Comment Cafés Richard a boosté la motivation et la performance de ses équipes pendant et après le confinement ?

par | Mar 18, 2022 | | Vente et Management commercial - Business Case

Ce Business Case issu de l’édition 2021 du BtoB Summit documente la collaboration entre Cafés Richard, torréfacteur traditionnel de café, et Booster Academy, cabinet de conseil et de formation spécialisé dans les enjeux de performance commerciale.

Cafés Richard x Booster Academy en quelques mots

Issu de la Maison Richard fondée en 1892, Cafés Richard est un torréfacteur traditionnel à la française. Spécialiste du café, du thé et du chocolat, cette entreprise familiale propose une offre autour de quatre métiers intégrés : la torréfaction mais aussi la distribution, l’assistance et la formation. Ce leader du café en consommation hors domicile compte 450 collaborateurs, dispose de 11 agences régionales et sert plus de 40 000 clients. Cafés Richard a été représenté par Céline De Luca, Directrice des Ressources Humaines.

Booster Academy est un cabinet de conseil et de formation qui propose des formations en intra-entreprise avec un accompagnement sur mesure en performance commerciale, en excellence client et en management. Fondée il y a une quinzaine d’années, Booster Academy dispose de 20 centres d’entraînement intensifs à la vente pour accompagner la montée en compétences des équipes commerciales. C’est Julien Dugay, Chef de Projet et Business Developer, qui a représenté Booster Academy.

Cafés Richard : contexte et besoin

« Vos clients, à savoir les hôtels, les restaurants et les entreprises, ont quasiment tous fermé leurs portes en mars 2020. Quelle a été votre réaction ? », a demandé Julien Dugay de Booster Academy. « On s’est d’abord intéressés à ceux qui étaient restés ouverts, à savoir 20 % de nos clients », répond Céline de Luca. Il s’agissait essentiellement des hôpitaux, des EHPAD et des boulangeries.

Cafés Richard a donc continué à livrer dans toute la France. « On s’est très vite posés la question suivante : que faire avec nos collaborateurs en activité partielle ? Puisqu’ils ont du temps, contrairement à d’habitude, pourquoi ne pas les former et les préparer à la reprise ? », se rappelle la DRH de Cafés Richard.

C’est donc dans ce contexte que l’entreprise a contacté Booster Academy, un spécialiste de la formation commerciale avec lequel Cafés Richard avait déjà travaillé en 2018.

Qui former, sur quelle thématique et dans quel objectif ?

Booster Academy a proposé un programme sur mesure issu d’une phase d’audit. Comme l’explique Julien Dugay, trois cibles ont été identifiées :

  1. 14 télévendeuses. Elles réalisent des appels sortants quotidiens vers des clients à partir d’une base de données (quels besoins en quantité de café, quels produits additionnels, etc.). Trois besoins ont été exprimés par Cafés Richard :
    • Quelles sont les attentes du client du 21e siècle ?
    • Comment être à l’aise et développer la vente additionnelle ?
    • Comment apprendre à recommander ? Comment adopter une posture de conseil ?
  2. 50 livreurs/vendeurs. Les livreurs de Cafés Richard peuvent être amenés à prendre des commandes additionnelles auprès des restaurateurs, brasseurs et autres clients. « Ils ont besoin d’avoir des compétences de vente», explique Céline de Luca. Là encore, trois besoins ont été exprimés :
    • Inviter le client à faire le point sur sa reprise d’activité ;
    • Traiter les objections et les réclamations ;
    • Identifier le profil comportemental de l’interlocuteur pour adapter son discours.

« Booster Academy propose un outil, le ‘profiloscope’, qui a permis aux livreurs/vendeurs de Cafés Richard d’identifier leur propre profil comportemental ainsi que celui de leurs clients », explique Julien Dugay. Et de poursuivre : « Nous avons également ajouté un module de recouvrement pour outiller les livreurs/vendeurs sur ce point important pendant la crise ».

  1. 20 chefs de vente ou managers.
    • Comment accompagner les équipes dans le développement de leurs compétences ?
    • Comment valoriser pour dynamiser ?
    • Quelle démarche pour fixer les objectifs, les suivre et les débriefer ?

Booster Academy a donc formulé une proposition sur mesure, cadrée en amont par ses consultants experts en full distanciel (classe virtuelle + modules e-learning). L’entraînement intensif à distance permet aux équipes d’ancrer les gestes. Il faut enfin noter que la formation a été financée à hauteur de 100 % par le FNE Formation.

Ce qu’en disent les participants

Céline de Luca a réalisé une compilation des retours de ses équipes à l’issue de la formation. Extraits :

  • « J’ai apprécié l’écoute de la formatrice, la pratique, les nouvelles techniques de vente», Fatima, télévendeuse.
  • « Des clés supplémentaires pour mieux réaliser mes objectifs», Gilles, chef des ventes (Bordeaux) ;
  • « Nous avons pu échanger avec les participants sur nos expériences actuelles et j’ai beaucoup appris et appréhende moins certaines situations», Thibaut, chef des ventes (Lille) ;
  • « Très bonne ambiance et coopération durant la formation», Alain, livreur/vendeur.

En plus des compétences acquises, Julien Dugay a souligné le côté « Team Building » et « humain » de cette formation, à fortiori dans un contexte de confinement où la cohésion des équipes pouvait être mise à l’épreuve. Interrogée sur l’efficacité des formations proposées, Céline de Luca s’est montrée dithyrambique : « J’ai conscience que le chiffre peut paraître fantaisiste, mais le taux d’efficacité des formations de Booster Academy s’établit chez nous à 100 % ».

Quels résultats pour Cafés Richard ?

Cette collaboration avec Booster Academy a permis d’ancrer les formations à distance dans la culture de l’entreprise. « Je pense que l’on continuera à organiser ce type de formation », explique Céline de Luca. La reprise s’est déroulée dans les meilleures conditions, les collaborateurs étant préparés à une meilleure approche de la clientèle. « Les résultats nationaux en période de reprise ont été à la hauteur de nos attentes, c’est-à-dire en phase avec la réouverture de nos clients du CHR », se réjouit Céline de Luca.

Café Richard x Booster Academy - Vidéo

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..