Vente, outils, méthodes et process : la Data est omniprésente, mais l’Humain n’a pas dit son dernier mot

par | Juin 16, 2022 | | Vente et Management commercial - Interviews

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Annie-Paule Abihssira, CEO Développement et Franchise chez Booster Academy, « premier centre d’entraînement intensif à la vente » et cabinet de conseil en efficacité commerciale, management et expérience client.

Au programme de cette interview : l’évolution de la pratique des Sales lors de la dernière décennie, la transformation du poste de Directeur Commercial, les raisons de la de la pénurie des profils commerciaux en France et la place de la technologie dans la fonction commerciale.

Avant de commencer, pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ?

Après un cursus d’études scientifiques et une licence de commerce international, l’entreprenariat m’a attirée. A 23 ans, diplômes en poche, j’assistais aux temps fort du bouleversement des méthodes de vente avec la consommation de masse et l’émergence des marques. J’ai développé une centrale d’achat de produits de mode multimarques pour les professionnels et un réseau de deux enseignes,  Pym’s et Pluriel, que j’ai cédées avec d’excellentes conditions de réinsertion pour les salariés en 2004.

Forte de cette première expérience entrepreneuriale, j’ai créé MPA Conseil, un cabinet de conseil en développement de marques et stratégie d’enseignes. J’ai mobilisé mon expérience entrepreneuriale, ma volonté de faire grandir les collaborateurs au service de Booster Academy.

Face à l’engouement autour de la SalesTech, diriez-vous que la fonction commerciale se dirige vers un phénomène de « scientifisation » ?

Les entreprises qui adoptent une approche scientifique de la vente affichent une croissance 2.3x supérieure à celle des autres. La raison ? Nouveaux outils, méthodes et process, la Data est omniprésente, mais l’Humain n’a pas dit son dernier mot. Oui, il faut des outils, de la donnée et du transfert d’informations, mais c’est toujours l’Humain qui prend la décision finale. La vente est avant tout une démarche qui vise à provoquer l’achat. Le client est maître de sa décision, ce qui fait que le travail doit se fait très en amont. La technologie est là en support du commercial, pas en substitution. La différence réside dans la capacité du commercial à s’approprier les outils, les contenus et le matériel de vente, à délivrer un message avec ses mots pour être à la fois authentique et congruent face au prospect.

L’action des collaborateurs dépasse la simple identification du besoin. Elle s’étend à la compréhension de l’environnement, de la stratégie et du marché du prospect. Le commercial va pouvoir s’appuyer sur ces variables pour identifier le besoin non exprimé, personnaliser son argumentaire et proposer une offre en phase avec les attentes du prospect qu’il a en face de lui. La vente, c’est de la technologie, mais c’est aussi et surtout une curiosité exacerbée.

Selon Michael Page, il manquerait environ 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons qui expliquent cette pénurie structurelle, à votre avis ?

Plusieurs paramètres peuvent être avancés pour expliquer cette pénurie. D’abord, une variable démographique avec l’évolution de la courbe des âges. J’évoquerai également les programmes des écoles de commerce qui ne forment pas forcément à la vente à proprement parler.

La valorisation des cursus de Business Developer doit être accélérée. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les entreprises ne cherchent pas à recruter le mouton à cinq pattes. Elles recherchent des profils curieux, dotés d’une bonne capacité d’écoute et d’une certaine créativité, capables de s’inscrire dans la stratégie de l’entreprise et de s’approprier les outils de la SalesTech.

Quels sont, selon vous, les facteurs décisifs qui ont changé la pratique des Sales lors des dix dernières années ?

L’hégémonie de la satisfaction client a bouleversé la pratique de la vente lors de cette dernière décennie, que ce soit dans le B2B ou le B2C. Ensuite, j’évoquerai le bien-être des collaborateurs qui devient un critère décisif. Il est aujourd’hui nécessaire de donner aux managers les clés pour  accompagner leurs collaborateurs d’une manière individualisée, avec une certaine proximité et une capacité à mobiliser leurs soft-skills pour détecter les frictions éventuelles et agir en conséquence.

L’approche Customer Centric maîtrisée a changé la pratique des Sales, avec la généralisation du NPS et de ses trois enjeux : l’évolution de la satisfaction client, le taux de recommandation et la fidélisation.

Zoomons sur le Directeur Commercial. Comment voyez-vous l’évolution de ce poste dans la dernière décennie ?

Ce n’est pas une évolution, mais une révolution complète ! Le Directeur Commercial d’il y a 10 ans était avant tout attendu sur ses hard skills et sur le reporting. Isolé dans son bureau, il jonglait avec les chiffres. Cette époque est révolue ! Toute révolution crée des opportunités.

Nouvelle ère. Nouveaux acteurs. La révolution de la vente moderne crée des différences radicales entre les individus qui maîtrisent les nouvelles technologies et les autres.

Le Directeur Commercial se doit d’être le régulateur du capital humain de l’entreprise, pour faire progresser ses collaborateurs, à la fois pour répondre à leurs attentes mais aussi pour catalyser la performance globale de l’entreprise et apporter du ROI. Il s’agira de laisser de côté la posture de sachant pour adopter une posture de manager coach, avec bien sûr la performance en dessein ultime. Tel sera son enjeu !

La vente est l’école de la méritocratie : efforts et envie d’avoir un impact seront enfin récompensés. L’acquisition de ces nouvelles compétences bouleverse la vie professionnelle.

 

BtoB Summit 2022

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..