L’email marketing : des chiffres dithyrambiques boostés par la pandémie

par | Juil 28, 2021 | | Data, Connaissance client, IA - Insights

Le prétendu déclin de l’email marketing a été annoncé des dizaines de fois sur les cinq dernières années. Et pourtant, ce canal n’a jamais été aussi présent dans les efforts Sales et Marketing des entreprises B2B. Il faut dire que les chiffres sont tout simplement dithyrambiques, avec un effet catalyseur de la crise sanitaire et la digitalisation qu’elle a imposée. Décryptage !

L’emailing : canal digital le plus efficace pour 45 % des marketeurs B2B

Commençons par les chiffres. BtoB Leaders a en effet compilé pour vous les conclusions les plus éloquentes des études qui se sont intéressées à l’email marketing :

  • Selon le rapport Marketer Email Tracker, l’email marketing affiche un ROI impressionnant de 43 $ pour chaque dollar dépensé ;
  • Une étude sur l’email marketing B2B menée par Webmarketing123 a démontré que l’email reste le canal qui génère le plus de revenus pour plus d’un quart des marketeurs (26 %) ;
  • L’étude State of Lead Generation signée Ascend2 explique que l’email reste le canal digital le plus efficace pour 45 % des marketeurs B2B ;
  • Une étude signée Customer Think a démontré que les taux de désabonnement aux campagnes emailing ont baissé de 50 % en 2020.

Vous l’aurez compris, l’email marketing conserve, voire consolide sa position centrale dans l’arsenal Sales et Marketing dans le B2B. Si vous expérimentez des taux d’ouverture bas, des CTR mitigés et un taux de conversion décevant, ce n’est pas le canal en tant que tel qui est à blâmer.

Et pourtant… 59 % des entreprises B2B n’utilisent pas l’email marketing

SuperOffice, fournisseur européen de solutions CRM pour le B2B, a réalisé une étude expérimentale ambitieuse sur l’email marketing, et plus précisément sur la fameuse Newsletter. Concrètement, SuperOffice a créé une adresse email et s’est inscrit à 1 000 newsletters dans échantillon composé de 48 % de PME, 32 % de TPE et 20 % de grandes entreprises. Durant les 90 jours qui suivent l’inscription, la boîte de réception n’a été ouverte que pour confirmer les abonnements afin de ne pas influencer les envois et ne pas remonter de la data aux entreprises concernées.

A l’issue des trois mois de l’expérience, la boîte de réception affichait 4 494 emails reçus, soit une moyenne de 4,5 emails reçus par inscription. Plusieurs conclusions ont été tirées de cette étude expérimentale :

  • Premièrement, et contrairement à ce que l’on pourrait penser, la majorité des entreprises B2B (59 %) n’utilisent tout simplement pas l’email marketing. Ainsi, pour s’inscrire à 1 000 newsletters, SuperOffice a dû visiter les sites web de près de 2 500 entreprises.
  • Ensuite, 8 % de toutes les campagnes emailing ne sont pas conformes à la loi, notamment au Règlement Général sur Protection des Données (RGPD). C’est l’absence du lien de désabonnement qui est le motif de non-conformité le plus courant.
  • En moyenne, les entreprises B2B envoient une campagne emailing tous les 25 jours.
  • Aussi, près d’une campagne emailing sur cinq n’était pas optimisée pour les téléphones mobiles.
  • Enfin, 89 % des emails envoyés portaient le nom de l’entreprise émettrice.

« Le fait que 59 % des entreprises n’utilisent pas l’email marketing est tout simplement incroyable. Et parmi celles qui envoient des newsletters, la fréquence est souvent très faible, avec un email par trimestre. Bien entendu, pour tirer le maximum de l’email marketing, il faut s’astreindre à une fréquence plus sérieuse avec un contenu consistant », explique Davis Mihm, Head of Product chez Demand Science, commentant l’étude SuperOffice.

Trois conseils pour booster les résultats de votre newsletter B2B

Ce qu’est une newsletter B2B… et ce qu’elle n’est pas

Ne confondez pas la newsletter et l’email promotionnel. Ce type de contenu doit s’inscrire dans une logique Inbound. Votre cible a souhaité s’abonner à votre newsletter pour recevoir un contenu à valeur ajoutée, en phase avec ses centres d’intérêt et ses préoccupations. Montrez-vous à la hauteur de cette confiance pour transformer l’essai. Votre newsletter doit donc proposer un contenu informatif et éducatif, avec éventuellement une mise à jour sur vos produits et services.

Si vous ne disposez pas d’un pôle marketing créatif, avec une bonne force de frappe côté création de contenu, évitez de vous enfermer dans une fréquence d’envoi rigide. Les entreprises qui disposent d’un blog fréquemment alimenté peuvent facilement recycler ce contenu. En somme, n’envoyez pas une newsletter par simple habitude. Vous devez avoir des choses à dire. Prenez également le temps de rationaliser l’envoi (segmentation, mise en place de trackers, monitoring, tests A/B, etc.).

Nettoyez régulièrement votre base de données

Emails jetables, fautes de frappe, contacts obsolètes… les conséquences d’une base de données de mauvaise qualité sont nombreuses :

  • Résultats mitigés ;
  • Difficulté pour le marketing de justifier sa valeur ajoutée ;
  • Désalignement des équipes Sales et Marketing, etc.

« Quel est votre taux de rebond ? Vos emails sont-ils souvent signalés comme spams ? Y a-t-il des abonnés qui n’ont pas ouvert vos emails depuis plus de six mois ? Posez-vous ces questions avant de lancer votre prochaine newsletter pour identifier la cause de vos résultats mitigés », explique Brian Minick, COO de ZeroBounce.

Evitez le jargon et les tournures alambiquées

Les spécialistes du marketing B2B ont parfois la fâcheuse tendance à utiliser un jargon difficilement compréhensible par l’acheteur non-initié. Certains utilisent également des formules alambiquées « pour paraître plus professionnels », comme l’explique Josh Brown, consultant en marketing digital chez Helpjuice. Oui, vous évoluez dans le B2B, mais votre destinataire est toujours un être humain qui n’est pas foncièrement différent du consommateur final. Il apprécie, lui aussi, les contenus personnalisés, rassurants, didactiques voire conviviaux.

Favorisez donc des phrases courtes, accrocheuses et percutantes dès les premières lignes. Adoptez la technique de la pyramide inversée, en commençant par le message principal. Des plateformes comme Grammarly ou Hemingway peuvent vous aider en surlignant les mots inutiles et les formules peu lisibles. Enfin, vous pouvez tester votre newsletter sur quelques collègues avant de l’envoyer.

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..