BEYABLE lance BEYABLE Analytics, alternative sans consentement à Google Analytics

par | Mar 3, 2022 | | ABM & LeadGen - Interview, Data, Connaissance client, IA - Interview

Spécialiste de la personnalisation des contenus et produits sur sites web en temps réel, BEYABLE a lancé BEYABLE Analytics, une alternative à Google Analytics sans consentement. BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Dugaret, CEO et cofondateur de BEYABLE.

Pouvez-vous dans un premier temps revenir sur la genèse de BEYABLE et nous résumer votre proposition de valeur ?

Nous sommes persuadés qu’un site web (e-commerce, orienté LeadGen, institutionnel…) est un actif essentiel pour une marque, au même titre que le Pas de Porte ou le stock, par exemple. Cet actif peut être valorisé de différentes manières. La vision de BEYABLE est d’aider les marques à extraire un maximum de valeur de ce trafic.

Nous avons donc créé une solution (une suite de modules) qui peut agir sur le trafic web pour augmenter les conversions, booster le panier moyen, faire découvrir des nouveautés à des clients qui achètent toujours la même chose (dans une logique de réassort), que ce soit dans le B2C ou le B2B. Voilà pour l’axe produit. Nous avons également des modules axés sur la diminution du taux de rebond, la gestion des abandons, l’expérience utilisateur (réorganiser des éléments de la page en fonction des remontées ou des analyses UX), etc. BEYABLE a donc commencé par des modules pour chacun de ces sujets dans un environnement e-commerce.

Nous avons également appliqué cette vision à notre activité en étant, depuis le début, dans la capacité de collecter des données pour réaliser des analyses : qui visite notre site ? Quels sont les éléments qui intéressent les visiteurs ? Quels sont ceux qui les intéressent le moins ? Ces données viennent rationaliser la prise de décision, que ce soit au niveau stratégique ou opérationnel (acquisition, fidélité).

Depuis août 2021, nous avons un nouveau module d’analyse qui n’est pas soumis au consentement des utilisateurs lors de leur visite d’un site Internet : BEYABLE Analytics. Ce module est exempté de consentement car nous avons participé à la démarche d’évaluation « Mesure d’audience » de la CNIL liée à sa Directive « cookies et autres traceurs ».

Vous évoluez dans un macroenvironnement exigeant avec une concurrence mondiale, des évolutions juridiques régulières et un impératif d’innovation. Comment assurer sa compétitivité dans cet environnement ?

Je vous rejoins sur ce diagnostic : nous sommes contraints d’innover en permanence et la concurrence est à la fois locale (nous avons de très bons éditeurs français) et mondiale, avec par exemple des filiales françaises de groupes étrangers très bien financées avec des moyens importants, à la fois sur le plan technique et marketing. Nous vivons à une époque où l’on observe trop souvent que « celui qui crie le plus fort a raison ». Et c’est dommage.

Si BEYABLE continue d’exister, c’est d’abord grâce à ses clients, tout simplement. Nous avons un produit qui plait, sans doute parce qu’il tient la promesse qui a été formulée en amont. Nos clients nous recommandent à leurs partenaires… c’est d’ailleurs notre premier levier d’acquisition. Nous sommes également sollicités par nos utilisateurs qui ont changé d’entreprise. Nous sommes donc dans une logique d’ « ambassadeurs ». Et comme nous sommes sur des produits technologiques, nous faisons de l’accompagnement, du CSM, nous échangeons avec nos clients, etc.

Notre vision n’a pas changé depuis le début. Je dirais même que l’histoire nous donne peu à peu raison. Nous avons par exemple travaillé pendant 18 mois sur une version sans cookie de BEYABLE dès 2019, avant que cette thématique ne devienne un grand sujet d’actualité. Nous essayons donc, à notre niveau, d’allouer un budget conséquent à l’innovation pour inventer l’avenir.

La CNIL a en effet mis en demeure un gestionnaire de site pour l’utilisation de Google Analytics (70 % de parts de marché dans le monde), en violation du RGPD. Quels seront les impacts de cette décision selon vous ? Peut-on s’attendre à d’autres décisions similaires ?

A l’heure actuelle, je ne sais pas. En revanche, les spécialistes (technique, droit) à qui nous demandons conseil estiment qu’il s’agit d’une première décision. Elle fait bouger les lignes et suscite de notre côté un bond dans les visites de notre site internet. Elle suscite également énormément de sollicitations et de demandes de démonstration. Gardons toutefois en tête qu’il s’agit d’une décision très récente. Il faudra donc voir si elle sera suivie d’une mise en œuvre et d’autres décisions similaires.

Votre solution BEYABLE Analytics s’impose donc comme une alternative sérieuse…

BEYABLE Analytics a été lancé le 1er septembre 2021 avec un bon démarrage sur le plan commercial. Sur le plan technique, BEYABLE Analytics est relativement limité par rapport à nos autres outils à cause de la contrainte légale. Nous devons en effet nous plier à un cahier des charges rigoureux pour proposer une alternative sans consentement.

Nous ne trouvons pas ça pénalisant pour autant. Ce type d’outil améliore en effet la protection des données personnelles. C’est une avancée pour le respect des droits des utilisateurs et permet donc aux entreprises de renforcer leur responsabilité sociétale. Chez nous, il s’agit d’un produit d’entrée de marché avec un très faible coefficient de marge pour être en cohérence avec notre vision.

 

Selon une étude Evergage, la personnalisation est un atout de conversion majeur pour 96 % des marketeurs. BEYABLE répond à cette demande avec une solution de personnalisation On Site. Pouvez-vous nous en parler ?

Nous avons tous les modules qu’il faut pour favoriser une recherche, retenir un client, faire découvrir un produit ou un contenu, rajouter une vidéo, recomposer ou recoloriser une page, etc. Nous avons de grandes ambitions sur cette brique qui est, elle, soumise à consentement. Nous sommes aujourd’hui des experts de la personnalisation On Site et nourrissons l’ambition de devenir des leaders mondiaux sur le sujet.

Nous devons donc fournir aux marketeurs et à leurs partenaires IT ou agences toutes les options pour qu’ils puissent être autonomes avec un très haut degré d’intégration graphique à leur site et sans passer par des temps de déploiement et de développement longs. Nous visons le No Code et l’immédiateté. Nous avons donc énormément de modules de personnalisation… et nous en avons quasiment autant qui sont prévus dans les prochains mois.

Je vous laisse le mot de la fin. Que souhaitez-vous dire aux décideurs français et francophones qui vous liront sur BtoB Leaders ?

C’est la question la plus dure ! Je les invite à venir découvrir BEYABLE Analytics, un outil d’actualité qui leur permettra, je l’espère, de découvrir notre métier et de s’intéresser à notre suite de produits.

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..