Consentement client : la startup française Didomi lève 40 millions de dollars

par | Juil 12, 2021 | | Contenu influence, CX - News

Didomi, startup française spécialisée dans le consentement client, a bouclé un tour de table de 40 millions de dollars. BtoB Leaders revient sur cette opération qui devrait accélérer le développement international de l’entreprise parisienne.

Financer le développement à l’international de l’entreprise

La jeune pousse française a annoncé la levée de 40 millions de dollars (série B) dans une opération menée par Elephant et Breega. Didomi devrait mobiliser ces fonds pour rendre sa solution plus conviviale pour les développeurs. Sont notamment prévues : des API ouvertes et des SDK open source. L’entreprise, qui vise essentiellement des clients premium, devrait également renforcer ses équipes Sales et Marketing. Une accélération du développement international de Didomi est également annoncée, avec l’ouverture imminente de nouveaux bureaux en Allemagne, en Espagne et surtout aux Etats-Unis.

« Jawad, Raphaël et moi avons cofondé Didomi pour rendre le contrôle de la vie privée plus facile. Nous avons également voulu rendre ce respect des données personnelles un choix évident pour les entreprises. Cette levée de fonds est une étape majeure pour mener à bien cette mission. Nous sommes impatients d’aider les marques et les éditeurs à rendre les parcours clients plus transparents et plus fiables grâce à une expérience agréable de gestion des consentements et des préférences ».

Photo de profil de Romain Gauthier

Romain Gauthier, cofondateur et PDG de Didomi.

Didomi : un contexte particulièrement favorable

Fondée en août 2017, Didomi conçoit des solutions permettant aux entreprises de donner à leurs clients le contrôle total sur leurs données personnelles. Elles peuvent ainsi se développer en toute confiance, sans compromettre le respect de la vie privée. En mai 2021, l’outil proposé par Didomi s’est affiché sur pas moins de 90 milliards de pages vues. C’est une croissance de 100 % sur un an.

Il faut dire que le contexte est plus que favorable pour la jeune pousse parisienne. En effet, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) impose aux éditeurs, depuis le 1er avril 2021, de recueillir le consentement des utilisateurs pour déposer leurs cookies. Didomi accompagne donc les entreprises à travers une plateforme personnalisable qui collecte et stocke le consentement des internautes sur ordinateur, tablette, mobile et Smart TV.

Portée donc par une actualité favorable, Didomi revendique aujourd’hui plus de 500 clients, avec des grands noms comme Orange, Rakuten, Giphy, Weight Watchers International et Décathlon. Mieux : la jeune pousse fournit 80 % du top 100 des médias français. Côté international, l’entreprise compte aujourd’hui des clients dans une trentaine de pays, 40 % de son chiffre d’affaires provenant de l’étranger. Le business model particulier de l’entreprise (facturation mensuelle en fonction du nombre de consentements gérés) lui a permis d’être rapidement rentable.

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..