Arsenal technologique : retour sur la « Loi MarTech »

par | Sep 30, 2021 | | Data, Connaissance client, IA - Insights

Le terme « MarTech », fusion entre « Marketing » et « Technologie », désigne des solutions informatiques spécialement conçues pour outiller les équipes Sales et Marketing. Elles viennent généralement accélérer l’exécution de certaines tâches, les automatiser ou encore rationaliser certaines prises de décision par l’amélioration de la collecte, du tri et de l’interprétation de la Data.

Dans ce billet, BtoB Leaders revient sur la « Loi MarTech », sur l’importance de l’arsenal technologique dans la compétitivité, voire la pérennité des entreprises et résume les fonctionnalités clés à rechercher dans les solutions MarTech.

La « Loi MarTech », ou comment la technologie dicte l’organisation

Loi MarTech

L’arsenal technologique des entreprises est passé d’un luxe réservé aux startups innovantes et aux grands groupes à un préalable indispensable à leur compétitivité, voire à leur pérennité. Pour paraphraser les spécialistes du marketing stratégique, la MarTech est passée d’un avantage concurrentiel à un « simple » facteur clé de succès. Les enjeux sont énormes, et les chiffres sont là pour en témoigner :

  • Aujourd’hui, près de 30 % des budgets marketing sont dédiés à la MarTech ;
  • La majorité des CMOs (62 %) prévoient de dépenser davantage pour la MarTech dans les prochaines années ;
  • Les fusions – acquisitions dans la filière de la MarTech battent très régulièrement des records. Publicis a racheté Epsilon pour 4 milliards de dollars. Adobe a acquis Marketo pour 4,75 milliards de dollars. Enfin, Salesforce s’est offert Tableau Software pour 15,7 milliards de dollars… un record absolu.

L’apport de l’arsenal technologique dans ce contexte de digitalisation effrénée a été théorisé par Scott Brinker. Cet entrepreneur et programmeur informatique, aujourd’hui vice-président de HubSpot, a inventé la « Loi MarTech ». Cette dernière explique que la technologie évolue désormais beaucoup plus vite que la capacité des entreprises à s’adapter sur le plan organisationnel. La MarTech peut toutefois les aider à pallier ce gap, pour peu qu’elles choisissent les bons outils, qu’elles les intègrent efficacement et qu’elles les utilisent dans leur plein potentiel (formation continue). « La MarTech peut apporter le gaspillage et le chaos… mais ce ne sont pas les outils qui sont en cause. C’est plutôt l’absence d’une planification efficace », explique Brinker.

 

Le turnover élevé des outils de MarTech

Comme nous vous l’expliquions dans cette fiche de lecture, les décideurs du B2B semblent (toujours) tâtonner pour composer leur arsenal technologique, notamment dans le Marketing et les Sales. En effet, dans l’édition 2021 de sa « Replacement Survey », MarTech, média spécialisé dans la technologie marketing, relève un turnover élevé des solutions Tech en 2020. Cette étude qui a interrogé 374 marketeurs B2B en avril et mai 2021 met en exergue un délaissement marqué des outils « maison » au profit de solutions clé en main pour plusieurs raisons :

  • D’abord, la recherche de fonctionnalités plus poussées et d’un meilleur support client pour se plier aux nouvelles exigences de la cible (53 %) ;
  • Ensuite, pour pallier les coûts de développement et de maintenance, jugés trop élevées (16 %), à fortiori dans la conjoncture actuelle ;
  • La volonté de se recentrer sur le cœur de métier et d’externaliser les activités de support. Les décideurs expliquent que leur boîte n’était pas « une entreprise de développement de logiciels» (12 %) ;
  • Enfin, 11 % des sondés expliquent avoir délaissé une solution développée en interne en raison de son code source brouillon et obsolète.

La même étude explique que plus de deux-tiers (67 %) des marketeurs affirment avoir remplacé au moins une solution marketing « centrale » au cours de l’année écoulée. Les solutions les plus concernées par ce turnover sont les outils de Marketing Automation (24 %), les plateformes d’emailing (19 %) ainsi que les outils de Business Intelligence (19 %).

 

 

Les fonctionnalités à rechercher dans vos outils MarTech

Les fournisseurs de solutions MarTech ont musclé leur jeu et adoptent désormais des approches commerciales offensives. Ils sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à recourir à des codes B2C pour convertir. Pour éviter les achats « coup de cœur » et les tâtonnements, il s’agira de rationaliser la prise de décision. Voici donc les critères à prioriser, en fonction de votre activité.

  • Content Marketing. Qualité de l’organisation des canaux d’inspiration, intuitivité de l’interface, profondeur des fonctionnalités SEO, qualité des Analytics et du reporting.
  • Marketing Automation. Le nombre d’utilisateurs (et son évolutivité), la durée de l’onboarding, la typologie et la variété des déclencheurs (ou triggers) des actions automatisées, la facilité de personnaliser une tâche déjà automatisée (gestion des exceptions), le nombre d’actions automatisables en simultané, l’intégration avec des solutions tierces et des APIs ;
  • Cohérence avec le parcours d’achat, fiabilité du Lead Scoring, qualité des tableaux de bord, intégration avec les solutions tierces et APIs, durée de l’onboarding, version mobile, qualité des Sales Analytics, fonctionnalités de Sales Automation, qualité des Benchmarks de vente, etc.
  • Live Chat. Intégration des messageries instantanées les plus utilisées (WhatsApp, Messenger…), facilité de création d’un Chatbot, impact sur la vitesse de chargement du site web, fiabilité des notifications, capacité à garder un historique, possibilité de déclencher un message automatique en fonction de certains événements prédéterminés.
  • Email Marketing. Emails optimisés pour le mobile, un Pricing échelonné et progressif, des Analytics fiables et poussés, l’intégration avec des solutions tierces, les fonctionnalités de Marketing Automation, la facilité de réaliser des enquêtes de satisfaction, le respect du RGPD, la puissance du Spam Testing.

Pour conclure…

La qualité de l’arsenal technologique de l’entreprise se traduit par un impact :

  • Quantitatif : gain de temps, élimination des coûts cachés, prévention de la frustration liée aux tâches redondantes, motivation des collaborateurs et amélioration de la productivité ;
  • Qualitatif : la data permet la rationalisation de la prise de décision, limitant le recours à l’intuition et autres éléments subjectifs.

 

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..