Comment surmonter la pénurie des talents commerciaux ?

par | Avr 5, 2022 | | Vente et Management commercial - Chronique hebdo

Au lendemain de la parenthèse pandémique pendant laquelle le monde du B2B a fait preuve d’une belle résilience, les décideurs B2B se sont délestés du mindset de la « consolidation des acquis » pour aller chercher ou accélérer la croissance… mais encore faut-il avoir la force de vente de ses ambitions.

Les annonces d’emploi pour les profils commerciaux ont progressé de 43 % en 2021

A l’automne 2021, dans le contexte de reprise, la prospection commerciale a concentré les efforts et les investissements avec une volonté de rattraper le temps perdu, mais aussi de saisir les nombreuses opportunités du monde d’après. Seulement voilà : toutes les entreprises ne sont pas sorties indemnes de la pandémie. Pour affronter la reprise, elles ont dû se confronter à un marché de l’emploi très tendu sur les profils commerciaux pour remplumer leur force de vente.

Comme l’explique le baromètre Talent.com, les annonces postées par les recruteurs pour enrôler des profils commerciaux ont progressé de 43 % en 2021. Cet engouement vient exacerber une pénurie de longue date. En 2019, le cabinet de recrutement Michael Page expliquait déjà que la France manquait de 200 000 commerciaux. De son côté, Coralie Rachet, Directrice générale du cabinet de Recrutement Robert Walters, fait remarquer que l’arrêt des recrutements des commerciaux n’a duré que quelques semaines, pendant le premier confinement, avec de reprendre dès juin – juillet 2020.

Les technico-commerciaux sédentaires, les Business Developers et les SDR

Dans son « Etude de rémunérations 2022 », le cabinet de recrutement Michael Page précise que « de nombreux profils commerciaux sont déjà considérés comme pénuriques », notamment les technico-commerciaux et les Business Developers « qui vont être particulièrement recherchés ». L’étude a également identifié les profils commerciaux les plus attractifs en 2022 selon le critère du volume des offres disponibles. Sont fortement demandés :

  • Industrie : les technico-commerciaux sédentaires, les ingénieurs commerciaux, les prescripteurs, les chargés d’affaires et les responsables « Grands Comptes » ;
  • B2B : les télévendeurs et téléprospecteurs, les commerciaux sédentaires (cycle court), les attachés commerciaux, les Business Developers, les commerciaux « Grands Comptes » et les responsables télévente ou superviseurs.
  • La tech est le secteur qui connaît le plus de frictions dans le recrutement des talents commerciaux, dans la mesure où la majorité des profils sont « très demandés » : les Sales Development Representatives (SDR), les Inside Sales, les Customer Success Managers, les Business Developers, les Sales Executives, les commerciaux vente indirecte, etc.

La tension du marché de l’emploi des commerciaux de la tech s’explique aisément par la digitalisation effrénée du business.

 

 

Quelle alternative aux exigences salariales ?

Bien entendu, la loi de l’offre et de la demande s’applique. Et dans un contexte à tendance pénurique, les Directions Commerciales doivent se plier à certaines exigences pour attirer les meilleurs. « Les négociations se sont durcies dès que les budgets se sont resserrés [avec] l’assurance d’obtenir son variable […], la flexibilité et l’organisation du travail », explique Martin Villelongue, Directeur Exécutif chez Michael Page.

Selon le cabinet Robert Walters, 44 % des candidats commerciaux attendent une hausse de salaire significative. Sur certains postes, les entreprises se plient aux exigences financières des nouveaux entrants sans revaloriser les commerciaux déjà en place. « Certains prennent le risque de ne pas aligner tout de suite la grille sur les salaires des nouveaux entrants, mais ils s’exposent à des problèmes de rétention », fait remarquer Coralie Rachet. En somme, les salaires d’entrée sont augmentés au risque de pousser les commerciaux déjà en place à la sortie. Dans un papier paru sur Actionco.fr, la DG de Robert Walters propose des alternatives :

  • Des « Welcome Bonus » pour intéresser les candidats sans déstabiliser la grille salariale ;
  • Une semaine de quatre jours payés cinq ;
  • Un intéressement au capital.

Au-delà du volet pécuniaire, les entreprises sont également attendues sur les conditions de travail, la flexibilité, les pratiques RSE et la formation. Selon une étude Monster, 45 % des salariés se disent plus enclins à rester chez leur employeur actuel s’il venait à leur proposer des formations professionnelles pour monter en compétences. Former, c’est donc mieux armer sa force de vente, mais c’est aussi favoriser la rétention et ça, certaines entreprises l’ont très bien compris.

Plutôt que de libérer une partie de leur force de vente face au ralentissement de l’activité pendant la pandémie, certaines boîtes ont en effet capitalisé sur ce temps inespéré pour mettre en œuvre des programmes de formation et de coaching. Objectif : favoriser la montée en compétences mais aussi et surtout outiller les commerciaux pour qu’ils puissent adapter leur action au super-acheteur B2B (voir ma chronique à ce sujet).

Je vous renvoie à ce Business Case qui documente l’expérience des Cafés Richard en ce sens. « Puisque nos commerciaux ont du temps, contrairement à d’habitude, pourquoi ne pas les former et les préparer à la reprise ? », explique Céline de Luca, DRH. L’entreprise a même profité de la conjoncture pour former ses livreurs aux techniques commerciales afin de faire du cross et de l’upselling auprès des restaurateurs, brasseurs et autres clients. Une approche pertinente à plusieurs niveaux :

  • En misant sur la formation, même en période de crise, l’entreprise consolide sa force de vente et limite son turnover, s’épargnant ainsi les coûts cachés liés au recrutement, à l’onboarding, au Sales Ramp-up time, etc. ;
  • Les entreprises qui ont répercuté le bouleversement du comportement de l’acheteur B2B sur les scénarios de prospection partent avec une belle longueur d’avance.

A la semaine prochaine !

BtoB Summit 2022

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..