BeOp s’invite aux États-Unis pour une naviguation sans cookies

par | Avr 5, 2021 | | Data Connaissance client, IA - News

BeOp remédie aux restrictions imposées sur le paysage publicitaire

Premier écosystème conversationnel indépendant pour médias et marques, BeOp a choisi le moment opportun pour se développer à l’ouest. Les annonceurs du nouveau continent doivent en effet faire aux restrictions croissantes d’utilisation des données utilisateurs qui concerne le ciblage publicitaire.

Principale plateforme de publicité contextuelle, conversationnelle et sans cookies, BeOp s’est récemment introduit aux Etats-Unis après avoir rencontré un franc succès en France. Pionnière de l’avenir du ciblage contextuel et du placement publicitaire innovant, l’entreprise a réussi à fidéliser de gros clients comme Hyundai, Adidas, Amazon Prime Video et Coca-Cola. Elle a su apporter une expertise profonde pour aider les marques à naviguer sereinement dans le monde publicitaire.

La publicité se transforme aux États-Unis

L’industrie de la publicité aux États-Unis passe actuellement par une période de transformation suite à la mise en vigueur de lois strictes sur la protection de la vie privée et la disparition subite des cookies et des ID, comme l’a récemment annoncé Google sur le suivi complet des données Chrome d’ici 2022. En effet, les indicateurs clés de performance des outils de ciblage diminueront considérablement, et les opportunités basées sur les données ne seront disponibles que dans les “jardins clos” (écosystèmes publicitaires au sein desquels l’accès aux données est très restreint). Par conséquent, les éditeurs seront privés d’une source importante de revenus.

 

“En 2015, nous avons repéré où se dirigeait l’industrie de la publicité et avons senti l’urgence de fournir une solution qui aiderait les annonceurs à persister face aux restrictions appliquées. Après avoir divulgué nos solutions contextuelles en Europe, nous sommes impatients de déployer celles-ci auprès de nos clients américains.”

Louis Prunel, PDG et co-fondateur de BeOp

En 2015, les co-fondateurs de BeOp, Louis Prunel et Nicolas Sadki, ont appréhendé la  baisse d’accès aux données et la manière dont celle-ci diminuerait les performances, déjà faibles, des retours de la publicité programmatique. C’est pour cette raison qu’ils ont décidé de créer un nouveau système publicitaire indépendant, plus efficace et capable de faciliter l’accès aux publicités pour les internautes, les éditeurs et les annonceurs.

BeOp révolutionne le paysage publicitaire

Pour ce faire, BeOp a développé et peaufiné un écosystème publicitaire contextuel et sans cookies complet. Les solutions proposées utilisent des outils contextuels sophistiqués, pilotés par l’Intelligence Artificielle, comme le ciblage sémantique, la catégorisation et la prévision du trafic basé sur le ciblage souhaité. Tout cela optimise, considérablement, les placements de campagnes publicitaires BeOp sur les pages, en fonction des KPI attendus par les annonceurs.

En effet, ces placements représentent des unités conversationnelles ancrées dans les articles des éditeurs premium. Basées sur le “story doing” (approche proposant des expériences immersives et interactives), ces unités comprennent des sondages, des quiz, des formulaires, des chatbots, des vidéos interactives et bien plus. Elles permettent aux marques de communiquer avec les utilisateurs, de façon automatisée et fluide, sans passer par les données des utilisateurs. De plus, en termes de résultats, ces unités devancent d’autres méthodes publicitaires numériques de 40%. Les utilisateurs consacrent en moyenne 34 secondes sur les solutions BeOP, soit 6 fois le temps moyen passé sur les vidéos Facebook. La qualité du trafic envoyé sur le site de l’annonceur est également améliorée : -30% de taux de rebond, +30% de temps passé sur le site de l’annonceur.

BeOp, récompensée pour son innovation

Par conséquent, l’entreprise a généré des résultats plus que satisfaisants auprès de ses clients sur des marchés comme l’automobile, les produits de beauté, la santé et pour des marques grand public. BeOP a activement contribué à l’amélioration de plusieurs images de marques, en générant du trafic qualifié.

Parmi ses heureux clients figure le constructeur automobile Hyundai qui lui a confié près de la moitié du budget alloué à la partie digitale, en 2020, pour promouvoir ses véhicules électriques et hybrides auprès du grand public.

En France, 80% des éditeurs premium et 2/3 des 200 meilleurs annonceurs collaborent avec BeOp, ce qui a généré une croissance 2,5 fois supérieure à celle du secteur, qui est en baisse.

 

Source : businesswire

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on peut parler de digitalisation massive des métiers au travers de la multiplication de solutions ad hoc… à tel point que l’on parle désormais de « marketing stack » à toutes les étapes...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..