Le changeant et l’immuable dans le marketing BtoB

par | Mar 12, 2021 | | Stratégie - Insights

Le changeant et l’immuable dans le marketing BtoB

La pandémie a obligé aussi bien les entreprises que leurs clients BtoB à emprunter massivement le virage digital. Ce qui a commencé comme une réponse à la crise est devenu la prochaine norme. Ce qui implique également d’importants changements sur la façon dont les acheteurs et les vendeurs feront des affaires à l’avenir.

Mais le digital n’est pas l’unique élément qui façonne la relation commerciale interprofessionnelle. D’autres facteurs entrent en jeu. Les détails.

L’immuable dans le marketing BtoB

Les clients auront toujours besoin d’informations et d’une communication pertinente et personnalisée. Ils seront en outre toujours à la recherche de solutions qui peuvent les aider à s’améliorer. Les entreprises, quant à elles, auront toujours besoin de se faire connaître, de renforcer leur image et de communiquer sur leurs produits et services. Elles auront toujours besoin d’attirer plus de prospects et d’augmenter les ventes. Et ce, même si le contexte a changé.

Si les grandes règles et tendances marketing n’évolueront pas, les manières de les opérer devront être revues et modifiées. L’humain et les événements physiques auront toujours une grande importance dans le marketing BtoB, malgré la digitalisation galopante des processus.

Les changements à venir dans le marketing BtoB

Lors du confinement, de nombreuses entreprises sont tombées dans le piège de la sur-réactivité. Elles ont créé une profusion de contenus afin de tenter de garder le lien avec leurs clients. Il aurait toutefois mieux valu qu’elles prennent le temps de comprendre ce que veulent réellement leurs clients. Dans ce contexte particulier, ces derniers ont avant tout besoin de réponses concrètes à leurs préoccupations.

« C’était une cacophonie absolument générale », martèle Aurélien Gohier, Senior Digital Manager chez Dassault Systèmes. Et d’ajouter : « La réactivité n’est pas toujours la réponse à tout ». Il faut plutôt privilégier la qualité, de manière à offrir aux clients des réponses ciblées et mieux adaptées à leurs besoins respectifs. L’expression « less is more » prend ici tout son sens.

Une relation personnalisée et de qualité avec le client est censée être érigée en priorité. L’objectif doit être d’instaurer une relation durable avec les clients plutôt que de se focaliser sur la génération de lead. Il donc faut impacter les relations avec les stakeholders les plus importants et les plus influents chez les clients. Les campagnes marketing de masse n’auront quant à elles, pas de réel impact.

La stratégie marketing doit ainsi s’adapter aux besoins clients et tenter de comprendre leurs impératifs et leur contexte.

Pour Karen Strugnell, ABM Leader Europe chez IBM, « ce qui doit vraiment changer, c’est la relation avec le service commercial. Et opter plutôt pour une vraie approche collaborative. Ce n’est plus le marketing d’un côté et les équipes commerciales de l’autre. Il faut travailler ensemble sur ces sujets-là ».

Le digital : un changement radical des modes de vente BtoB

Avec cette crise, les entreprises se sont retrouvées à ne plus pouvoir activer les leviers marketing traditionnels. Elles se sont alors tournées vers le digital entraînant une importante progression des investissements. Or les équipes étaient peu préparées, voire contraintes de prendre ce virage. Cette occasion de se familiariser à de nouvelles méthodes marketing a affaibli l’aspect émotionnel relatif à la vente des collaborateurs. Or cet aspect est déterminant pour construire la confiance.

Dès lors, « comment construire cette émotion qui suscite l’engagement et finalement la signature à travers les outils digitaux ? », s’interroge Guillaume Gélis, Directeur Associé chez Infopro Digital.

La réponse ? En veillant à ce que l’ensemble des dispositifs digitaux soient centrés autour de l’émotion. Les études ont montré que l’acte d’achat BtoB est beaucoup plus lié à l’émotion que l’acte d’achat B2C. Le stress et l’engagement de l’acheteur inter-entreprises y sont beaucoup plus prononcés. (Lire l’article “Quelle évolution de la vente à l’ère de la digitalisation“)

Une fois ce constat établi, faut-il changer d’approche ? En matière de digitalisation, il est impossible de tout faire en même temps. Il est donc recommandé de prioriser. Par exemple, les clients qui ne disposent pas d’un site doivent d’abord combler cette lacune. Mieux vaut prendre un sujet à la fois et bien le traiter que d’essayer de brûler les étapes en prenant le risque d’un échec.

Par ailleurs, il ne faut pas hésiter à tester les solutions. Ensuite, l’analyse des défaillances permettra de réussir à implémenter les solutions les mieux adaptées. Les données sont un autre élément extrêmement important pour réussir la transition digitale. Des données fiables et correctement analysées permettent, en effet, de prendre des décisions éclairées.

Marketing B2B, ce qui change, ce qui ne change pas

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..