Business Case : Comment la simplicité d’un produit peut-elle décupler les résultats business ?

par | Jan 5, 2022 | | ABM & LeadGen - Business Case

Ce Business Case présenté à l’occasion de la dernière édition du BtoB Summit documente la collaboration entre D-EDGE, plateforme de gestion centralisée des données destinée aux hôteliers, et Sigilium, plateforme de pilotage des signatures email. BtoB Leaders revient sur ce Business Case qui explore la notion de simplicité produit.

D-EDGE x Sigilium en quelques mots

D-EDGE est une plateforme de gestion centralisée des données destinée aux hôteliers qui souhaitent optimiser leurs revenus à partir du marketing et de la distribution. L’entreprise née de la fusion d’Availpro et Fastbooking fait partir du groupe Accor. Elle compte aujourd’hui 450 collaborateurs et opère dans plus d’une vingtaine de pays avec plus de 12 000 hôtels clients, principalement en Europe et en Asie du Sud-est. Elle a été représentée par Lou Rondy, Communication Manager.

Sigilium est une plateforme qui permet de piloter les signatures email pour en faire un véritable média. L’entreprise créée en 2014 permet aux équipes marketing et communication de capitaliser sur cet espace pour uniformiser l’image de marque dans tous les échanges email et délivrer des messages ciblés. Sigilium a été représentée dans ce Business Case par Xavier Trannoy et Thomas Darde, co-fondateurs.

 

 

Sigilium et la notion de « simplicité »

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

Thomas Darde a entamé ce Business Case en recommandant un livre de référence sur la simplicité, « Insanely Simple : The Obsession That Drives Apple’s Success » de Ken Segall, publicitaire américain à succès. Si la recherche de simplicité semble être commune à toutes les organisations, peu d’entreprises parviennent véritablement à la confronter à la réalité du terrain. Thomas Darde a comparé les gammes Apple et Dell, la première étant particulièrement resserrée avec quatre grands produits, la seconde étant « ultra-étendue avec 40 références peu différenciées ».

« C’est assez intéressant de parler de simplicité lorsque l’on sait que le monde qui nous entoure est de plus en plus complexe », explique Xavier Trannoy. Chaque année, les éditeurs ajoutent des couches sur tous les outils et mettent en avant des mots-clés comme « IA » et « Deep Learning » pour vendre davantage. En s’amusant à recenser les solutions d’email, le co-fondateur de Sigilium a abouti à 188 éditeurs, avec chacun sa vision.

« En plus de la technique, il y a des barrières humaines. Combien de marketeurs refusent de mettre à jour leur signature email pour mettre en avant un produit, un partenariat ou un événement, négligeant cet espace pourtant très visible au quotidien ? », s’est interrogé Xavier Trannoy. C’est sur ce point que s’est donc positionnée Sigilium : simplifier la gestion des signature email et redonner la main aux équipes métier avec trois objectifs :

  1. Piloter l’image de marque ;
  2. Créer et délivrer des messages ciblés ;
  3. Mesurer le trafic généré.

Les chiffres impressionnants du canal email

  • En moyenne, chaque collaborateur envoie 2 000 mails par an « en dehors de l’entreprise », autant d’occasions de relayer de l’information ;
  • Chaque collaborateur passe, en moyenne, 2h23 par jour devant sa messagerie ;
  • 77 % des responsables marketing affirment que l’email fait partie du top 2 de leurs canaux marketing les plus efficaces (Litmus) ;
  • 74 % des responsables marketing estiment que l’email marketing est « vital » pour le succès de leur entreprise (Litmus).

D-EDGE : à chaque campagne de communication sa signature email

Aujourd’hui, D-EDGE communique dans neuf langues avec des stratégies marketing déclinées en fonction des spécificités des marchés. « Nous aurons donc des bannières signatures différentes selon les régions, les événements, les partenariats avec les acteurs locaux, etc. », précise Lou Rondy. La Communication Manager de D-EDGE explique qu’au moment où ses équipes préparaient les bannières pour les vœux de fin d’année en Europe, l’équipe de Singapour préparait des actions autour du Nouvel An chinois (février). « Nous sommes donc sur deux messages complètement différents. Dans Sigilium, nous pourrons créer deux campagnes distinctes et les administrer ».

Chaque campagne de communication D-EDGE se traduit, entre autres, par une signature email sur Sigilium. Il suffit de créer le contenu (texte ou bannière), prévisualiser le rendu, ajuster si besoin et attribuer les signatures aux bonnes personnes. « L’outil est facile à prendre en main. Notre nouvelle alternante a pu lancer sa première campagne en 30 minutes sans formation et sans accompagnement particulier ».

D-EDGE x Sigilium : quels résultats ?

A l’origine, D-EDGE a sollicité Sigilium simplement pour répondre à l’enjeu « esthétique » et « harmonisé » des signatures email des collaborateurs. « Au début, on est venu pour un template de signature flatteur », se rappelle Lou Rondy, et de poursuivre : « Après nous être rendu compte que les signatures Sigilium étaient ‘jolies’, nous avons découvert qu’elles étaient aussi efficaces » avec des résultats concrets :

  • Sigilium a généré un « 13e mois de trafic», soit l’équivalent d’un mois de visites sur le site web de D-EDGE ;
  • En interne, les collaborateurs sont beaucoup plus attentifs aux messages de l’entreprise qui s’affichent sur l’ensemble de leurs emails ;
  • En moyenne, 489 clics par bannière sur une durée de 3 semaines ;
  • Campagne Newsletter : + 400 nouveaux abonnés en 10 jours grâce aux bannières ;
  • La plateforme peut être prise en main par les nouvelles recrues sans problème.

« On sous-estime beaucoup ces canaux pour aller chercher des choses nouvelles. Faire sa place sur Instagram demande énormément de moyens, alors que la prise en main de l’espace signature peut être immédiat et facile à mettre en œuvre », explique Thomas Darde. Xavier Trannoy a enfin relayé les témoignages d’autres partenaires de Sigilium :

  • Edouard Ouaknine d’Upslide : « Au lancement de notre nouvelle identité, Sigilium a généré plus de trafic qualifié que le référencement payant, et 4,5 fois plus que tous les réseaux sociaux».
  • Sandrine Bajolet de Claranet : « Aujourd’hui, Sigilium est la 4e source de trafic vers le site web. C’est mieux que LinkedIn et c’est moins cher».

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..