La chronique « Relation Client » du BtoB Summit : la fidélisation des clients dans le B2B, stratégies gagnantes et pièges à éviter

par | Nov 11, 2021 | | Vente et Management commercial - News

A l’occasion de la 9e édition du BtoB Summit qui se déroulera le 18 novembre 2021 dans l’enceinte légendaire du Parc des Princes, BtoB Leaders vous propose une série de chroniques quotidiennes qui préparent les Business Cases, Keynotes, Master Classes et Tables Rondes de l’événement phare du B2B. Aujourd’hui, nous nous intéresserons à la fidélisation des clients, qui reste le chemin le plus court vers la rentabilité et la croissance.

 

68 % des dirigeants B2B déclarent que les clients sont « moins fidèles qu’auparavant »

Bien qu’elle représente le chemin le plus court vers la croissance et la rentabilité, la fidélisation des clients n’apparaît que rarement dans les ordres du jour du top management. Ce constat est appuyé par une nouvelle étude signée Bain & Company. On y apprend notamment que 68 % des dirigeants B2B déclarent que les clients sont « moins fidèles qu’auparavant ».

Pour le célèbre cabinet de consulting américain, cette contreperformance est la conséquence directe d’une croyance erronée : il ne suffit pas de muscler sa proposition de valeur pour fidéliser, à moins de justifier d’un avantage compétitif fort et unique ou d’être dans une situation de monopole… deux hypothèses rares dans une économie mondialisée où les barrières à l’entrée sont faibles.

La fidélisation client : le chemin le plus court vers la croissance

La négligence de la fidélisation des clients est encore plus surprenante lorsque l’on sait que le coût d’acquisition des clients est plus élevé dans le B2B. Une étude du cabinet Invesp explique par exemple qu’il est 5 fois plus coûteux d’attirer un nouveau client que de fidéliser un client existant, ce dernier étant déjà convaincu de l’apport de votre offre pour la résolution de sa problématique métier. La même enquête explique que la probabilité de vendre davantage à un client existant est 14 fois plus élevée que la probabilité de convertir un prospect. Enfin, et c’est peut-être la statistique la plus éloquente sur le sujet : une hausse de 5 % de la rétention client peut booster les profits de l’entreprise de 25 à 95 %. C’est ce qui fait de la fidélisation le chemin le plus court vers la croissance, mais aussi la rentabilité. Deux autres avantages doivent être évoqués :

  • Avec le bon programme de fidélisation de clients, vous tenez un avantage compétitif qui n’est pas lié à une baisse de prix ;
  • Avec un pool de clients fidèles, vous disposez d’un bassin fiable de collecte de Data sur le comportement de votre cible.

Cycle de vente complexe, prise de décision collégiale (plus de 4 personnes), prix de vente plus élevé (en comparaison avec le B2C), des acheteurs toujours mieux informés et qui écartent les commerciaux d’une bonne partie de leur parcours… les turbulences du macroenvironnement post-Covid doivent pousser les entreprises à réinvestir dans leurs programmes de fidélisation pour étoffer l’existant et évoluer plus sereinement. Les décideurs semblent conscients de l’importance de la chose, puisque les questions liées à l’aval de la vente ont largement été débattues à l’occasion de l’édition 2021 des Rencontres Internationales du Marketing qui se sont déroulées les 23 et 24 septembre derniers au Château de Cély.

A lire également sur BtoB Leaders : Nos comptes rendus des Workshops des RIM#2021

 

Quelles tactiques adopter pour doper la fidélisation client B2B ?

Le B2B accuse toujours un retard considérable sur le B2C en matière de programmes de fidélisation. A sa décharge, il faut bien avouer que la marge de manœuvre du Business to Consumer est plus grande, car la récurrence de l’achat qui le caractérise est plus facilement « récompensable ». Toutefois, certaines bonnes pratiques B2B se détachent. Florilège…

#1 Le Customer Success Manager, un poste à fort ROI

Les entreprises qui ont pris conscience de l’enjeu de la fidélisation pour leur rentabilité et leur croissance prennent soin de séparer les commerciaux, chargés signer de nouveaux clients, et les Customer Success Managers, à qui l’on confie la mission de « chouchouter » les clients existants. Ils s’emploient, au quotidien, à consacrer le temps nécessaire à un suivi sur mesure des clients, mais aussi à identifier les fenêtres d’upselling qui peuvent se présenter. Le workshop « Transformer les interactions clients en opportunités commerciales » a exploré cette tactique pendant les RIM 2021. Cet enjeu sera sans doute largement débattu dans les différents Business Cases, Master Classes et Tables Rondes de la brique « Vente, Management et Relation Client » du BtoB Summit 2021.

 

#2 Tracker le Net Promoter Score (NPS)

C’est l’indicateur le plus fiable pour sonder la satisfaction client et prendre les décisions qui s’imposent. Cet indicateur qui ventile les clients en détracteurs (score de satisfaction inférieur à 6/10), en clients satisfaits passifs (score compris entre 7 et 8/10) et en ambassadeurs (score supérieur à 8) vous renseignera sur :

  • La proportion de clients qui peut alourdir votre Churn Rate à la prochaine échéance contractuelle ;
  • Votre réserve de « clients satisfaits passifs » sur laquelle vous pourrez travailler pour multiplier vos ambassadeurs ;
  • Vos clients « VIPs » qui méritent 80 % de votre attention ;
  • La phase du parcours client qui constitue votre talon d’Achille.

 

#3 Le programme de fidélité : une valeur sûre

Il s’agit tout simplement d’un système de récompenses qui vient gratifier le client d’avantages en fonction de ses achats. Il peut s’agir de récompenses transactionnelles (baisse de prix, facilités de paiement, maintenance ou mise à niveau gratuite), mais pas seulement : des gratifications contractuelles ou relationnelles viendront différencier votre programme de fidélisation de la concurrence.

N’hésitez pas à miser sur la gamification de votre programme, avec des statuts clients différents (le wording devrait s’inspirer de votre proposition de valeur, dans l’idéal), des récompenses que l’on « ouvre » comme dans une pochette surprise en ligne (animation en motion design) voire une ritualisation de la récompense avec un appel téléphone, une invitation, etc. L’idée est de capitaliser sur l’expérience vécue par le client et de marquer ce « Moment of Truth ».

#4 La fidélisation par l’offre 360° grâce aux partenariats tiers

Nous avons évoqué plus haut la complexité toujours croissante de la prise de décision. Cette tendance impacte le volume d’affaires des fournisseurs, mais aussi les acheteurs qui doivent « abattre » une énorme charge de travail avant d’aboutir à une décision d’achat. C’est pourquoi ces derniers sont preneurs des conseils et des recommandations de leurs prestataires préférés. Pour leur faciliter la tâche et améliorer leur expérience, n’hésitez pas à nouer des partenariats fructueux avec des entreprises qui proposent une offre complémentaire à la vôtre. Cet échange de bons procédés profite aux clients et aux prestataires et favorise l’émergence de clients ambassadeurs et la formation de groupes de travail pluridisciplinaires générateurs d’opportunités.

 

Programme de fidélisation B2B : les erreurs à éviter

Pour conclure, voici notre liste des erreurs les plus communes qui guettent l’efficacité de votre programme de fidélisation :

  • Se focaliser sur le coût du programme plutôt que son ROI ;
  • Construire un programme de fidélisation orienté opérateur (Customer Success Manager) plutôt que Customer-Centric ;
  • Ne pas adopter une approche itérative pour améliorer l’attractivité du programme au gré de la Data collectée;
  • Ne pas tracker le NPS et les autres indicateurs (quantitatifs et qualitatifs) de la satisfaction client ;
  • Ne pas tenir ses promesses, y compris lorsque les récompenses promises ne sont pas contractuelles.

La fidélisation des clients à l’honneur à l’occasion du BtoB Summit 2021 !

Pour cette 9e édition qui intervient dans un contexte de reprise décisive, le BtoB Summit réunira la communauté Vente et Marketing B2B (prestataires et annonceurs) dans l’enceinte légendaire du Parc des Princes. Des stratégies qui résistent à l’épreuve du temps aux tactiques les plus innovantes, vous allez découvrir comment les stars du B2B font vivre à leurs clients des expériences hors normes. La question de la fidélisation sera à l’honneur dans la brique « Vente, Management et Relation client ». Au programme : Business Cases, Master Classes, Tables Rondes et Keynotes pour répondre efficacement aux nouveaux enjeux de la vente !

 

 

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on peut parler de digitalisation massive des métiers au travers de la multiplication de solutions ad hoc… à tel point que l’on parle désormais de « marketing stack » à toutes les étapes...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..