Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

par | Mai 16, 2022 | | ABM & LeadGen - Interview, Data, Connaissance client, IA - Interview

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie.

Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ?

Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans…

J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart.

Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise.

Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ?

Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…).

Dans tous les cas, on peut parler de digitalisation massive des métiers au travers de la multiplication de solutions ad hoc… à tel point que l’on parle désormais de « marketing stack » à toutes les étapes du parcours (ciblage, tracking de visiteurs, engagement, closing, proposal management…). C’est tout un ensemble de micro-solutions au service de la productivité et de la performance marketing et commerciale qui tendent à s’imposer et à converger, à minima chez les grands éditeurs, à grand renfort de connecteurs pour les autres.

Pivot central de cet écosystème, le CRM est devenu l’interface essentielle des différentes parties prenantes du marketing et des ventes, mais il s’étend également vers d’autres entités, du Support Client et de la Direction Financière dans une vision de plus en plus unifiée. Après des années de tâtonnement, on peut dire qu’on atteint aujourd’hui une forme de maturité via des solutions plus « Business & Marketing friendly » et moins « administration des ventes », couvrant un large spectre opérationnel.

En parallèle, c’est toute une organisation qui se transforme : plus d’efficacité et d’agilité avec une autonomisation des équipes, introduisant une petite rupture historique avec les pratiques en place, très silotées. De fait, la frontière entre commerce et marketing s’estompe, ce qui n’est pas sans conséquence sur les organisations. Car il s’agit aussi de répondre à de nouveaux enjeux pour le marketing auprès de leurs interlocuteurs commerciaux : assurer la cohérence des actions et la valeur de la marque, concept parfois flou pour des équipes commerciales qui peuvent avoir une vision (légitime) à plus court terme.

Quels sont, selon vous, les trois facteurs décisifs qui ont changé la pratique marketing lors des 10 dernières années ?

Sans aucun parti pris… je dirais en 1, la Data, en 2, la Data et en 3… la Data ! La donnée, qu’elle soit interne ou externe, devient le carburant indispensable à toute action marketing, en amont comme en aval. Chez EXPLORE, nous avons la chance d’accompagner nos clients BtoB dans le cadre de l’intégration de données tierces dans leurs processus d’acquisition. Nous voyons concrètement comment les entreprises « Data Driven » opèrent leur transformation, comment leurs capacités à opérer s’en trouvent démultipliées. Mais c’est au prix d’efforts importants et soutenus, aussi bien techniques qu’organisationnels, pour parvenir à fédérer ces données et les activer au travers de l’ensemble des canaux disponibles de façon ordonnée et performante, au plus près des usages des équipes.

La composition des équipes marketing a-t-elle changé pendant ces 10 dernières années (profils, compétences attendues, etc.) ?

C’est une évidence que d’affirmer que la spécialisation est souvent liée à la taille de l’équipe et aux ambitions et moyens assignés. Je pense en particulier que certains compartiments du jeu nécessitent désormais une telle expertise qu’il est parfois plus intéressant de se faire accompagner par un prestataire externe, comme c’est le cas par exemple pour le SEO/SEA.

Dans tous les cas, les profils sont nécessairement plus digitaux, disposant d’une sensibilité analytique forte. J’aurais néanmoins tendance à distinguer les profils orientés « orchestration » (programmation des campagnes, réalisation des workflows d’automation…) de ceux qui se consacrent à davantage la création de contenus (rédactionnels, créa, vidéos…). Mais on trouve également des personnes qui combinent les deux dimensions avec talent. J’ai personnellement la chance de collaborer avec ce genre de profil dans mon équipe !

Comment voyez-vous l’évolution du profil du CMO/marketeur dans les 10 années à venir ?

Dans la continuité des 5 ou 10 dernières années, je pense que nous allons vers la poursuite et l’accélération de la démocratisation des outils de Sales Enablement ou, en français, « d’encapacitation » des équipes commerciales en BtoB.

Le rôle du marketing dans ce cadre consistera à apporter toujours et encore aux équipes commerciales les moyens opérationnels pour exprimer leur expertise, voire leur personnalité, tout en leur permettant de s’appuyer sur la puissance et les valeurs de la marque, dans une relation toujours plus étroite et personnalisée avec leurs cibles, en présentiel comme à distance. Des révélateurs de talent en quelque sorte !

Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. L’expérience digitale va s’enrichir pour devenir de plus en plus immersive, faisant appel à toujours plus de leviers visuels voire émotionnels, toujours plus impactants, pour toujours plus de proximité. Et donc pour un marketing toujours plus Human Centric

 

BtoB Summit 2022

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..