L’étude Bynder 2021 dévoile l’adoption en masse de l’automatisation marketing

par | Avr 30, 2021 | | Data Connaissance client, IA - News

Pour optimiser l’expérience digitale, les marketeurs btob adoptent l’automatisation marketing

Le leader mondial de la gestion d’actifs numériques Bynder, vient de publier son rapport 2021. Selon ce dernier l’automatisation marketing est devenue incontournable auprès des directions marketing.

On assiste à un chagement radical des comportements au sein de celle-ci qui considèrent l’automatisation comme incontournable, notamment pour la création de contenu.

L’automatisation marketing, au cœur de la transformation digitale

En l’espace d’une année, les marques ont entrepris une transformation digitale spectaculaire. E3n effet, 50% des marketeurs interrogés ont déclaré avoir accéléré leurs projets de transformation  digitale en 2020. 24 % d’entre eux ont également déclaré qu’ils avaient entièrement digitalisées leurs actions.
Seulement 10% des marketeurs sondés n’ont toujours pas d’initiative claire ; près de 20 % déclarent que leurs initiatives digitales ont été ralenties ou se sont arrêtées faute de budget notamment.

L’essor de cette transformation digitale marketing repose en grande partie sur le contenu à disposition et le développement du story telling des marques.

Pas mois de 8 annonceurs sur 10 ont constaté une augmentation de la demande de contenu à la suite de la pandémie. Et aucun répondant n’a signalé une baisse de ce type de demandes au sein de son entreprise.

Pour exploiter cette forte demande, les marketeurs ont besoin de nouveaux outils et processus. L’objectif étant de générer du contenu créatif nécessaire pour une meilleure expérience digitale.

 

L’automatisation marketing, relève tous les défis relatifs aux contenus, pilier de l’expérience digitale

Toujours selon l’étude 2021 de Bynder, les marketeurs sont prêts à se tourner vers la technologie pour se démarquer au niveau du contenu. 89% d’entreux croient que la technologie stimule, réellement, la créativité au sein de leur entreprise. Ils considèrent qu’elle leur permet de s’adapter au rythme de production souhaité.
Seulement 1% des répondants ont déclaré que l’image de marque ne peut pas être automatisée, une forte baisse par rapport au taux 2020 : 23%.

“Les marketeurs ont depuis longtemps adopté la technologie. Nous l’avons vu dans la diffusion mailing, la publicité programmée …
En revanche, l’adoption de l’automatisation destinée à l’exploitation des contenus est récente.
Bien que les marketeurs aient été plus réservés sur l’impact de l’automatisation marketing sur l’image de marque, la transformation digitale a définitivement balayé leurs doutes.
Ils sont désormais prêts à l’exploiter pour répondre à la demande croissante de contenus et atteindre l’agilité requise.
Cette technologie permettra à leurs équipes de se concentrer principalement sur le travail créatif.”


Andrew Hally, CMO chez Bynder

Autres tendances clé dévoilées dans le rapport 2021 de Bynder

L’analyse des tendances 2021 relatives à l’image de marque a également identifié d’autres tendances clés, dont :

  • Optimiser la présence sur les canaux numériques : Plus d’un quart des répondants ont indiqué que parvenir à “toucher” leurs clients sur des canaux numériques est leur plus grande préoccupation.
    Le suivi des demandes de création et de contenu est leur deuxième préoccupation (25 %). Enfin, le maintien de la cohérence de la marque prend le 3ème classement de leurs priorités avec 17 %.
  • L’opinion des annonceurs sur les tendances marketing “surmédiatisées” se détend : 27% des marketeurs ont déclaré que les chatbots étaient trop médiatisée en 2020. Ce chiffre a baissé à 18% en 2021. En outre, seulement 17% d’entre eux, estiment que les podcasts étaient trop médiatisés, contre près de 23 % en 2020.

A lire aussi sur BtoB Leaders news : Explore et Societeinfo.com finalisent leur partenariat

 

Source : globenewswire

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..