Améliorer la productivité des commerciaux dans la prise de rendez-vous téléphonique

par | Nov 25, 2021 | | Vente et Management commercial - Insights

L’évolution de la société, l’émergence du télétravail, l’arrivée des Millennials dans l’entreprise (70 % des acheteurs et/ou influenceurs dans le B2B sont des milléniaux)… L’activité de téléprospection est directement impactée par l’évolution du macroenvironnement, avec plusieurs défis à relever pour améliorer la motivation et la productivité en prise de rendez-vous téléphonique. Le Workshop Nomination dresse son diagnostic et nous livre ses recommandations.

Les facteurs humains et Data qui brident l’efficacité de la téléprospection

La peur primaire du téléphone s’est considérablement accentuée dans la décennie 2010. Ce sentiment de « téléphobie » est essentiellement générationnel. En effet, une étude « Face for Business » explique que 76 % des Millennials éprouvent un sentiment d’anxiété face à un téléphone qui sonne, contre 40 % chez les Baby-Boomers. Une autre étude réalisée en Irlande par Deloitte documente une chute des appels téléphoniques de 26 points entre 2012 et 2019 tandis que le nombre d’adultes en possession d’un téléphone a gagné 21 %.

Ce phénomène de téléphobie est également à mettre en perspective avec les nouvelles valeurs de notre société qui sacralise la vie privée et qui se méfie de la prospection téléphonique. S’ensuit alors une peur de déranger de la part des commerciaux qui appréhendent le premier contact. Le Workshop Nomination évoque également l’émergence du télétravail qui fait perdre aux commerciaux cet « esprit de meute » ainsi que l’aspect « challenge » et « émulation » de l’open space. Pour conclure sur le volet humain, Nomination souligne la difficulté à faire durer la motivation dans un métier où la majorité des collaborateurs attendent « l’après », parfois dès la deuxième année.

Sur la partie Data, le groupe de travail Nomination épingle la qualité souvent mitigée de la base de données fournie aux commerciaux. « Il n’est pas rare que l’on appelle une personne qui n’est plus en poste depuis de nombreuses années, voire une personne décédée, avec un malaise évident », explique le Workshop Nomination. Les commerciaux peuvent également perdre du temps à rassembler les différentes pièces du puzzle de la Data, à trier, à nettoyer… un temps qui aurait dû être consacré à la vente. Nomination évoque enfin le fameux « barrage secrétaire » qui devient de plus en plus difficile à franchir à mesure que la méfiance envers le cold calling augmente.

 

 

Le Smart Calling, ou comment rationaliser l’effort de téléprospection

Pour faire face à cette peur primaire du téléphone, notamment chez les commerciaux débutants, Nomination recommande de favoriser l’appel de prospects sur lesquels l’entreprise dispose de suffisamment d’informations. L’idée ici est de donner au téléprospecteur de la matière, voir un alibi pour appeler. Il s’agira également de soigner le timing, en favorisant dans la mesure du possible des appels qui rebondissent sur une action réalisée par la cible (consultation d’une page web, abonnement à la newsletter, etc.).

Côté RH, et au-delà de la formation et du coaching qui restent décisifs, le groupe Nomination recommande une gamification pour favoriser cet esprit de compétition. « On peut par exemple faire retentir un gong à chaque rendez-vous pris », propose Nomination. Les entreprises qui adoptent le télétravail peuvent compter sur des outils collaboratifs comme Slack pour simuler un open space. Pour mettre ses commerciaux dans les meilleures dispositions, l’entreprise doit aussi fournir une Data propre, en adoptant le bon outil de Data Cleaning et/ou en mettant en place des appels « R0 » pour consolider les données.

Pour conclure, le Workshop Nomination recommande une valorisation explicite du travail de téléprospection qui doit être replacé dans son rôle de moteur de l’activité.

 

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..