Comment la vidéo s’est imposée dans le parcours de l’acheteur B2B…

par | Mar 21, 2022 | | Contenu influence, CX - Chronique hebdo, Vente et Management commercial - Chronique hebdo

Biberonnés au digital, au ludique et au divertissant, 46 % des acheteurs B2B consomment des contenus interactifs et des vidéos tout au long de leur parcours d’achat et ça, les champions des Sales l’ont bien compris.

La mainmise des acheteurs sur le cycle de vente

« Les acheteurs B2B sont officiellement devenus les chefs d’orchestre du business ». C’est avec cette phrase que DemandGen, RollWorks et Vidyard ont entamé l’édition 2022 de leur grand état des lieux de l’accélération commerciale. Cette mainmise sur le parcours d’achat est née d’une cascade de variables du macroenvironnement de l’entreprise :

  • Un facteur technologique, avec l’omniprésence des Nouvelles Technologies d’Information et de Communication (NTIC) qui mettent à disposition une information sourcée et adaptée à chaque profil et sur toute la chaîne de valeur, depuis la vulgarisation jusqu’à l’expertise pointue.
  • Un facteur social, avec l’hégémonie du web collaboratif, des plateformes d’échange et des réseaux sociaux généralistes mais aussi et surtout spécialisés. Aux Etats-Unis et, plus largement, dans le B2B anglosaxon, Reddit devient un réflexe pour demander l’avis des pairs en phase d’achat ;
  • Un facteur démographique, en deux temps : il y a d’abord l’arrivée des milléniaux dans les postes de décision et d’influence. Cette génération adepte des tutoriels, des guides pas-à-pas et du mindset Do It Yourself (DIY) a fait émerger le parcours d’achat en self-service, comme l’explique le spécialiste de la Data « PROS » dans son livre blanc « Evolve » (résumé par BtoB Leaders ici). Il y a ensuite la croissance démographique « naturelle », qui se répercute forcément sur le dynamisme des réseaux sociaux, la masse des contenus relayés et l’audience ;
  • Un facteur conjoncturel, avec l’accélération de la digitalisation du business pendant les séquences de distanciation sociale et au-delà ;
  • Un facteur culturel, avec une perception parfois négative de la valeur ajoutée du commercial. Je rappelle que 55 % des acheteurs B2B estiment que les commerciaux « ne sont pas des partenaires de confiance» (HubSpot).

Forcément, cette autonomie sur le parcours d’achat impacte le processus de vente du côté du commercial par effet miroir. Ce dernier se voit parfois réduit à proposer des devis et à négocier des prix. D’ailleurs, Gartner classe « l’orchestration du parcours client » au rang de « priorité majeure » pour les entreprises en 2022 (voir notre article là-dessus). Le cabinet prédit toutefois « une réconciliation entre les commerciaux et les acheteurs » à terme, dans la mesure où « les acheteurs sont généralement déçus des achats réalisés sans l’apport d’un représentant commercial ».

 

 

La course à l’attention des acheteurs B2B : un marathon ponctué de petits sprints

Dans ce contexte, le périmètre d’action des commerciaux s’élargit. Comme l’explique DemandGen, certains doivent réaliser des tâches d’automatisation, participer à la création de contenus avec le marketing, analyser de la Data et challenger leur Sales Pitch de manière itérative pour répondre à l’impératif de personnalisation de la cible.

Au même moment, le parcours d’achat devient de moins en moins prévisible, de moins en moins linéaire, au point de ne plus s’inscrire dans le modèle historique de l’entonnoir. Pour améliorer la vélocité du parcours de vente, les Sales et le Marketing engagent une véritable course à l’attention des acheteurs B2B… une course qui se présente comme un marathon (au vu de la complexité des offres B2B) ponctué de séquences de « sprints » pour engager les prospects à chaque étape du cycle d’achat.

Et comme les acheteurs se disent « déstabilisés » par la quantité de contenus à leur disposition, ils attendent du ludique, du concentré, du « digestible » voire du divertissant. D’ailleurs, près de la moitié des acheteurs (46 %) consomment des contenus interactifs et de la vidéo sur plusieurs canaux tout au long de leur parcours… un comportement inspiré de leur quotidien, tout comme l’utilisation de la messagerie instantanée dans la sphère privée a donné naissance au marketing conversationnel. Je souhaite partager ici un cas d’étude intéressant.

HubSpot et la vidéo B2B, un game-changer

Adam Rataj, commercial chez HubSpot, était chargé en 2017 de contacter les internautes qui avaient souscrit à un outil gratuit chez HubSpot. Objectif : les aider à tirer le maximum de l’outil, les guider vers une version premium et éventuellement faire du cross/upselling.

Adam Rataj a donc passé la majeure partie de son temps à réaliser des contenus de pédagogie avec l’équipe marketing et à les envoyer par email avec un Call to Action (CTA) pour programmer un rendez-vous. Après avoir été prospecté par un prestataire spécialisé dans la vidéo, il a donné sa chance à ce format. Adam Rataj a donc réalisé des petites vidéos avec les moyens du bord : démonstration d’une fonctionnalité, annonce d’une nouveauté, tutoriel pour réaliser une tâche, etc.

« Faire perdre du temps aux prospects est probablement la pire chose à faire. En utilisant la vidéo, j’ai pu répondre aux questions de manière beaucoup plus efficace. J’ai utilisé des plugins Gmail et HubSpot pour savoir qui a visualisé la vidéo, à quel moment et sur quelle longueur. Le CTA renvoie vers mon agenda pour réserver un rendez-vous. Je travaillais moins, je gagnais plus d’argent et mes clients se sentaient mieux pris en charge ».

Adam Rataj - Vidéo B2B

Adam Rataj, commercial chez HubSpot.

Résultat : les demandes de rendez-vous ont été multipliées par 4, le taux de fidélisation est monté à 94 %, le taux de clic (CTR) à 77 %… et une promotion de Sales Manager ! Et comme 75 % de sa force de vente travaille à distance, le format vidéo a également été mobilisé pour la communication interne, la formation et le coaching. A la semaine prochaine !

 

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..