Dans un marché indifférencié, l’effet « Waouh » vient bousculer le statu quo

par | Jan 10, 2022 | | Contenu influence, CX - Chronique hebdo

Les offres deviennent indifférenciées, les produits et services globalement interchangeables et les écarts techniques entre les concurrents se résorbent à court terme. Les bonnes idées techniques ne sont différenciantes que momentanément, le temps qu’elles soient copiées. Intangible et difficilement imitable, l’ « effet Waouh » vient bousculer le statu quo.

L’ « effet Waouh », le seul facteur véritablement différenciant

L’ « effet Waouh », également appelé « moment magique » dans les équipes marketing plus branchées, décrit le résultat d’une situation où l’entreprise dépasse (largement) les attentes de ses prospects ou clients, le plus souvent au niveau de la qualité et/ou de l’originalité du service.

A première vue, cet élément peut paraître anecdotique mais en réalité, il s’agit d’une valeur sûre pour tirer son épingle du jeu lorsque l’on évolue dans un marché indifférencié, où les produits se ressemblent peu ou prou. En effet, avec la démocratisation des avancées technologiques, la mondialisation des débouchés et l’émergence d’une culture mondiale commune, l’offre au sens large s’est globalement normalisée. Il n’est pas rare que le facteur décisif, celui qui fait pencher la balance en votre faveur, soit exogène au produit à proprement parler.

« Partout où il existe un besoin sur le marché, de nombreux concurrents s’alignent très vite pour le combler. Avec le temps, les écarts techniques s’estompent et le service reste le seuil moyen de différenciation tangible », a expliqué Kristine Naltchadjian, auteure, coach et conférencière lors des dernières Rencontres Internationales du Marketing. En somme, les bonnes idées « techniques » ne sont différenciantes que momentanément, jusqu’à ce qu’elles soient copiées. Intangible, l’effet Waouh est quant à lui difficilement imitable. Il est durablement différenciant et justifie donc un investissement de la part de l’entreprise.

 

 

L’économie de l’expérience face au dogme de l’efficacité opérationnelle

Nous évoluons aujourd’hui dans ce qu’il convient d’appeler « l’économie de l’expérience »… un modèle où la supériorité technique de l’offre ne garantit plus sa supériorité commerciale. Dans ce contexte, la meilleure expérience vécue par votre acheteur devient un benchmark pour toutes ses expériences futures. « Paradoxalement, les nouveaux entrants l’ont compris, tandis que les entreprises matures ou historiques continuent de trébucher sur ce point », explique David Robbins, VP de Gongos dans une interview publiée sur Medium.

Dans l’absolu, toutes les équipes Go-to-Market recherchent, même inconsciemment, une botte secrète pour faire la différence. Pourtant, le « moment magique » reste globalement absent des ordres du jour. Il s’éclipse à la faveur de l’efficacité opérationnelle. Pour devenir (plus) rentable, on choisit donc d’agir sur la réduction des coûts (efficacité opérationnelle) plutôt que la maximisation des revenus que peut apporter un « moment magique » éprouvé et ancré dans les process commerciaux de l’entreprise.

Plus largement, nous continuons à conditionner nos actions par nos objectifs et nos capacités plutôt que par l’attente de notre cible. Ironiquement, la promesse « Customer Centric » est mise en valeur sur nos sites web et nos pages sur les réseaux sociaux. Cynisme ? Plutôt naïveté.

L’effet Waouh, résultat d’actions cérébrales, émotionnelles… humaines

L’absence de « moments magiques » de nos réunions Sales et Marketing est d’autant plus étonnant que le microenvironnement est très favorable à ce type d’actions. En effet, les acheteurs B2B qui enchaînent les rendez-vous et les démos de produits s’ennuient… au point même de se dire prêts à payer davantage pour vivre une meilleure expérience (selon une étude récente réalisée par Act On). Les attentes sont tellement faibles qu’il suffit de sortir du magma indifférencié pour sortir du lot ou « surfacer ». Il suffit de renouer avec la créativité et l’audace pour trouver un moment magique en phase avec l’image de l’entreprise mais aussi et surtout le profil de ses clients.

Plus concrètement, il suffit d’interrompre le mode « rouler des mécaniques » pour réfléchir, concevoir, faire preuve d’empathie, se projeter… des actions cérébrales et émotionnelles qui distinguent finalement l’Humain de la machine. D’ailleurs, pour boucler la boucle, confions nos tâches redondantes à la machine et remettons de l’humanité dans le business. A la semaine prochaine !

 

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..