Améliorer la productivité des commerciaux dans la prise de rendez-vous téléphonique

par | Nov 25, 2021 | | Vente et Management commercial - Insights

L’évolution de la société, l’émergence du télétravail, l’arrivée des Millennials dans l’entreprise (70 % des acheteurs et/ou influenceurs dans le B2B sont des milléniaux)… L’activité de téléprospection est directement impactée par l’évolution du macroenvironnement, avec plusieurs défis à relever pour améliorer la motivation et la productivité en prise de rendez-vous téléphonique. Le Workshop Nomination dresse son diagnostic et nous livre ses recommandations.

Les facteurs humains et Data qui brident l’efficacité de la téléprospection

La peur primaire du téléphone s’est considérablement accentuée dans la décennie 2010. Ce sentiment de « téléphobie » est essentiellement générationnel. En effet, une étude « Face for Business » explique que 76 % des Millennials éprouvent un sentiment d’anxiété face à un téléphone qui sonne, contre 40 % chez les Baby-Boomers. Une autre étude réalisée en Irlande par Deloitte documente une chute des appels téléphoniques de 26 points entre 2012 et 2019 tandis que le nombre d’adultes en possession d’un téléphone a gagné 21 %.

Ce phénomène de téléphobie est également à mettre en perspective avec les nouvelles valeurs de notre société qui sacralise la vie privée et qui se méfie de la prospection téléphonique. S’ensuit alors une peur de déranger de la part des commerciaux qui appréhendent le premier contact. Le Workshop Nomination évoque également l’émergence du télétravail qui fait perdre aux commerciaux cet « esprit de meute » ainsi que l’aspect « challenge » et « émulation » de l’open space. Pour conclure sur le volet humain, Nomination souligne la difficulté à faire durer la motivation dans un métier où la majorité des collaborateurs attendent « l’après », parfois dès la deuxième année.

Sur la partie Data, le groupe de travail Nomination épingle la qualité souvent mitigée de la base de données fournie aux commerciaux. « Il n’est pas rare que l’on appelle une personne qui n’est plus en poste depuis de nombreuses années, voire une personne décédée, avec un malaise évident », explique le Workshop Nomination. Les commerciaux peuvent également perdre du temps à rassembler les différentes pièces du puzzle de la Data, à trier, à nettoyer… un temps qui aurait dû être consacré à la vente. Nomination évoque enfin le fameux « barrage secrétaire » qui devient de plus en plus difficile à franchir à mesure que la méfiance envers le cold calling augmente.

 

 

Le Smart Calling, ou comment rationaliser l’effort de téléprospection

Pour faire face à cette peur primaire du téléphone, notamment chez les commerciaux débutants, Nomination recommande de favoriser l’appel de prospects sur lesquels l’entreprise dispose de suffisamment d’informations. L’idée ici est de donner au téléprospecteur de la matière, voir un alibi pour appeler. Il s’agira également de soigner le timing, en favorisant dans la mesure du possible des appels qui rebondissent sur une action réalisée par la cible (consultation d’une page web, abonnement à la newsletter, etc.).

Côté RH, et au-delà de la formation et du coaching qui restent décisifs, le groupe Nomination recommande une gamification pour favoriser cet esprit de compétition. « On peut par exemple faire retentir un gong à chaque rendez-vous pris », propose Nomination. Les entreprises qui adoptent le télétravail peuvent compter sur des outils collaboratifs comme Slack pour simuler un open space. Pour mettre ses commerciaux dans les meilleures dispositions, l’entreprise doit aussi fournir une Data propre, en adoptant le bon outil de Data Cleaning et/ou en mettant en place des appels « R0 » pour consolider les données.

Pour conclure, le Workshop Nomination recommande une valorisation explicite du travail de téléprospection qui doit être replacé dans son rôle de moteur de l’activité.

 

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..