Arsenal technologique : retour sur la « Loi MarTech »

par | Sep 30, 2021 | | Data, Connaissance client, IA - Insights

Le terme « MarTech », fusion entre « Marketing » et « Technologie », désigne des solutions informatiques spécialement conçues pour outiller les équipes Sales et Marketing. Elles viennent généralement accélérer l’exécution de certaines tâches, les automatiser ou encore rationaliser certaines prises de décision par l’amélioration de la collecte, du tri et de l’interprétation de la Data.

Dans ce billet, BtoB Leaders revient sur la « Loi MarTech », sur l’importance de l’arsenal technologique dans la compétitivité, voire la pérennité des entreprises et résume les fonctionnalités clés à rechercher dans les solutions MarTech.

La « Loi MarTech », ou comment la technologie dicte l’organisation

Loi MarTech

L’arsenal technologique des entreprises est passé d’un luxe réservé aux startups innovantes et aux grands groupes à un préalable indispensable à leur compétitivité, voire à leur pérennité. Pour paraphraser les spécialistes du marketing stratégique, la MarTech est passée d’un avantage concurrentiel à un « simple » facteur clé de succès. Les enjeux sont énormes, et les chiffres sont là pour en témoigner :

  • Aujourd’hui, près de 30 % des budgets marketing sont dédiés à la MarTech ;
  • La majorité des CMOs (62 %) prévoient de dépenser davantage pour la MarTech dans les prochaines années ;
  • Les fusions – acquisitions dans la filière de la MarTech battent très régulièrement des records. Publicis a racheté Epsilon pour 4 milliards de dollars. Adobe a acquis Marketo pour 4,75 milliards de dollars. Enfin, Salesforce s’est offert Tableau Software pour 15,7 milliards de dollars… un record absolu.

L’apport de l’arsenal technologique dans ce contexte de digitalisation effrénée a été théorisé par Scott Brinker. Cet entrepreneur et programmeur informatique, aujourd’hui vice-président de HubSpot, a inventé la « Loi MarTech ». Cette dernière explique que la technologie évolue désormais beaucoup plus vite que la capacité des entreprises à s’adapter sur le plan organisationnel. La MarTech peut toutefois les aider à pallier ce gap, pour peu qu’elles choisissent les bons outils, qu’elles les intègrent efficacement et qu’elles les utilisent dans leur plein potentiel (formation continue). « La MarTech peut apporter le gaspillage et le chaos… mais ce ne sont pas les outils qui sont en cause. C’est plutôt l’absence d’une planification efficace », explique Brinker.

 

Le turnover élevé des outils de MarTech

Comme nous vous l’expliquions dans cette fiche de lecture, les décideurs du B2B semblent (toujours) tâtonner pour composer leur arsenal technologique, notamment dans le Marketing et les Sales. En effet, dans l’édition 2021 de sa « Replacement Survey », MarTech, média spécialisé dans la technologie marketing, relève un turnover élevé des solutions Tech en 2020. Cette étude qui a interrogé 374 marketeurs B2B en avril et mai 2021 met en exergue un délaissement marqué des outils « maison » au profit de solutions clé en main pour plusieurs raisons :

  • D’abord, la recherche de fonctionnalités plus poussées et d’un meilleur support client pour se plier aux nouvelles exigences de la cible (53 %) ;
  • Ensuite, pour pallier les coûts de développement et de maintenance, jugés trop élevées (16 %), à fortiori dans la conjoncture actuelle ;
  • La volonté de se recentrer sur le cœur de métier et d’externaliser les activités de support. Les décideurs expliquent que leur boîte n’était pas « une entreprise de développement de logiciels» (12 %) ;
  • Enfin, 11 % des sondés expliquent avoir délaissé une solution développée en interne en raison de son code source brouillon et obsolète.

La même étude explique que plus de deux-tiers (67 %) des marketeurs affirment avoir remplacé au moins une solution marketing « centrale » au cours de l’année écoulée. Les solutions les plus concernées par ce turnover sont les outils de Marketing Automation (24 %), les plateformes d’emailing (19 %) ainsi que les outils de Business Intelligence (19 %).

 

 

Les fonctionnalités à rechercher dans vos outils MarTech

Les fournisseurs de solutions MarTech ont musclé leur jeu et adoptent désormais des approches commerciales offensives. Ils sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à recourir à des codes B2C pour convertir. Pour éviter les achats « coup de cœur » et les tâtonnements, il s’agira de rationaliser la prise de décision. Voici donc les critères à prioriser, en fonction de votre activité.

  • Content Marketing. Qualité de l’organisation des canaux d’inspiration, intuitivité de l’interface, profondeur des fonctionnalités SEO, qualité des Analytics et du reporting.
  • Marketing Automation. Le nombre d’utilisateurs (et son évolutivité), la durée de l’onboarding, la typologie et la variété des déclencheurs (ou triggers) des actions automatisées, la facilité de personnaliser une tâche déjà automatisée (gestion des exceptions), le nombre d’actions automatisables en simultané, l’intégration avec des solutions tierces et des APIs ;
  • Cohérence avec le parcours d’achat, fiabilité du Lead Scoring, qualité des tableaux de bord, intégration avec les solutions tierces et APIs, durée de l’onboarding, version mobile, qualité des Sales Analytics, fonctionnalités de Sales Automation, qualité des Benchmarks de vente, etc.
  • Live Chat. Intégration des messageries instantanées les plus utilisées (WhatsApp, Messenger…), facilité de création d’un Chatbot, impact sur la vitesse de chargement du site web, fiabilité des notifications, capacité à garder un historique, possibilité de déclencher un message automatique en fonction de certains événements prédéterminés.
  • Email Marketing. Emails optimisés pour le mobile, un Pricing échelonné et progressif, des Analytics fiables et poussés, l’intégration avec des solutions tierces, les fonctionnalités de Marketing Automation, la facilité de réaliser des enquêtes de satisfaction, le respect du RGPD, la puissance du Spam Testing.

Pour conclure…

La qualité de l’arsenal technologique de l’entreprise se traduit par un impact :

  • Quantitatif : gain de temps, élimination des coûts cachés, prévention de la frustration liée aux tâches redondantes, motivation des collaborateurs et amélioration de la productivité ;
  • Qualitatif : la data permet la rationalisation de la prise de décision, limitant le recours à l’intuition et autres éléments subjectifs.

 

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on peut parler de digitalisation massive des métiers au travers de la multiplication de solutions ad hoc… à tel point que l’on parle désormais de « marketing stack » à toutes les étapes...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..