terme, l’entreprise se laisse une marge de manœuvre pour expérimenter et incorporer la Data fraîchement collectée dans la prise de décision. L’entreprise a par exemple détecté un besoin de visibilité chez les détaillants pendant la pandémie. Elle a donc réalisé une grande étude prospective sur les attentes des consommateurs en matière de technologie et de connectivité. Ce support a par la suite été mis en avant pour approcher les comptes cibles les plus intéressants.
  • Red Hat, filiale d’IBM spécialisée dans les logiciels open source, mobilise l’ABM pour s’engager à long terme auprès de ses clients stratégiques, comprendre leurs besoins et leurs objectifs et leur offrir une expérience personnalisée à chaque étape de leur parcours d’achat. « Mais cela ne veut pas dire qu’il faut tout planifier à l’année», explique Kari Price, Senior Director et spécialiste ABM chez Red Hat. Les équipes marketing de l’entreprise mettent en œuvre un profilage continu pour identifier des opportunités supplémentaires et enclencher des actions agiles pour les saisir.
  • ServiceNow, spécialiste de la gestion des workflows numériques, a mis en place une structure claire et rigoureuse avec un guide ABM, des outils, des modèles, des ressources documentaires et du matériel d’inspiration à destination des équipes. « Cela peut sembler contre-intuitif, mais nous avons constaté que la meilleure façon de donner à nos équipes ABM la liberté d’innover, c’est de mettre en place une structure claire […]. Nous planifions 80 % du programme ABM et laissons 20 % de flexibilité», explique Elise Miller, Director et Head of ABM EMEA chez ServiceNow.

Pour conclure…

L’Account-Based Marketing nécessite les capacités d’endurance d’un coureur de fond pour décrocher des contrats intéressants. Il exige également l’explosivité d’un sprinteur pour décrocher des petites victoires de manière régulière qui viendront motiver les équipes et encourager le top management à débloquer des budgets pour alimenter la stratégie ABM sur le long terme. A la semaine prochaine !

 

A lire également sur BtoB Leaders : La fonction commerciale, ce laboratoire à ciel ouvert…
Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..