La chronique hebdo : la stratégie, grande oubliée du Top Management ?

par | Déc 13, 2021 | | Stratégie - Chronique hebdo, Vente et Management commercial - Chronique hebdo

Le macroenvironnement est turbulent. Avec l’incertitude viennent des menaces, mais aussi des opportunités. Mais comment s’adapter à cette dynamique sans pensée stratégique ? Le paysage Sales et Marketing B2B brille par ses outils, ses bonnes pratiques et ses innovations technologiques, mais il botte en touche sur le volet stratégique au sens noble du terme.

Bien souvent, le syndrome de « la tête dans le guidon » ne laisse à la pensée stratégique qu’une checklist à cocher, une vieille analyse SWOT oubliée dans les archives et éventuellement quelques réunions grandiloquentes sans réelle consistance. La stratégie, grande oubliée du Top Management ? Décryptage dans la chronique hebdo.

« La stratégie ? Je la pense cruciale pour le succès de mon entreprise, mais je n’ai pas de temps à lui accorder »

La pensée stratégique est un soft-skill qui caractérise les décideurs « champions ». Elle leur permet de toujours garder en tête « The Big Picture », y compris dans les petites décisions opérationnelles du quotidien. Par la force du temps et de l’effet domino, le cumul des petites « bonnes » décisions rapproche chaque jour l’entreprise de ses grands objectifs. Selon une étude publiée par la Harvard Business Review, l’écrasante majorité des leaders (97 %) estiment que la pensée stratégique est le comportement de leadership le plus important pour le succès de l’entreprise.

Ce constat est à mettre en perspective avec une autre conclusion. Dans l’étude « The Strategic Thinking Manifesto », 96 % des leaders disent manquer de temps pour la pensée stratégique, citant les réunions et les emails (126 par jour en moyenne) comme principaux obstacles. Les décideurs ne peuvent-ils vraiment pas dégager du temps pour ce qu’ils estiment être un impératif au succès de leurs entreprises ?

Il n’y a que deux explications possibles… et aucune n’est flatteuse : soit les leaders sondés versent dans la langue de bois et exagèrent l’importance perçue de la pensée stratégique, soit ils sont sincèrement persuadés de son importance et font preuve d’un sérieux manque de compétence sur la partie de la gestion du temps. Quoi qu’il en soit, les causes qui nourrissent ce paradoxe puisent à la fois dans le professionnel, le culturel et même le psychologique.

 

 

Stéréotype : quand le fait d’être débordé devient un signe de réussite professionnelle et sociale

C’est bien connu, le décideur lambda ne compte par ses heures. Tout comme le champion de la pensée stratégique. Mais il y a une différence : le premier évolue exclusivement au bureau, là où le second s’autorise une petite promenade, un footing ou toute autre mini-activité en plein air pour « réfléchir ». C’est en tout cas le postulat d’une étude publiée par la Stanford University.

Seulement voilà : le monde de l’entreprise a lui aussi ses stéréotypes. Le côté « sous l’eau au bureau » est un signe de statut social. « Le milieu corporate ne voit pas d’un bon œil le fait de sortir s’aérer l’esprit pour penser stratégique. Il préfère le présentiel et le ‘face time’ », peut-on lire dans le rapport de l’étude. Face à cette pression, les décideurs ne sont pas prêts à renoncer à l’avantage social et culturel que leur confère le fait d’être (ou de paraître) occupé au bureau, la tête dans le guidon opérationnel.

Trois conseils pour accorder à la pensée stratégique le temps qu’elle mérite

Comment donc outrepasser ces limitations sociales et culturelles pour consacrer à la pensée stratégique le temps qu’elle mérite ? La Harvard Business Review livre trois conseils :

  • Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la pensée stratégique ne nécessite pas un temps considérable. Il ne s’agit pas de prendre un congé sabbatique ou d’aller en retraite yoga. Comme l’explique l’expert de la productivité David Allen, « on n’a pas forcément besoin de temps pour trouver la bonne idée… on a en revanche besoin d’espace, notamment psychique». Et pour trouver cet espace psychique, il ne faut pas hésiter à changer de décor, même pendant quelques minutes.
  • Disséquer sa journée type pour constater les aberrances et le gaspillage. Peut-être certaines tâches peuvent-elles être combinées, différées, déléguées ? Si vous gagnez une heure ou deux par semaine, vous avez ce qu’il vous faut pour sortir de l’agitation du quotidien, prendre de la hauteur et entrer dans un mood plus stratégique.
  • Maintenant que vous êtes conscient que le lien « sous l’eau = réussite sociale et professionnelle » n’est qu’un stéréotype, vous pouvez vous en affranchir. En réalité, c’est la liberté de prendre du recul et de s’extraire de l’opérationnel pendant un instant pour prendre de la hauteur qui représente le vrai marqueur de réussite. Comme l’explique Derek Sivers, serial entrepreneur et auteur à succès, « le fait d’être occupé est plutôt le signe que vous êtes dépendant de l’emploi du temps de quelqu’un d’autre». A la semaine prochaine !

 

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..