Délaisser le TOFU à la faveur du seul BOFU, c’est renoncer à l’avenir

par | Jan 17, 2022 | | ABM & LeadGen - Chronique hebdo

La pression des résultats a braqué les projecteurs des entreprises sur le bas de l’entonnoir. Or, faire exclusivement du Bottom of the Funnel (BOFU), c’est renoncer à un pipeline sain et équilibré, capable d’irriguer l’entreprise sur le long terme. C’est aussi se priver d’un minimum de visibilité dans un contexte d’incertitude. Chronique.

Le syndrome de l’ « industrialisation commerciale post-Covid »

Les deux dernières années ont été inédites dans le monde du B2B… et même dans le monde tout court. Si l’on exclut les secteurs d’activité pour lesquels la pandémie a multiplié les débouchés (car dans toute crise, il y a des gagnants), les trésoreries se sont asséchées, les plans d’investissement ont été ajournés et les stratégies revues, adaptées, voire oubliées (voir ma chronique « La stratégie, grande oubliée du Top Management ? ». Au moment de la reprise, alors que l’arrivée du vaccin nous a permis de renouer avec un certain sens de la projection et de la planification, nombreuses ont été les directions commerciales à répercuter le manque à gagner des mois de confinement sur le S2 2021 et le S1 2022.

Avec des objectifs trop ambitieux, voire carrément fantaisistes, les commerciaux sont sous pression ou du moins, ils le sont plus que d’habitude. Nous avons beaucoup abordé ce sujet lors de la dernière édition des Rencontres Internationales du Marketing (RIM#2021), avec ses conséquences assez fâcheuses : mésusage des outils pour spammer, des prospects plus méfiants qui activent leur bouclier, des taux d’annulation qui montent en flèche, etc. Notons également une tendance à enchaîner les sollicitations génériques sans aucune personnalisation. Et comme je l’explique ici, on personnalise pour survivre, pas pour exceller. Ce « rush » commercial a d’ailleurs été qualifié de syndrome de l’industrialisation commerciale post-Covid dans le Workshop Seismic (que BtoB Leaders a documenté ici).

« Cette tendance à vouloir rattraper le manque à gagner des années pandémiques sur les objectifs ultérieurs impose aux commerciaux des rendez-vous à la chaîne. Industrialisation des process, des conversations, des contenus, des offres… cet effet de rattrapage va à l’encontre de l’humanisation de la relation commerciale ».

Compte rendu Seismic du Worshop « Comment humaniser la relation commerciale dans un monde hybride ».

La pression des résultats confine la DemandGen B2B au bas de l’entonnoir (BOFU)

BOFU 2

C’est l’autre conséquence du report du manque à gagner sur les objectifs ultérieurs. Les entreprises B2B se concentrent sur l’engagement commercial avec les acheteurs potentiels les plus proches du point d’achat. En d’autres termes, les équipes Marketing opèrent un zoom sur le bas de l’entonnoir (BOFU) pour une raison très simple : ce sont ces leads qualifiés qui leur permettent de mesurer les retombées de leurs actions et de quantifier leur ROI. Comme je l’ai expliqué il y a un mois, les équipes marketing sont elles aussi sous pression. Poussées par le Top Management à démontrer leur valeur ajoutée dans l’urgence, elles se précipitent dans le calcul du ROI de leurs campagnes, alimentant un cercle vicieux :

  • Le calcul se fait trop tôt, alors que le cycle de vente n’en est qu’à ses balbutiements.
  • Pour booster les chiffres du ROI, les équipes Marketing délaissent le travail essentiel de Lead Nurturing qui accompagne les prospects du haut au bas de l’entonnoir, faute de temps et sous l’impératif du ROI court-termiste.

Résultat : des ROIs biaisés, des décideurs qui perdent confiance et des marketeurs découragés. Alors oui, le bas de l’entonnoir est essentiel pour plusieurs raisons :

  • C’est ici que se réalise le dessein ultime de toute entreprise : générer du revenu;
  • Contrairement à ce que l’on pourrait penser, toutes les entreprises ne doivent pas forcément éduquer leur cible. Elles peuvent très bien convertir des prospects « éduqués » par le contenu TOFU produit et consulté ailleurs.
  • Dans un monde où l’information est à portée de clic, les prospects qui sont encore dans le TOFU sont parfois à des années lumières de la décision d’achat.

Mais si le bas de l’entonnoir alimente les revenus sur le court-terme (tout est relatif, car les cycles peuvent être très longs dans le B2B), le haut de l’entonnoir est la garantie de lendemains prospères… chiffres à l’appui.

95 % des acheteurs B2B que vous contactez n’ont pas un besoin immédiat

C’est en tout cas le résultat assez étonnant d’une étude majeure réalisée par l’Institut Ehrenberg – Bass pour le compte du LinkedIn B2B Institute (voir notre fiche de lecture ici). Je vous résume le postulat en quelques bullet points :

  • En moyenne, les entreprises changent de fournisseurs tous les 5 ans ;
  • Par construction, seuls 20 % des entreprises sont à la recherche d’un nouveau prestataire sur une année… 5 % sur un trimestre;
  • En d’autres termes, 95 % de votre cible (au sens Buyer Persona) n’est pas intéressée par votre proposition de valeur au moment « M »… mais elle le sera à un moment ou à un autre dans les 5 prochaines années.

Ce constat, qui peut paraître décourageant, souligne simplement l’importance d’actions sur le long-terme à côté du nécessaire travail BOFU. Par actions sur le long-terme, j’entends le travail TOFU, la publicité B2B avec un objectif de notoriété voire de Top of Mind, etc. Dans un monde où les offres sont de moins en moins différenciées, il est capital d’ancrer l’entreprise dans la mémoire des décideurs. Lorsqu’ils auront un besoin réel et pressant, vous n’aurez qu’à leur rafraîchir la mémoire plutôt que de vous présenter pour la première fois. « Il n’y a pas beaucoup de clients B2B prêts à signer un contrat avec une entreprise dont ils ont à peine entendu parler auparavant », peut-on lire dans le rapport de l’étude.

Pour conclure…

Faire du BOFU en délaissant le TOFU, c’est renoncer à un pipeline sain et équilibré capable d’irriguer l’entreprise sur le long terme. C’est aussi renoncer à une certaine visibilité dans un contexte turbulent et volatil. Mais à en croire les prévisions de Kevin Tate (Directeur Marketing de Clearbit), « nous verrons en 2022 un changement global des allocations budgétaires vers davantage d’activités TOFU comme la publicité sociale B2B, la notoriété de la marque et le contenu pertinent ». A la semaine prochaine !

Glossaire

Le parcours d’achat est souvent modélisé en entonnoir ou funnel. Ce dernier est généralement divisé en trois parties :

  • Le haut de l’entonnoir ou TOFU (pour Top Of the FUnnel). Il s’agit de l’étape de prise de conscience. Il s’agit de créer et de diffuser un contenu en phase avec les questions que peut se poser votre cible autour de votre secteur d’activité. Dans une logique Inbound, l’idée à ce niveau est de proposer un contenu à forte valeur ajoutée pour pousser la cible à l’action (remplir un formulaire par exemple).
  • Le milieu de l’entonnoir ou MOFU (pour Middle of the FUnnel). Ici, vous allez devoir démontrer votre expertise et marquer votre différence avec la concurrence. Les contenus sont plus pointus et vous assumez vos intentions de conversion.
  • Le bas de l’entonnoir ou BOFU (pour Bottom Of the FUnnel). Dans cette dernière étape, vos prospects sont sans doute séduits par votre proposition de valeur. A ce stade, les contenus sont orientés « produit » pour conforter le prospect chaud dans sa décision d’achat.

 

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..