Engagement des équipes dans un monde incertain

par | Fév 11, 2021 | , | Stratégie - Insights

L’engagement des équipes passe par la prise en main de chacun

La pandémie du Covid-19 et ses répercussions sociales et économiques ont mis en évidence la nécessité pour les entreprises de se renouveler. Pour se faire, elles misent généralement,  sur des stratégies digitales avant-gardistes pour conserver leur compétitivité. Toutefois, ce renouvellement ne doit pas avoir que des motivations économiques. Il doit aussi servir à maintenir le capital humain d’une société engagée et motivée. Cela passe évidemment par l’engagement des équipes.

Ce point est capital car des équipes motivées et épanouies permettent à l’entreprise d’atteindre ses objectifs et de réaliser de meilleures performances. A l’occasion du BtoB Summit Paris 2020, Salime Nassur, conférencier et fondateur du programme Maars, a centré son intervention autour de l’engagement personnel. Selon lui, assurer l’engagement des équipes, passe par un effort individuel : chacun doit prendre son destin en main. Il nous liste 5 clés  pour se réengager dans un monde incertain.

#1 Trouver sa mission de vie

Le « métro-boulot-dodo », vous connaissez ? Cela fait des dizaines d’années que la majeure partie de la population active est prisonnière d’un quotidien routinier et très contraignant. D’ailleurs, cela coïncide avec l’émergence de nombreux burn-outs et la baisse de l’épanouissement en entreprise.

Salime Nassur nous propose de nous poser les bonnes questions pour sortir ce cercle vicieux en mode autopilote. L’objectif est ici de reprendre le contrôle de sa vie :

  • Quelles sont nos aspirations dans la vie ?
  • Quels sont les rêves que nous aimerions réaliser ?
  • De quoi rêvions-nous enfant ?
  • Quels sont les obstacles qui nous empêchent de faire ou d’être ce que nous aimons ?

Selon Salime Nassur, « il faut que chacun de nous trouve sa propre voie et qu’il apprenne à connaître quelles sont ses sources de motivation. Ce travail doit être effectué en amont car en trouvant sa mission de vie, nous devenons plus motivés pour nous lever chaque matin et partir à la conquête de nos objectifs », explique-t-il.

La bonne nouvelle est qu’il existe des moyens simples à mettre en place, pour nous aider dans cette introspection.

#2 Engagement des équipes : Chacun doit adopter la « besttitude »

Comprendre les mécanismes de la positivité

Les comportements positifs sont sources d’attraction et nous permettent d’entrer dans un cercle vertueux ! A titre d’exemple, nous préférons généralement être en relation avec des conseillers souriants et courtois, plutôt que plus compétents, mais qui ne nous transmettent aucun sentiment positif.

Il en va de même pour la réussite professionnelle et sociale : elle n’est pas seulement le fruit d’un travail acharné, elle dépend également de notre état d’esprit. Plus nous adoptons un état d’esprit gagnant, plus nous sommes souriants, et plus nous nous donnons les moyens de nous améliorer. Nous devenons ainsi une meilleure version de nous-même.

Ne pas se laisser distancer pour un meilleur engagement au sein des équipes

Dans la même veine, il est important d’apprendre en permanence pour ne pas se laisser distancer.

« Ce qui est vrai aujourd’hui, ne le sera pas forcément demain. Acquérir de nouvelles compétences est un moyen d’être autonome mais aussi de favoriser son employabilité » souligne Salime Nassur,

S’inscrire dans un tel cercle vertueux produit des résultats immédiats, notamment en matière d’engagement. Il s’agit d’un un effet boule de neige, qui nous permet de nous améliorer dans tous les aspects de notre vie (travail, vie conjugale, etc.). Nous nous mettons ainsi dans une posture pour réussir votre vie. Cette logique est le fondement même de la « besttitude », qui est une méthodologie mise en place par Maars.

Afin d’adopter la « besttitude », nous devons évidemment avoir une attitude positive face à toutes les situations que nous pouvons rencontrer dans notre travail ou notre vie personnelle. Certaines valeurs comme la droiture, le sens du partage, l’intérêt sincère envers les difficultés que peuvent rencontrer d’autres personnes sont alors des qualités requises. Pour y parvenir, il faut fournir des efforts continus ! Nous pouvons commencer par des gestes très simples, comme le fait de prendre les stagiaires de l’ entreprise sous notre aile et les orienter.

#3 Passer à l’action

Combattre la procrastination

La procrastination est une redoutable ennemie de la réussite. C’est un phénomène que nous devons sérieusement combattre si nous entendons faire valoir notre « besttitude ». Il est  important de comprendre pourquoi nous procrastinons : est-ce un manque de motivation, un désintérêt total envers les tâches confiées, un manque de confiance, une angoisse ?

Être constamment dans l’action : l’approche “Just start it”

Pour faire face à la procrastination, la méthodologie Maars préconise l’approche du « just start it », où nous devons constamment agir. Par exemple, toutes nos tâches professionnelles, ou qui s’inscrivent dans le cadre de votre vie quotidienne, doivent être faites en temps et en heure. Reporter indéfiniment ce que nous aurions pu accomplir aujourd’hui même est le signe principal que nous procrastinons.

Il est donc nécessaire de tout mettre en œuvre pour assurer la concentration et la productivité. Ces deux derniers points sont souvent à l’origine d’engagement réussi. Nous pouvons, par exemple, couper les notifications de notre téléphone le temps de réaliser nos tâches, diviser ces dernières en plusieurs sous-tâches, etc.

#4 Savoir s’entourer et entretenir son réseau

La « besttitude », c’est aussi s’entourer de personnes disposant du même état d’esprit positif. La motivation doit être  la même.  Et c’est logique : la réussite est le plus souvent collective. Aucun individu ne peut prétendre avoir réussi sans avoir reçu un coup de pouce ou des conseils de personnes averties et bienveillantes.

Ainsi, pour rester dans une matrice positive, il est évident que faire partie d’un réseau qui partage le même engouement et les mêmes valeurs nous est indispensable. Mais comment se constituer et entretenir un réseau ?

Soyez un bon communicant et donnez une bonne image de vous-même

Les personnes qui nous côtoient au quotidien doivent avoir une bonne impression de nous. Nous devons donc veiller à être souriant et à adopter une attitude agréable. Ainsi, nous laisserons une très bonne impression qui donnera un véritable coup de pouce à nos efforts de socialisation.

Misez sur la bienveillance et l’honnêteté

Le réseau que nous nous constituons ne doit pas servir nos seuls intérêts. Il doit être associé à la notion de partage. Pour cela, nous devons faire preuve de bienveillance, se soucier des autres et leur apporter des conseils.

Créez des réseaux virtuels

Il est parfaitement possible de profiter de l’énorme potentiel des réseaux sociaux  pour se créer un réseau de qualité. Sur LinkedIn par exemple, nous pouvons entrer en contact avec des personnes travaillant dans le même secteur d’activité que nous. En soignant notre profil, notre réseau va s’élargir.

#5 Prendre soin de soi c’est aussi protéger sa santé

La santé est votre bien le plus précieux. Effectivement, sans un corps et un esprit sains, il nous sera compliqué d’être productif et motivé pour atteindre nos objectifs. Parfois, une simple migraine ou certaines pathologies chroniques peuvent entamer notre moral; elle nous empêcherons alors de travailler de manière optimale.

Pour toutes ces raisons, nous devons impérativement prendre soin de nous; il est donc essentiel de protéger sa santé. La première chose à faire consiste à adopter un régime alimentaire sain par exemple : fruits et légumes frais et de saison, moins de viande rouge et d’aliments hyper caloriques, etc. L’exercice physique régulier est quant à lui indispensable.  Il est d’autant plus nécessaire quand nous exerçons un métier qui nous contraint à rester assis durant de nombreuses heures.

En protégeant au mieux votre santé, il vous sera plus facile de vous maintenir au sein d’une spirale positive, de créer un cercle vertueux et d’atteindre vos objectifs.

5 clés pour un engagement des équipes maximal

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..