Quand l’acheteur New Age challenge le modèle LeadGen vintage

par | Déc 27, 2021 | | ABM & LeadGen - Chronique hebdo

Manifestement, notre modèle LeadGen B2B basé sur un Buyer Persona unique (pour chaque cible) et une perception linéaire et chronologique du parcours d’achat a du plomb dans l’aile. Challengé par l’acheteur B2B New Age, l’entonnoir tel que nous le connaissons a vécu. Chronique.

Les quatre manifestations de l’émergence de l’acheteur New Age

L’année 2021 a été particulièrement riche en travaux de recherche, sondages et autres états des lieux dans le marketing, la vente et, plus largement, les sciences de gestion. Il faut dire que le contexte inédit que nous vivons maintenant depuis bientôt deux ans a particulièrement inspiré les chercheurs. Le travail de curation que nous effectuons quotidiennement sur BtoB Leaders nous permet de dégager certaines tendances, notamment au niveau du bouleversement du comportement d’achat B2B. L’étude réalisée par Accenture au milieu de l’été dernier a sans doute été la plus ambitieuse et la plus pertinente en la matière. Synthèse :

  • Les acheteurs sont de plus en plus autonomes. Pour preuve, ils réalisent, en moyenne, 57 % du parcours d’achat avant d’initier le premier contact avec le(s) fournisseur(s) envisagé(s). Ce constat traduit la volonté de l’acheteur de prendre le « lead » sur son parcours en multipliant son effort de documentation en self-service.
  • Les acheteurs sont plus prudents. On le voit à la collégialité croissante de la sphère décisionnelle, dans la mesure où la prise de décision émane d’une dynamique de groupe (qui allonge d’ailleurs le cycle d’achat). Selon McKinsey, le groupe d’achat typique implique 6 à 10 personnes, chacune contribuant à hauteur de 3 à 4 informations glanées pendant ses recherches. L’hypothèse de départ d’un Buyer Persona unique a donc vécu. Par ailleurs, comme l’explique Accenture, 90 % des décideurs disent « ne jamais répondre à une sollicitation à froid de la part d’un commercial». Nous pouvons imaginer que cette prudence est exacerbée par le contexte pandémique car comme dans tout climat de crise, l’austérité est de mise.
  • Les acheteurs sont plus « sociaux ». Si 61 % des projets d’achat B2B commencent aujourd’hui sur le web, 58 % des acheteurs incluent les réseaux sociaux dans leur parcours (LinkedIn mais aussi les plateformes d’avis en ligne).
  • Les acheteurs sont enfin plus exigeants. Ils attendent de l’accompagnement, du service, de l’hyperpersonnalisation, un discours étayé par des cas pratiques et des exemples.

 

 

Les autres variables décisives du nouveau parcours d’achat

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la Covid-19 n’a pas « enfanté » le nouveau parcours d’achat B2B. Elle a simplement accéléré son changement. Rappelons que Gartner a sorti un rapport début 2019 sous le titre « La nouvelle réalité du parcours d’achat B2B », bien avant la découverte du virus à Wuhan. Le cabinet de conseil y développait le postulat suivant : « Le modèle traditionnel de l’entonnoir LeadGen B2B se base sur un parcours d’achat qui n’existe pas ou plus ». Il appartient au top management d’adopter le bon mindset pour adapter l’effort marketing à plusieurs « nouvelles » réalités.

#1 Le magma de contenus déstabilise l’acheteur B2B

Si l’acheteur B2B est plus autonome, il se dit aussi « déstabilisé » par le magma de contenus à consulter en ligne pour prendre une décision. D’ailleurs, 75 % des acheteurs B2B sondés par McKinsey jugent leur parcours d’achat « très complexe ». Les commerciaux doivent saisir cette opportunité pour retrouver la confiance des acheteurs et reprendre leur rôle au cœur du parcours. Pour cela, ils doivent adopter une posture de conseil ultra-personnalisé avec un discours émotionnel, étayé par des chiffres et des Business Cases tout en nuançant leur approche avec les limites et/ou risques d’échec de la solution qu’ils commercialisent. C’est en tout cas ce qui ressort d’une belle étude signée The Marketing Practice et B2B Decision Labs que BtoB Leaders a résumée.

#2 Résister à la tentation de la simplification linéaire

Les membres du groupe d’achat et, plus largement, de la sphère décisionnelle, réalisent un certain nombre de tâches dans le parcours : identification du problème, recherche de solutions, énumération des critères de sélection de la solution et du fournisseur, esquisse d’une décision finale puis recherche d’un consensus pour passer à l’action. Et pour compliquer davantage les choses, ces tâches ne suivent pas un rythme linéaire ou chronologique. Elles peuvent même être réalisées plusieurs fois avant le passage à l’action.

#3 L’Inbound Marketing, encore plus pertinent ?

Comme expliqué plus haut, la recherche « autonome » de contenu en ligne reste la « tâche » la plus importante aux yeux des acheteurs B2B. Ils lui accordent en effet 27 % de leur temps, devant les réunions du groupe d’achat (22 %), la recherche d’informations hors ligne (18 %) et les échanges avec les fournisseurs potentiels (17 %). Le Content Marketing, le SEO et, plus largement, l’approche Inbound sont donc toujours d’actualité… ce qui, au passage, démontre encore une fois que l’ABM et l’Inbound sont complémentaires, pas concurrents.

In fine, l’acheteur, qui reste le « destinataire » majeur de toute la dynamique Sales et Marketing B2B, a changé. Pourtant, nous insistons encore avec notre modèle LeadGen vintage par ignorance, habitude, paresse, résistance au changement ? A la semaine prochaine.

 

A lire également sur BtoB Leaders : La stratégie, grande oubliée du Top Management ?
Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on peut parler de digitalisation massive des métiers au travers de la multiplication de solutions ad hoc… à tel point que l’on parle désormais de « marketing stack » à toutes les étapes...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..