Désormais, on personnalise pour survivre, pas pour exceller

par | Jan 3, 2022 | | Contenu influence, CX - Chronique hebdo

La personnalisation dans les Sales et le Marketing ne confère plus cette de longueur d’avance sur la concurrence. Elle se transforme peu à peu en un simple facteur de survie sur le marché. Chronique.

La personnalisation : d’un avantage compétitif à un simple facteur clé de succès

Pour les acheteurs, la personnalisation n’est plus vraiment une option. C’est un acquis. On s’étonne de son absence, sans forcément s’enthousiasmer outre mesure de sa présence. Par effet miroir, l’effort de personnalisation dans l’approche des équipes Sales et Marketing n’est plus un facteur de différentiation majeur. Paraphrasons un instant les aficionados des sciences de gestion, et plus particulièrement du marketing stratégique : la personnalisation n’est plus un avantage compétitif, mais un simple facteur clé de succès (FCS).

  • Pour qu’un avantage soit véritablement qualifié de compétitif ou concurrentiel, il doit être perceptible avec les clients, créer de la valeur et surtout être difficilement imitable. A l’ère de la Data à portée de clic, la personnalisation est-elle vraiment un savoir-faire inimitable ?
  • La personnalisation n’est donc désormais qu’un facteur clé de succès, c’est-à-dire un critère minimal pour être suffisamment compétitif sur un marché. En d’autres termes, il s’agit d’un critère qui garantit la survie, pas la performance remarquable.

Christina Kay, VP of Marketing de ResellerRatings, résume bien ce point de vue : « La personnalisation est aujourd’hui plus une exigence qu’une faveur ».

L’acheteur B2B est biberonné aux standards de la personnalisation B2C automatisée au quotidien

Il faut dire que l’acheteur B2B, encore plus s’il est millénial, est biberonné à la personnalisation au quotidien, principalement dans ses interactions de type B2C, où il constitue le « C ». Amazon lui recommande des produits en phase avec son comportement d’achat, Netflix lui formule des suggestions pertinentes dès qu’il arrive au terme d’une série, etc.

« Dans le marketing B2B, nous sommes un peu enserrés dans le conventionnalisme. Sommes-nous conscients par exemple que 70 % des personnes qui ont le pouvoir décisionnaire (ou d’influence) pour acheter nos produits sont nées dans les années 1990 et 2000, avec des codes très différents du top management qui définit les grandes orientations Sales et Marketing ? ».

Photo de profil de Guillaume Gelis

Guillaume Gelis, Directeur Général Délégué chez Infopro Digital Media aux dernières Rencontres Internationales du Marketing.

Cette personne, qui constitue donc le « C » du B2C dans son quotidien, est la même qui se présente à vous avec la casquette d’acheteur. Si le B2B fait référence à des interactions et transactions entre deux personnes morales, à la fin, c’est toujours l’Humain qui décide. Et l’Humain préférera toujours le sur-mesure et le fait main au fabriqué à la chaîne.

 

 

Personnalisation mais aussi audace, préparation rigoureuse et honnêteté

En réalité, la personnalisation dans l’approche Sales et Marketing n’est pas une fin en soi. Il s’agit d’un ingrédient (néanmoins important) dans la recherche de cette expérience client qui fait la différence sur des marchés peu différenciés. Une récente étude signée DemandGen (résumée ici par nos soins) explique en ce sens que 55 % des acheteurs B2B attendent du fournisseur envisagé « une histoire forte qui résonne en eux ».

De manière plus pragmatique, un tiers des acheteurs B2B attendent un contenu adapté à leurs besoins réels, qui s’affranchit de la superficialité et du générique à la faveur du cas client, du Business Case et de la preuve par l’exemple, avec un effort sur la forme. Sur ce dernier point, une étude réalisée par The Marketing Practice (TMP) et B2B DecisionLabs (voir notre papier ici) a identifié la typologie du discours commercial le plus susceptible de combler l’acheteur B2B : il est émotionnel plutôt qu’exclusivement rationnel, étayé par les chiffres plutôt qu’abstrait, et nuancé par les risques d’échec plutôt que dithyrambique et excessivement promotionnel.

En somme, la recette du succès implique un contenu raisonnablement personnalisé côté marketing, et un discours audacieux, dûment documenté et honnête côté commercial. Bien entendu, cette performance ne peut être atteinte sans le fameux alignement Sales – Marketing qui doit sortir de son statut d’arlésienne pour se confronter à la réalité du terrain. Car comment le marketing peut-il créer un contenu personnalisé s’il se prive du précieux feedback du commercial, seul collaborateur à côtoyer l’acheteur dans son humanité, sa subjectivité, ses goûts, ses craintes et ses aspirations ? Inversement, comment le commercial peut-il se rendre confiant au rendez-vous client sans un contenu prévu pour ce client précis ou, à minima, pour ce type de client ?

Un paradoxe pour conclure…

Forcément, car que serait notre profession sans ces paradoxes qui nous font réfléchir, qui nous poussent à publier des billets d’humeur (à râler, en somme) pour enfin agir ?

  • D’un côté, 80 % des entreprises B2B sondées par Seismic et Demand Metric affirment que le contenu personnalisé a été « plus efficace» (48 %) ou « beaucoup plus efficace » (32 %) que le contenu générique.
  • De l’autre, seuls 33 % des marketeurs B2B ont fait des efforts de personnalisation en 2020 selon DemandGen. Bonne année et à la semaine prochaine !

 

Paroles d’experts
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?

Augmentation du nombre de démissions, pénurie de compétences, bore out ou encore « quiet-sitting »… Face à ces tendances, une entreprise peut-elle encore douter de l’importance de l’expérience employé ? Nombre d’entre elles ont fait de l’écoute une priorité et les plus avancées misent aujourd’hui sur la gestion de l’expérience employé (EXM). Écouter réellement ses collaborateurs L‘écoute est au cœur de l’EXM car c’est un moyen important pour comprendre les employés et leurs expériences, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'entreprise. Elle permet de suivre l’évolution des besoins des collaborateurs. Une entreprise qui n’est pas à l’écoute de ses équipes risque de perdre des talents et de ne pas être en mesure d'en attirer de nouveaux. Dans un monde post-pandémie, un programme de gestion réussi nécessite d’aller au-delà des enquêtes de satisfaction annuelles qui ne donnent pas aux équipes la possibilité de faire des commentaires pendant le déroulement régulier du travail. Les profonds changements qui ont bouleversé le monde professionnel ont montré la nécessité d’une acquisition rapide, voire en temps réel, des signaux, notamment d'alarme et de discontinuité émis par les employés. Dans un environnement de travail en constante évolution, prendre des décisions fondées sur des informations obsolètes fera perdre en pertinence. Utiliser les bons canaux Quels dispositifs d’écoute l’entreprise a-t-elle déployés ? Des questionnaires fermés ? C’est un bon début, mais pour réussir son programme EXM, elle devra diversifier ses canaux. Les marques avec les programmes EXM les plus avancés collectent et analysent les commentaires ouverts (43%), surveillent également les canaux communautaires (43%) et utilisent des logiciels de crowdsourcing (31%). Certaines vont plus loin en analysant les échanges téléphoniques des...

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Ceci pourrait vous intéresser..