Comment les commerciaux B2B peuvent-ils (vraiment) se démarquer de la concurrence ?

par | Jan 27, 2022 | | Contenu, Influence, CX - Insights, Vente et Management commercial - Insights

Question ambitieuse ! En effet, dans un contexte où l’effort de vente se digitalise et où les offres sont de moins en moins différenciées, comment les commerciaux peuvent-ils faire la différence ? C’est en lisant cet excellent article de Brent Adamson pendant les vacances de fin d’année que j’ai commencé à explorer la question. Dans ce papier, je propose aux BtoB Leaders mon interprétation de l’article d’Adamson et mes Insights pour faire briller leurs commerciaux.

Le commercial est avant tout un « faiseur de sens »

Pour Adamson, le plus grand défi des acheteurs B2B n’est pas de trouver du contenu pertinent et utile. L’offre en la matière est abondante. En revanche, ils peinent à trier, organiser et hiérarchiser les informations pour prendre une décision d’achat « éclairée et sans regret ».

Pour briller, les commerciaux B2B doivent satisfaire ce besoin. Ils doivent jouer un rôle de faiseur de sens, avec de la pédagogie et de l’empathie. Adamson explique qu’ils doivent « préférer la simplicité à l’exhaustivité ». Dans le détail, le papier d’Adamson identifie deux défis majeurs que le commercial doit relever pour favoriser la conversion de l’acheteur B2B :

  • Rassurer l’acheteur B2B et le conforter dans sa décision. C’est le rôle du commercial « faiseur de sens» ;
  • Donner des gages d’honnêteté et de sincérité à l’acheteur B2B en le conseillant de manière objective, en étayant ses propos par des exemples concrets et en concédant les limites de la solution proposée dans certains cas de figure.

Pour ce faire, Adamson recommande aux vendeurs et aux responsables commerciaux de construire un parcours d’apprentissage pertinent et balisé, à fortiori dans le B2B où les sujets peuvent être techniques, voire obscurs pour l’acheteur.

Les règles d’or pour construire un parcours d’apprentissage efficace

Voici les principaux leviers à actionner pour baliser le chemin d’apprentissage de l’acheteur B2B et (re)positionner le commercial dans son rôle de conseiller décisif :

  • Formulez ou reformulez clairement les questions des prospects. D’après mon expérience, il n’est pas toujours évident de comprendre le besoin sans s’aligner sur la signification des mots, sans creuser pour avoir des éléments de contexte, etc.
  • Expliquez les informations techniques dans le contexte des questions posées par l’acheteur B2B. Inutile de le noyer dans l’exhaustivité technique.
  • Transformez les concepts abstraits en idées concrètes. Evitez les concepts creux et alambiqués.
  • Lorsque vous le pouvez, faites en sorte que l’acheteur parvienne à des conclusions par lui-même. C’est ici qu’intervient la préparation en amont de ce qu’Adamson appelle « le parcours d’apprentissage collaboratif». Le Sales Enablement joue un rôle clé dans cette partie.

 

 

L’acheteur B2B et le mindset du fact-checking

Le commercial peut encourager l’acheteur B2B à vérifier la véracité des informations communiquées via des sources d’autorité, au besoin. Il doit également lui donner les moyens de le faire en lui fournissant ces sources.

Il est vrai que de nombreux professionnels de la vente n’encouragent pas leurs prospects à lire du contenu qui n’a pas été réalisé par leur entreprise. Ils ont peur de perdre en crédibilité. Ils craignent aussi que le prospect ne découvre d’autres vendeurs avec des offres plus intéressantes.

En réalité, l’acheteur B2B est de facto dans un mindset de fact-checking. Il fait des recherches sur Google, il fait jouer la concurrence, il s’informe auprès de ses pairs sur LinkedIn, etc. L’information est disponible et reste à portée de clic. Autant donc le reconnaître, l’accepter et agir en conséquence. En encourageant votre prospect à s’informer de manière indépendante, vous lui montrez à quel point que vous êtes confiant. Ce n’est qu’une posture de communication car en réalité, il fera ses recherches avec ou sans vous. Je pense que c’est la bonne pratique.

Comment le marketing peut-il accompagner les Sales dans cette approche de « faiseur de sens » ?

La majorité des marketeurs B2B travaillent dur pour produire un contenu de haute qualité. Bravo à eux ! La qualité, la pertinence et la fiabilité des informations sont des conditions nécessaires mais pas suffisantes pour apporter une réelle valeur ajoutée à l’acheteur B2B. Il y a en effet d’autres données exogènes : nombre de décideurs et d’influenceurs chez l’entreprise ciblée, les process internes pour choisir une technologie, des critères de choix compliqués… nous pouvons tous ressentir un sentiment d’impuissance et de découragement lorsque nous sommes confrontés à la tâche délicate de choisir le meilleur fournisseur parmi plusieurs options.

Je suggère souvent aux marketeurs B2B de faire correspondre le contenu produit aux étapes de vente telles qu’elles ont été définies par les commerciaux. C’est une facette de l’alignement entre les deux services.

C’est ce que fait par exemple Dealertrack, un fournisseur de logiciels de gestion pour les concessionnaires automobiles et d’équipements. L’entreprise a identifié 4 étapes dans le processus de prise de décision de ses acheteurs et produit donc du contenu pour chacune de ces étapes. Ce chemin a été construit sur la base d’entretiens approfondis avec les clients existants de la marque : identification du problème, découverte et exploration des solutions proposées sur le marché, définition des exigences et choix du fournisseur. C’est donc une variante personnalisée des étapes de l’Inbound Marketing.

En somme, les marketeurs B2B ne peuvent pas se contenter de créer et partager un volume de contenus avec les commerciaux et espérer qu’ils en fassent bon usage. Ils doivent contextualiser leur production et la confronter à la réalité du terrain.

Pour conclure…

Traditionnellement, les vendeurs ont souvent évolué en « loup solitaire » pour signer des contrats de manière indépendante. Dans un monde numérique où le contenu est omniprésent, les prospects en savent parfois plus que notre équipe commerciale… mais ils sont rarement en mesure d’identifier les informations les plus importantes et d’orienter ainsi leur décision.

Les commerciaux peuvent (et doivent) combler ce vide en s’appropriant ce rôle de « faiseur de sens ». Pour ce faire, ils doivent pouvoir compter sur une équipe marketing capable de créer des contenus structurés sur un parcours d’apprentissage élaboré avec les Sales.

Click here for the original version of the post (English)

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..