Comment transformer le trafic de votre site en leads qualifiés avec le marketing conversationnel ?

par | Oct 29, 2021 | | Lead Fabric, Vente et Management commercial - News

Les clients et prospects B2B exigent désormais une expérience aux standards B2C. Les études qui documentent cette tendance se suivent et se ressemblent. Concrètement, ils attendent un site web engageant et intuitif, un discours émotionnel*, des contenus faciles à consommer et une certaine immédiateté dans les échanges. Le marketing conversationnel coche toutes ces cases. Décryptage avec le Workshop Leadfabric.

Quand le formulaire passe le relais au conversationnel

Une étude Salesforce explique que 71 % des clients attendent des entreprises une communication en temps réel. Il suffit d’ailleurs de passer en revue les audiences impressionnantes des applications de messagerie instantanées pour constater cette appétence pour l’immédiat (2 milliards d’utilisateurs pour WhatsApp). Cette exigence élimine de facto le fameux formulaire de contact, souvent jugé obsolète par les clients… et les marketeurs eux-mêmes. Pour répondre à cet impératif d’instantanéité, les entreprises s’orientent de plus en plus vers le marketing conversationnel. En somme, il s’agit de mettre la conversation entre la marque et son prospect au cœur du parcours d’achat en ligne, à travers un Live Chat (humain) éventuellement complété par un Chatbot (robot conversationnel).

 

 

Les trois freins qui minent l’adoption du Marketing Conversationnel

Le Workshop Leadfabric a identifié les principaux freins qui entament l’adoption des solutions conversationnelles et livre ses recommandations pour les contourner :

  • Un problème de perception. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le Marketing Conversationnel est en réalité plus facile à mettre en œuvre dans le B2B que dans le B2C. Dans le B2B, on cherche simplement à qualifier, à établir le contact, envoyer une documentation ou programmer un rendez-vous. Le Live Chat ne doit pas forcément apporter des réponses exhaustives. C’est avant tout un outil qui fait avancer le prospect dans l’entonnoir. C’est aussi un Call to Action supplémentaire (avec déclenchement personnalisé, selon les événements) et un élément d’interaction sur les sites statiques.
  • Les vieilles habitudes ont la vie dure. Bien qu’il soit peu efficace (taux de conversion de 1 à 2 %), le formulaire de contact fait de la résistance… et les prospects ne cachent plus leur réticence à divulguer certaines informations personnelles. De plus, ils ne souhaitent pas forcément être contactés par un vendeur. « Il est 22h, le prospect est dans le métro, il n’a pas envie d’être appelé… le Marketing Conversationnel, par le chatbot notamment, permet de traiter sa demande», explique le groupe de travail Leadfabric.
  • Un manque de sensibilisation au potentiel du Marketing Conversationnel. Cette technique affiche pourtant un ROI très intéressant. Le Marketing Conversationnel est en effet facile à déployer et à piloter au quotidien. Il peut même être en partie automatisé avec un chatbot qui pourra prendre le relais en dehors des horaires de travail ou simplement pour soulager les équipes en « haute saison ». Le Live Chat est également un excellent moyen de collecter de la donnée sur le comportement du prospect.

Vous insistez pour garder votre formulaire de contact ? Vous pourrez paramétrer votre Chatbot pour intervenir auprès des prospects qui abandonnent le formulaire en cours de route. Votre solution de marketing conversationnel encouragera alors votre prospect à saisir ses informations via une approche plus intuitive et plus rassurante.

*Selon les conclusions d’une étude réalisée par The Marketing Practice (TMP) et B2B DecisionLabs.

A lire également sur BtoB Leaders : Comment exploiter les valeurs sûres de la LeadGen ?
Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on peut parler de digitalisation massive des métiers au travers de la multiplication de solutions ad hoc… à tel point que l’on parle désormais de « marketing stack » à toutes les étapes...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..