Cibles ETI et Grands comptes : performances comparées des approches ABM, Call, IP Tracking, Inbound, Social…

par | Déc 31, 2021 | | ABM & LeadGen - Business Case, Vente et Management commercial - Business Case

Ce Business Case présenté dans le cadre de l’édition 2021 du BtoB Summit propose un comparatif de plusieurs approches (ABM, Call, IP Tracking, Inbound, Social…) pour les cibles ETI et Grands comptes. Les chiffres sont issus de la collaboration entre ITFACTO, numéro 1 français de la génération de leads B2B, et Sage, acteur historique des logiciels et solutions de gestion d’entreprise. ITFACTO a été représenté par Carine Duxin, Directrice conseil et relations clients, tandis qu’Alexandre Martinez, Directeur marketing, a représenté Sage.

Cible, repères d’analyse, KPIs et leviers

De quelles cibles parle-t-on ?

Les ETI et Grands Comptes :

  • En France, nous parlons d’un marché d’environ 15 000 entreprises de plus de 100 personnes ;
  • Un cycle de décision long à très long, compris entre 3 et 18 mois ;
  • Une certaine collégialité dans la décision d’achat, avec une moyenne de 12 intervenants sur le projet ;
  • Pour cette cible, la vente est un « processus » (cahier des charges, consultations, budget élevé) ;
  • Le ROI est généralement long, avec des ventes qui peuvent intervenir jusqu’à 24 mois après le marketing.

Quelques repères d’analyse

ITFACTO a réalisé plus de 1 300 programmes marketing en 2021. L’ensemble de ces programmes intègrent du digital et des technologies. Environ 450 d’entre eux intègrent de la détection d’opportunités. ITFACTO a également mené 120 programmes d’Awareness et de communication et a réalisé plus de 70 événements Live et Replay dont 2 roadshows.

Quels sont les KPIs pris en considération ?

Les KPIs suivis traduisent trois grands enjeux : la précision et la qualité des leads, le volume et les délais :

  • Le volume de leads générés (MQL), dans l’objectif de (re)constituer une base marketing ;
  • Les opportunités créées dans le pipe (SQL / SQO) et validées par les canaux de vente ;
  • Les ventes générées (WON), avec une priorité à la qualité (gagner plutôt que participer).

Quels leviers activer ?

Carine Duxin a présenté ici un visuel résumant les différents leviers à activer en fonction des objectifs de l’entreprise : Awareness, LeadGen ou Opportunités.

Business Case ITFACTO x SAGE

 

ITFACTO x Sage : KPIs, mix marketing et axes d’amélioration

Quels KPIs ?

« Chez Sage, nous sommes dans un modèle majoritairement indirect. Nous avons l’avantage d’être un acteur historique avec donc une forte notoriété sur un marché assez mouvant avec beaucoup d’acteurs historiques mais aussi énormément de nouveaux entrants. Nous devons donc remettre en cause nos modèles et nos initiatives de LeadGen », explique Alexandre Martinez.

Sur la partie KPIs, les équipes dédiées à l’acquisition de clients et à l’animation de la base installée sont alignées sur l’entonnoir. « Etant dans une optique ‘finance-driven’, nous partons des objectifs commerciaux pour redescendre sur les taux observés sur le funnel. Le budget annuel des commerciaux est traduit en MQL/SQL à délivrer ». Ces objectifs sont partagés avec les équipes commerciales qui s’intéressent plutôt aux opportunités ou SQO.

Chez Sage, l’ensemble des leads traités au Marketing sont requalifiés en interne par une cellule d’une quinzaine de personnes. « Toutes les équipes parlent le même langage et analysent les mêmes métriques, ce qui nous permet de réaliser un pilotage hebdomadaire de l’activité marketing, un pilotage mensuel du résultat avec un alignement trimestriel sur les résultats commerciaux », explique Alexandre Martinez.

Quels mix marketing ?

« Sage coche toutes les cases des leviers présentés dans le visuel plus haut… On fait quasiment tout, peut-être trop », reconnaît Alexandre Martinez. Dans l’activité digitale, le contenu à valeur s’impose aujourd’hui comme le pilier de l’action marketing. Dans sa prise de parole, Sage se présente aujourd’hui comme un partenaire plutôt qu’un simple fournisseur. « Avec ITFACTO, nous nous employons à pousser le bon contenu au bon moment dans le funnel ».

Alexandre Martinez est par la suite revenu sur les points que Sage a dû revoir dans sa stratégie marketing. « On a pu être dissonant à une époque. On testait quelques posts sur LinkedIn, on faisait des campagnes de Push Mail avec un prestataire, on faisait du Content Syndication… et tout ça n’était pas forcément aligné ». Aujourd’hui, l’alignement est une préoccupation clé chez Sage, y compris dans les événements physiques qui reprennent les thèmes du contenu digital. Sage a également abandonné son modèle de « Stop & Go » pour passer en mode « Always On » avec moins de One Shot et plus de construction et de long terme.

Les axes d’amélioration

Alexandre Martinez explique que Sage a lancé une campagne ABM pour travailler plus verticalement. « Cibles plus qualifiées, travail avec les Sales pour identifier les fichiers, création d’un contenu approprié, décliné et à valeur… Finalement, nous nous sommes rendus compte au bout de quelques mois que le résultat était moins bon que ce que nous faisons de manière plus générale parce qu’il nous manquait le dernier kilomètre ». Pour Alexandre Martinez, les Sales n’ont pas forcément adhéré à ce travail de suivi et de Nurturing.

Quels ajustements pour assurer les KPIs ?

« Il y a d’abord des enjeux de proposition et de discours », explique Carine Duxin. L’entreprise est attendue sur la valorisation de son expertise, « un aspect qui manque parfois dans les contenus ». Carine Duxin a également nuancé l’enjeu des bases de données et du ciblage sur le marché des ETI et Grands Comptes. « Attention à l’ultra-ciblage, surtout quand on connait la valeur des opportunités sur ce type de marché ». Sur la partie Online, il s’agira de bien choisir le format en fonction de la cible. « Par exemple, les CXO sont en veille et souhaitent comprendre les choses de manière plus globale contrairement à la personne qui est au bout, en pleine décision d’achat, et qui a besoin d’un contenu plus pratique d’aide à la décision », précise Carine Duxin.

La Directrice conseil et relations clients chez ITFacto a enfin insisté sur « le dernier kilomètre » et la finition. « On aura beau avoir les meilleures bases de données et des contacts pertinents, il faudra toujours qualifier et affiner pour que ça marche, surtout dans ce type de marché, avec un accompagnement actif des commerciaux ».

Synthèse des performances comparées

Taux de projet Volume de contacts générés Cycle recommandé
Display Non significatif élevé : 500 / 1 000 2 semaines
Réseaux sociaux Non significatif élevé : 100 / 500 Systématique
Tracking IP 0 à 15 % élevé Continu
Online « push » 0 à 35 % élevé : 100 / 800 1 à 3 mois
Online « Inbound » 15 à 60 % faible : 3 à 40 /mois Continu
Event – Salon 0 à 25 % aléatoire : 0 / 200 Event /3 mois
Event propriétaire 0 à 25 % aléatoire : 0 / 200 Event /3 mois
Cold Calling 1 à 3 % sur contacts utiles élevé : 500 / 6 000 Semestre/année
Calls pertinents 7 à 15 % moyen : 10 / 100 Trimestre
ABM 0 à 8 % faible : 50 à 300 Trimestre

 

Paroles d’experts
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?

Augmentation du nombre de démissions, pénurie de compétences, bore out ou encore « quiet-sitting »… Face à ces tendances, une entreprise peut-elle encore douter de l’importance de l’expérience employé ? Nombre d’entre elles ont fait de l’écoute une priorité et les plus avancées misent aujourd’hui sur la gestion de l’expérience employé (EXM). Écouter réellement ses collaborateurs L‘écoute est au cœur de l’EXM car c’est un moyen important pour comprendre les employés et leurs expériences, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'entreprise. Elle permet de suivre l’évolution des besoins des collaborateurs. Une entreprise qui n’est pas à l’écoute de ses équipes risque de perdre des talents et de ne pas être en mesure d'en attirer de nouveaux. Dans un monde post-pandémie, un programme de gestion réussi nécessite d’aller au-delà des enquêtes de satisfaction annuelles qui ne donnent pas aux équipes la possibilité de faire des commentaires pendant le déroulement régulier du travail. Les profonds changements qui ont bouleversé le monde professionnel ont montré la nécessité d’une acquisition rapide, voire en temps réel, des signaux, notamment d'alarme et de discontinuité émis par les employés. Dans un environnement de travail en constante évolution, prendre des décisions fondées sur des informations obsolètes fera perdre en pertinence. Utiliser les bons canaux Quels dispositifs d’écoute l’entreprise a-t-elle déployés ? Des questionnaires fermés ? C’est un bon début, mais pour réussir son programme EXM, elle devra diversifier ses canaux. Les marques avec les programmes EXM les plus avancés collectent et analysent les commentaires ouverts (43%), surveillent également les canaux communautaires (43%) et utilisent des logiciels de crowdsourcing (31%). Certaines vont plus loin en analysant les échanges téléphoniques des...

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Ceci pourrait vous intéresser..