Post-Covid : les acheteurs exigent désormais une expérience client à la B2C

par | Juil 5, 2021 | , | Data, Connaissance client, IA - Insights, Vente et Management commercial - Insights

Un chiffre, pour commencer. Selon Salesforce, 56 % des acheteurs B2B sont prêts à payer plus pour une meilleure expérience client. La pandémie de la Covid-19 a-t-elle aboli la frontière entre le B2B et le B2C ? Eléments de réponse dans ce billet de la rédaction BtoB Leaders.

B2B ou B2C : à la fin, c’est toujours l’humain qui décide

La frontière entre l’expérience client B2B et B2C commençait déjà à devenir poreuse au début de la décennie 2010. La pandémie de la Covid-19 n’a donc pas lancé la tendance à proprement parler, mais elle l’a catalysée, lui faisant gagner plusieurs années en l’espace de quelques mois. Le télétravail, qui a découlé des mesures de distanciation physique pour endiguer la pandémie, a bousculé les repères et bougé les lignes :

  • La digitalisation du parcours d’achat B2B a mis à nu l’inadéquation des interfaces proposées aux acheteurs. Le gap entre l’expérience client B2B et B2C est alors apparu au grand jour.
  • Le télétravail a apporté une certaine légèreté, voire intimité dans les échanges professionnels. Les marketeurs ou vendeurs B2B ont pu apercevoir une autre facette de la vie de leurs interlocuteurs en visioconférence : maison, enfants, animaux domestiques, etc.
  • Cette « désinformalisation » des échanges a permis aux marketeurs et vendeurs de réaliser que les entreprises clients sont composées de personnes réelles. Ces dernières ont donc des attentes, des craintes, des aspirations, des préférences.

Il faut ici rappeler que l’expérience client s’impose désormais comme un critère crucial dans le parcours d’achat. En effet, selon une étude Salesforce, 80 % des acheteurs estiment que l’expérience proposée était au moins aussi importante que le produit ou service du fournisseur. Difficile de faire plus éloquent lorsqu’il s’agit d’illustrer l’importance décisive de l’approche customer-centric, y compris dans le B2B.

En somme, le Marketing et les Sales ont redécouvert l’acheteur qui reste après tout un décisionnaire humain. Le B2B lie deux entreprises, mais ce lien est établi via des individus dont le comportement n’est finalement pas aussi différent du consommateur. Certaines entreprises n’hésitent d’ailleurs pas à brouiller les pistes en employant des ingrédients B2C dans leurs campagnes de communication B2B.

La campagne de communication très B2C de Wirepas

Chez BtoB Leaders, nous avions d’ailleurs documenté le cas Wirepas. Acteur disruptif de l’IoT pour les entreprises, la jeune pousse finlandaise a lancé une campagne créative, reprenant les codes du marketing B2C pour conquérir un cœur de cible exclusivement B2B. Au menu : des teasers, des publicités à l’humour piquant, un storytelling bien senti, un récit d’entreprise finement ciselé, etc. Mia Karlsson, SVP Global Marketing & Communication chez Wirepas, expliquait au micro de BtoB Leaders :

« Comme nous sommes une entreprise à taille humaine, nous devons faire preuve de créativité pour être vus et entendus. Pour casser un peu ces codes et attirer l’attention, nous avons opté pour une campagne de communication décalée. Le B2C et le B2B ont chacun leurs codes mais à la fin, c’est toujours l’humain qui reçoit le message. Cela vient également de la nature du produit, qui est assez technique. Cela nécessite donc une approche de vulgarisation car la cible, même dans un cadre B2B, n’a parfois qu’une connaissance superficielle de l’IoT. »

Mia Karlsson, SVP Global Marketing & Communication chez Wirepas.

Une approche hybride pour séduire l’acheteur – explorateur

Les études qui se sont intéressées à cette dynamique se suivent et se ressemblent. Comme l’enquête Salesforce citée plus haut, un travail de recherche mené par Oro, pionnier de l’e-commerce B2B, explique que l’expérience client s’impose progressivement comme le principal catalyseur de croissance et de différenciation dans le B2B. Présentée à l’occasion d’un webinar organisé par Forrester, leader mondial de la recherche et du conseil, cette enquête explique que les entreprises ont intérêt à opter pour une approche hybride qui cumule le meilleur du B2C et du B2B. L’acheteur doit avoir à sa disposition :

  • Une information claire, concise et surtout facile à consommer. Rappelons que la quantité moyenne de contenu consommée en une journée a doublé en 2020 (selon Seismic).
  • Un conseiller humain capable de répondre à ses interrogations, mais aussi de le rassurer.

Les décideurs B2B n’ont jamais été aussi bien informés. Le laps de temps entre le déclenchement du parcours d’achat et la prise de contact avec un vendeur n’a jamais été aussi important. Pour continuer d’aiguiller efficacement l’acheteur – explorateur, l’entreprise doit lui baliser le chemin, comme dans le B2C. Elle est attendue sur :

  • D’abord, la production d’un contenu accrocheur et à forte valeur ajoutée, dans une logique Inbound ;
  • Ensuite, un effort de visibilité sur les réseaux sociaux et les moteurs de recherche (SEO) ;
  • Une certaine notoriété et une aura d’expert ou de référent sur son cœur de métier, notamment sur LinkedIn. Rappelons que 75 % des acheteurs B2B se disent « influencés de manière significative » par les réseaux sociaux pour ce qui est des décisions d’achat (édition 2020 du rapport The LinkedIn State of Sales) ;
  • Une étude approfondie et itérative des Buyer Personas pour être à la page de leurs préoccupations, attentes et aspirations ;
  • Une disponibilité à toute épreuve et en omnicanal : téléphone, email mais aussi et surtout messaging (Live Chat et Chatbots).

L’acheteur B2B attend de l’empathie et de l’intelligence émotionnelle

Le corps médical et les sociologues ne disposent pas encore d’assez de recul pour évaluer les effets psychologiques de la pandémie. Une étude Salesforce apporte toutefois quelques éléments de réponse. Ainsi, on apprend que 68 % des professionnels sondés attendent des marques une certaine empathie. Dans le même sens, 20 % des marketeurs B2B interrogés déclarent avoir rendu leur contenu marketing « plus émotionnel ». Après avoir été un soft skill recherché par les recruteurs, l’intelligence émotionnelle devient donc un argument commercial décisif.

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on peut parler de digitalisation massive des métiers au travers de la multiplication de solutions ad hoc… à tel point que l’on parle désormais de « marketing stack » à toutes les étapes...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..