Business Case : Comment la simplicité d’un produit peut-elle décupler les résultats business ?

par | Jan 5, 2022 | | ABM & LeadGen - Business Case

Ce Business Case présenté à l’occasion de la dernière édition du BtoB Summit documente la collaboration entre D-EDGE, plateforme de gestion centralisée des données destinée aux hôteliers, et Sigilium, plateforme de pilotage des signatures email. BtoB Leaders revient sur ce Business Case qui explore la notion de simplicité produit.

D-EDGE x Sigilium en quelques mots

D-EDGE est une plateforme de gestion centralisée des données destinée aux hôteliers qui souhaitent optimiser leurs revenus à partir du marketing et de la distribution. L’entreprise née de la fusion d’Availpro et Fastbooking fait partir du groupe Accor. Elle compte aujourd’hui 450 collaborateurs et opère dans plus d’une vingtaine de pays avec plus de 12 000 hôtels clients, principalement en Europe et en Asie du Sud-est. Elle a été représentée par Lou Rondy, Communication Manager.

Sigilium est une plateforme qui permet de piloter les signatures email pour en faire un véritable média. L’entreprise créée en 2014 permet aux équipes marketing et communication de capitaliser sur cet espace pour uniformiser l’image de marque dans tous les échanges email et délivrer des messages ciblés. Sigilium a été représentée dans ce Business Case par Xavier Trannoy et Thomas Darde, co-fondateurs.

 

 

Sigilium et la notion de « simplicité »

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

Thomas Darde a entamé ce Business Case en recommandant un livre de référence sur la simplicité, « Insanely Simple : The Obsession That Drives Apple’s Success » de Ken Segall, publicitaire américain à succès. Si la recherche de simplicité semble être commune à toutes les organisations, peu d’entreprises parviennent véritablement à la confronter à la réalité du terrain. Thomas Darde a comparé les gammes Apple et Dell, la première étant particulièrement resserrée avec quatre grands produits, la seconde étant « ultra-étendue avec 40 références peu différenciées ».

« C’est assez intéressant de parler de simplicité lorsque l’on sait que le monde qui nous entoure est de plus en plus complexe », explique Xavier Trannoy. Chaque année, les éditeurs ajoutent des couches sur tous les outils et mettent en avant des mots-clés comme « IA » et « Deep Learning » pour vendre davantage. En s’amusant à recenser les solutions d’email, le co-fondateur de Sigilium a abouti à 188 éditeurs, avec chacun sa vision.

« En plus de la technique, il y a des barrières humaines. Combien de marketeurs refusent de mettre à jour leur signature email pour mettre en avant un produit, un partenariat ou un événement, négligeant cet espace pourtant très visible au quotidien ? », s’est interrogé Xavier Trannoy. C’est sur ce point que s’est donc positionnée Sigilium : simplifier la gestion des signature email et redonner la main aux équipes métier avec trois objectifs :

  1. Piloter l’image de marque ;
  2. Créer et délivrer des messages ciblés ;
  3. Mesurer le trafic généré.

Les chiffres impressionnants du canal email

  • En moyenne, chaque collaborateur envoie 2 000 mails par an « en dehors de l’entreprise », autant d’occasions de relayer de l’information ;
  • Chaque collaborateur passe, en moyenne, 2h23 par jour devant sa messagerie ;
  • 77 % des responsables marketing affirment que l’email fait partie du top 2 de leurs canaux marketing les plus efficaces (Litmus) ;
  • 74 % des responsables marketing estiment que l’email marketing est « vital » pour le succès de leur entreprise (Litmus).

D-EDGE : à chaque campagne de communication sa signature email

Aujourd’hui, D-EDGE communique dans neuf langues avec des stratégies marketing déclinées en fonction des spécificités des marchés. « Nous aurons donc des bannières signatures différentes selon les régions, les événements, les partenariats avec les acteurs locaux, etc. », précise Lou Rondy. La Communication Manager de D-EDGE explique qu’au moment où ses équipes préparaient les bannières pour les vœux de fin d’année en Europe, l’équipe de Singapour préparait des actions autour du Nouvel An chinois (février). « Nous sommes donc sur deux messages complètement différents. Dans Sigilium, nous pourrons créer deux campagnes distinctes et les administrer ».

Chaque campagne de communication D-EDGE se traduit, entre autres, par une signature email sur Sigilium. Il suffit de créer le contenu (texte ou bannière), prévisualiser le rendu, ajuster si besoin et attribuer les signatures aux bonnes personnes. « L’outil est facile à prendre en main. Notre nouvelle alternante a pu lancer sa première campagne en 30 minutes sans formation et sans accompagnement particulier ».

D-EDGE x Sigilium : quels résultats ?

A l’origine, D-EDGE a sollicité Sigilium simplement pour répondre à l’enjeu « esthétique » et « harmonisé » des signatures email des collaborateurs. « Au début, on est venu pour un template de signature flatteur », se rappelle Lou Rondy, et de poursuivre : « Après nous être rendu compte que les signatures Sigilium étaient ‘jolies’, nous avons découvert qu’elles étaient aussi efficaces » avec des résultats concrets :

  • Sigilium a généré un « 13e mois de trafic», soit l’équivalent d’un mois de visites sur le site web de D-EDGE ;
  • En interne, les collaborateurs sont beaucoup plus attentifs aux messages de l’entreprise qui s’affichent sur l’ensemble de leurs emails ;
  • En moyenne, 489 clics par bannière sur une durée de 3 semaines ;
  • Campagne Newsletter : + 400 nouveaux abonnés en 10 jours grâce aux bannières ;
  • La plateforme peut être prise en main par les nouvelles recrues sans problème.

« On sous-estime beaucoup ces canaux pour aller chercher des choses nouvelles. Faire sa place sur Instagram demande énormément de moyens, alors que la prise en main de l’espace signature peut être immédiat et facile à mettre en œuvre », explique Thomas Darde. Xavier Trannoy a enfin relayé les témoignages d’autres partenaires de Sigilium :

  • Edouard Ouaknine d’Upslide : « Au lancement de notre nouvelle identité, Sigilium a généré plus de trafic qualifié que le référencement payant, et 4,5 fois plus que tous les réseaux sociaux».
  • Sandrine Bajolet de Claranet : « Aujourd’hui, Sigilium est la 4e source de trafic vers le site web. C’est mieux que LinkedIn et c’est moins cher».

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..