Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?

par | Sep 22, 2022 | | Vente et Management commercial - Interviews

Augmentation du nombre de démissions, pénurie de compétences, bore out ou encore « quiet-sitting »… Face à ces tendances, une entreprise peut-elle encore douter de l’importance de l’expérience employé ? Nombre d’entre elles ont fait de l’écoute une priorité et les plus avancées misent aujourd’hui sur la gestion de l’expérience employé (EXM).

Écouter réellement ses collaborateurs

L‘écoute est au cœur de l’EXM car c’est un moyen important pour comprendre les employés et leurs expériences, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’entreprise. Elle permet de suivre l’évolution des besoins des collaborateurs. Une entreprise qui n’est pas à l’écoute de ses équipes risque de perdre des talents et de ne pas être en mesure d’en attirer de nouveaux.

Dans un monde post-pandémie, un programme de gestion réussi nécessite d’aller au-delà des enquêtes de satisfaction annuelles qui ne donnent pas aux équipes la possibilité de faire des commentaires pendant le déroulement régulier du travail.

Les profonds changements qui ont bouleversé le monde professionnel ont montré la nécessité d’une acquisition rapide, voire en temps réel, des signaux, notamment d’alarme et de discontinuité émis par les employés. Dans un environnement de travail en constante évolution, prendre des décisions fondées sur des informations obsolètes fera perdre en pertinence.

Utiliser les bons canaux

Quels dispositifs d’écoute l’entreprise a-t-elle déployés ? Des questionnaires fermés ? C’est un bon début, mais pour réussir son programme EXM, elle devra diversifier ses canaux. Les marques avec les programmes EXM les plus avancés collectent et analysent les commentaires ouverts (43%), surveillent également les canaux communautaires (43%) et utilisent des logiciels de crowdsourcing (31%).

Certaines vont plus loin en analysant les échanges téléphoniques des centres de support (40 %) et en surveillant les sites d’autres marques (36 %). Cependant, la différence entre les leaders et les autres réside en grande partie dans l’utilisation des SMS pour communiquer avec leurs collaborateurs ou mener des enquêtes de satisfaction. En effet, près d’un quart (24 %) des entreprises les plus avancées indiquent y avoir recours, contre 6 % des entreprises les moins actives. Celles qui diversifient les canaux bénéficieront d’une vue d’ensemble sur l’expérience de leurs employés, ce qu’ils pensent et ressentent.

Enfin, les entreprises qui excellent dans la EXM utilisent de plus en plus les plateformes communautaires ou de collaboration internes, ainsi que les demandes d’assistance ou les tickets comme sources de données non structurées pour obtenir le retour d’information des employés.

Offrir un environnement favorable

La dernière clé est probablement la plus évidente : un employé ne livrera pas de feedback s’il ne se sent pas en sécurité psychologiquement. Il est donc indispensable de leur offrir un environnement suffisamment sécurisant pour qu’ils osent soulever les points sensibles.

Les entreprises très performantes interrogent leurs collaborateurs sur leur bien-être, leur sentiment d’appartenance et leur perception de l’équité, de l’inclusion et de la diversité, ainsi que sur des questions sensibles telles que les avantages ou les promotions. Rappelons toutefois que les RH ne sont pas seuls acteurs du climat favorable à l’expression des employés. Les cadres ont aussi un rôle à jouer dans la réussite du programme EXM. Lorsqu’ils comprennent les commentaires des collaborateurs et y donnent suite, l’entreprise peut s’améliorer en permanence.

Pour les dirigeants les plus performants, l’optimisation de l’expérience commence au sommet de l’entreprise et touche tous les départements. Ils fixent des objectifs EXM pour l’ensemble des directions. Ainsi, 72 % d’entre elles désignent des chefs de projet dans les différents domaines de l’entreprise et impliquent les managers dans les initiatives de gestion de l’expérience des employés, qu’ils mettent à jour. Près de 70 % utilisent les données sur l’expérience des employés pour redéfinir les priorités sur une base trimestrielle ou mensuelle, reconnaissant ainsi la nécessité de comprendre en permanence leurs collaborateurs et de prendre des mesures sur la base de données constamment mises à jour.

Une approche bénéfique à l’entreprise

Si beaucoup d’entreprises ont amorcé de déploiement d’un programme d’écoute des employés, beaucoup d’entre elles se limitent encore à des enquêtes annuelles basées sur des questions fermées. Un programme d’EXM n’est réellement efficace que lorsque certaines conditions sont respectées. En se concentrant sur leurs sentiments, en écoutant leurs signaux, en les convertissant en informations détaillées et en assurant un suivi par des actions significatives, les entreprises peuvent améliorer la satisfaction de leurs collaborateurs et réduire le turnover.

Les entreprises qui ont mis en place des projets EXM en accord avec ces exigences sont plus performantes, tant en termes d’expérience que de résultats commerciaux. Elles seront plus à même d’augmenter leurs revenus ce qui leur permettra d’atteindre voire de dépasser leurs objectifs économiques et financiers, ainsi que des niveaux élevés de satisfaction et de loyauté parmi leurs équipes. L’EXM est en définitive une approche pertinente dans le contexte actuel de guerre des talents.

Par Nadia Aboud Moubarak, Sales Director chez Medallia France

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..