Comment Cafés Richard a boosté la motivation et la performance de ses équipes pendant et après le confinement ?

par | Mar 18, 2022 | | Vente et Management commercial - Business Case

Ce Business Case issu de l’édition 2021 du BtoB Summit documente la collaboration entre Cafés Richard, torréfacteur traditionnel de café, et Booster Academy, cabinet de conseil et de formation spécialisé dans les enjeux de performance commerciale.

Cafés Richard x Booster Academy en quelques mots

Issu de la Maison Richard fondée en 1892, Cafés Richard est un torréfacteur traditionnel à la française. Spécialiste du café, du thé et du chocolat, cette entreprise familiale propose une offre autour de quatre métiers intégrés : la torréfaction mais aussi la distribution, l’assistance et la formation. Ce leader du café en consommation hors domicile compte 450 collaborateurs, dispose de 11 agences régionales et sert plus de 40 000 clients. Cafés Richard a été représenté par Céline De Luca, Directrice des Ressources Humaines.

Booster Academy est un cabinet de conseil et de formation qui propose des formations en intra-entreprise avec un accompagnement sur mesure en performance commerciale, en excellence client et en management. Fondée il y a une quinzaine d’années, Booster Academy dispose de 20 centres d’entraînement intensifs à la vente pour accompagner la montée en compétences des équipes commerciales. C’est Julien Dugay, Chef de Projet et Business Developer, qui a représenté Booster Academy.

Cafés Richard : contexte et besoin

« Vos clients, à savoir les hôtels, les restaurants et les entreprises, ont quasiment tous fermé leurs portes en mars 2020. Quelle a été votre réaction ? », a demandé Julien Dugay de Booster Academy. « On s’est d’abord intéressés à ceux qui étaient restés ouverts, à savoir 20 % de nos clients », répond Céline de Luca. Il s’agissait essentiellement des hôpitaux, des EHPAD et des boulangeries.

Cafés Richard a donc continué à livrer dans toute la France. « On s’est très vite posés la question suivante : que faire avec nos collaborateurs en activité partielle ? Puisqu’ils ont du temps, contrairement à d’habitude, pourquoi ne pas les former et les préparer à la reprise ? », se rappelle la DRH de Cafés Richard.

C’est donc dans ce contexte que l’entreprise a contacté Booster Academy, un spécialiste de la formation commerciale avec lequel Cafés Richard avait déjà travaillé en 2018.

Qui former, sur quelle thématique et dans quel objectif ?

Booster Academy a proposé un programme sur mesure issu d’une phase d’audit. Comme l’explique Julien Dugay, trois cibles ont été identifiées :

  1. 14 télévendeuses. Elles réalisent des appels sortants quotidiens vers des clients à partir d’une base de données (quels besoins en quantité de café, quels produits additionnels, etc.). Trois besoins ont été exprimés par Cafés Richard :
    • Quelles sont les attentes du client du 21e siècle ?
    • Comment être à l’aise et développer la vente additionnelle ?
    • Comment apprendre à recommander ? Comment adopter une posture de conseil ?
  2. 50 livreurs/vendeurs. Les livreurs de Cafés Richard peuvent être amenés à prendre des commandes additionnelles auprès des restaurateurs, brasseurs et autres clients. « Ils ont besoin d’avoir des compétences de vente», explique Céline de Luca. Là encore, trois besoins ont été exprimés :
    • Inviter le client à faire le point sur sa reprise d’activité ;
    • Traiter les objections et les réclamations ;
    • Identifier le profil comportemental de l’interlocuteur pour adapter son discours.

« Booster Academy propose un outil, le ‘profiloscope’, qui a permis aux livreurs/vendeurs de Cafés Richard d’identifier leur propre profil comportemental ainsi que celui de leurs clients », explique Julien Dugay. Et de poursuivre : « Nous avons également ajouté un module de recouvrement pour outiller les livreurs/vendeurs sur ce point important pendant la crise ».

  1. 20 chefs de vente ou managers.
    • Comment accompagner les équipes dans le développement de leurs compétences ?
    • Comment valoriser pour dynamiser ?
    • Quelle démarche pour fixer les objectifs, les suivre et les débriefer ?

Booster Academy a donc formulé une proposition sur mesure, cadrée en amont par ses consultants experts en full distanciel (classe virtuelle + modules e-learning). L’entraînement intensif à distance permet aux équipes d’ancrer les gestes. Il faut enfin noter que la formation a été financée à hauteur de 100 % par le FNE Formation.

Ce qu’en disent les participants

Céline de Luca a réalisé une compilation des retours de ses équipes à l’issue de la formation. Extraits :

  • « J’ai apprécié l’écoute de la formatrice, la pratique, les nouvelles techniques de vente», Fatima, télévendeuse.
  • « Des clés supplémentaires pour mieux réaliser mes objectifs», Gilles, chef des ventes (Bordeaux) ;
  • « Nous avons pu échanger avec les participants sur nos expériences actuelles et j’ai beaucoup appris et appréhende moins certaines situations», Thibaut, chef des ventes (Lille) ;
  • « Très bonne ambiance et coopération durant la formation», Alain, livreur/vendeur.

En plus des compétences acquises, Julien Dugay a souligné le côté « Team Building » et « humain » de cette formation, à fortiori dans un contexte de confinement où la cohésion des équipes pouvait être mise à l’épreuve. Interrogée sur l’efficacité des formations proposées, Céline de Luca s’est montrée dithyrambique : « J’ai conscience que le chiffre peut paraître fantaisiste, mais le taux d’efficacité des formations de Booster Academy s’établit chez nous à 100 % ».

Quels résultats pour Cafés Richard ?

Cette collaboration avec Booster Academy a permis d’ancrer les formations à distance dans la culture de l’entreprise. « Je pense que l’on continuera à organiser ce type de formation », explique Céline de Luca. La reprise s’est déroulée dans les meilleures conditions, les collaborateurs étant préparés à une meilleure approche de la clientèle. « Les résultats nationaux en période de reprise ont été à la hauteur de nos attentes, c’est-à-dire en phase avec la réouverture de nos clients du CHR », se réjouit Céline de Luca.

Café Richard x Booster Academy - Vidéo

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..