Êtes-vous prêt pour Clubhouse, le réseau social en mode audio ?

par | Juin 18, 2021 | | Contenu, Influence, CX - Insights, Podcast

Connaissez-vous Clubhouse ? C’est la toute nouvelle sensation en matière de réseau social venue tout droit de la Silicon Valley. Sa particularité ? Les échanges se font exclusivement à l’oral : ici, on n’écrit pas et on ne s’échange pas de photos. Son autre particularité est que l’on y accède uniquement par invitation. Ce côté VIP a déjà séduit de nombreux utilisateurs, dont des personnalités comme Elon Musk ou Oprah Winfrey.

Mais quels peuvent être les avantages d’utiliser Clubhouse dans un contexte B2B, et doit-on absolument s’y précipiter ? Quels pièges éviter ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Qu’est-ce que Clubhouse et comment fonctionne-t-il ?

Première condition donc pour accéder à Clubhouse, le parrainage. Chaque nouvel utilisateur reçoit deux invitations à distribuer à qui bon lui semble. Une fois le précieux sésame obtenu, on télécharge l’application sur son iPhone ou Android puis on crée son profil. Le fonctionnement est ensuite similaire à un réseau social classique : on gagne des followers, on s’inscrit à des salles de discussion… Une fois admis dans une salle, on « lève la main » pour demander à prendre la parole. L’administrateur nous y autorise alors (ou pas), et la discussion s’engage.

Clubhouse, une opportunité pour les marques

Jusque-là réservé aux détenteurs d’iPhone, Clubhouse est désormais disponible sur le système Android depuis mai. L’application, qui a déjà été téléchargée plus de 13 millions de fois sur l’App Store d’Apple, devrait logiquement connaître une explosion de sa popularité avec sa sortie sur Android. C’est donc le moment idéal pour se mettre à Clubhouse, avant que celui-ci n’explose à la face du monde. Mais quels peuvent être les avantages de Clubhouse en termes de business ?

Parrainer des salles pour mettre en avant sa marque

Il est tout à fait possible pour une marque de sponsoriser des salles à travers le paiement d’influenceurs qui seront chargés de les animer en fonction de problématiques en rapport avec la marque en question.

Faire sa veille sur Clubhouse

Participer à des salles de discussion en rapport avec sa thématique est un bon moyen de réaliser la veille de son secteur d’activité. On peut y discuter très facilement entre professionnels du même secteur et échanger des idées. C’est un réel avantage par rapport aux autres réseaux sociaux qui servent surtout à créer du lien entre la marque et les consommateurs.

Clubhouse permet également d’aller plus loin qu’avec un podcast, qui ne permet que de diffuser une information descendante. C’est ce que fait par exemple Sowine, une agence de conseil aux marques de spiritueux, qui organise tous les mercredis une salle pour discuter de thématiques en lien avec ce secteur d’activité.

Générer des leads via Clubhouse

En nommant son espace d’une manière qui définit clairement les avantages que les auditeurs tireront de leur adhésion, on peut être sûr que tous les auditeurs seront intéressés par ce que la marque a à dire. Le modérateur peut donner la parole à qui il veut : il peut donc choisir quelqu’un dont il connaît déjà l’intérêt pour la marque et ses produits ou services.

Asseoir sa position de leader

Clubhouse réunit les experts d’un secteur donné sur une seule et même plateforme. En hébergeant sa propre salle avec des discussions, des panels et des conversations pertinentes, une marque peut se positionner en tant que leader d’opinion et renforcer sa crédibilité. En invitant le public à participer en posant des questions et en formulant des commentaires, elle peut également susciter un engagement organique et renforcer sa notoriété.

Les pièges à éviter avec Clubhouse

Malgré le potentiel énorme que peut représenter Clubhouse en matière de business, il y a toutefois quelques aspects à bien garder en tête avant de se lancer.

Tout d’abord, le niveau de contrôle de ce qui est dit sur Clubhouse n’est pas du tout le même que sur les réseaux sociaux traditionnels. Sur Clubhouse, on peut virtuellement dire tout ce que l’on veut. Les clients mécontents peuvent donc s’exprimer en toute liberté sur le groupe de discussion créé par la marque afin de dénigrer ses produits. Peu recommandable pour l’image de marque et l’e-réputation…

Clubhouse fonctionne en mode audio uniquement, et n’enregistre pas les conversations. Donc, à moins que quelqu’un ne capture avec un logiciel tiers ce qui se dit, aucune trace ne subsiste des échanges. En revanche, les personnes peuvent très bien écrire des commentaires sur les autres réseaux sociaux à propos d’une conversation ayant eu lieu sur Clubhouse. Or si celle-ci n’a pas été enregistrée, il n’y a aucun moyen de vérifier la source de ces commentaires.

Prêt à essayer Clubhouse ?

Clubhouse est donc une plateforme qui offre une opportunité sans précédent pour dialoguer avec ses clients, construire une communauté et accroître sa crédibilité.

Et actuellement, aucune autre plateforme de média social n’offre la possibilité de profiter de contenus exclusifs comme des lancements de nouveaux produits ou des conversations collaboratives avec des marques.

Cela dit, d’autres plateformes ont déjà commencé à reproduire les fonctions audio de Clubhouse. Facebook, Twitter, LinkedIn, Spotify et Slack ont tous récemment suivi les traces de Clubhouse en lançant ou en annonçant leurs propres services audio en direct. Il est à noter que tous ces réseaux sociaux disposent d’une base d’utilisateurs et de fonds beaucoup plus importants que le nouveau venu. Il y a donc fort à parier que le développement de ces nouvelles fonctions se fasse de manière très rapide.

L’important est donc de savoir si l’audience de la marque est déjà branchée sur Clubhouse et si elle sera réceptive à son contenu. Il peut être intéressant de mener des enquêtes auprès des clients pour savoir s’ils utilisent déjà Clubhouse ou s’ils envisagent de le faire. On peut même commencer par publier un message sur les autres réseaux sociaux afin de déterminer si cela vaut la peine de consacrer du temps ou de l’argent à cette activité.

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..