Engagement des équipes dans un monde incertain

par | Fév 11, 2021 | , | Stratégie - Insights

L’engagement des équipes passe par la prise en main de chacun

La pandémie du Covid-19 et ses répercussions sociales et économiques ont mis en évidence la nécessité pour les entreprises de se renouveler. Pour se faire, elles misent généralement,  sur des stratégies digitales avant-gardistes pour conserver leur compétitivité. Toutefois, ce renouvellement ne doit pas avoir que des motivations économiques. Il doit aussi servir à maintenir le capital humain d’une société engagée et motivée. Cela passe évidemment par l’engagement des équipes.

Ce point est capital car des équipes motivées et épanouies permettent à l’entreprise d’atteindre ses objectifs et de réaliser de meilleures performances. A l’occasion du BtoB Summit Paris 2020, Salime Nassur, conférencier et fondateur du programme Maars, a centré son intervention autour de l’engagement personnel. Selon lui, assurer l’engagement des équipes, passe par un effort individuel : chacun doit prendre son destin en main. Il nous liste 5 clés  pour se réengager dans un monde incertain.

#1 Trouver sa mission de vie

Le « métro-boulot-dodo », vous connaissez ? Cela fait des dizaines d’années que la majeure partie de la population active est prisonnière d’un quotidien routinier et très contraignant. D’ailleurs, cela coïncide avec l’émergence de nombreux burn-outs et la baisse de l’épanouissement en entreprise.

Salime Nassur nous propose de nous poser les bonnes questions pour sortir ce cercle vicieux en mode autopilote. L’objectif est ici de reprendre le contrôle de sa vie :

  • Quelles sont nos aspirations dans la vie ?
  • Quels sont les rêves que nous aimerions réaliser ?
  • De quoi rêvions-nous enfant ?
  • Quels sont les obstacles qui nous empêchent de faire ou d’être ce que nous aimons ?

Selon Salime Nassur, « il faut que chacun de nous trouve sa propre voie et qu’il apprenne à connaître quelles sont ses sources de motivation. Ce travail doit être effectué en amont car en trouvant sa mission de vie, nous devenons plus motivés pour nous lever chaque matin et partir à la conquête de nos objectifs », explique-t-il.

La bonne nouvelle est qu’il existe des moyens simples à mettre en place, pour nous aider dans cette introspection.

#2 Engagement des équipes : Chacun doit adopter la « besttitude »

Comprendre les mécanismes de la positivité

Les comportements positifs sont sources d’attraction et nous permettent d’entrer dans un cercle vertueux ! A titre d’exemple, nous préférons généralement être en relation avec des conseillers souriants et courtois, plutôt que plus compétents, mais qui ne nous transmettent aucun sentiment positif.

Il en va de même pour la réussite professionnelle et sociale : elle n’est pas seulement le fruit d’un travail acharné, elle dépend également de notre état d’esprit. Plus nous adoptons un état d’esprit gagnant, plus nous sommes souriants, et plus nous nous donnons les moyens de nous améliorer. Nous devenons ainsi une meilleure version de nous-même.

Ne pas se laisser distancer pour un meilleur engagement au sein des équipes

Dans la même veine, il est important d’apprendre en permanence pour ne pas se laisser distancer.

« Ce qui est vrai aujourd’hui, ne le sera pas forcément demain. Acquérir de nouvelles compétences est un moyen d’être autonome mais aussi de favoriser son employabilité » souligne Salime Nassur,

S’inscrire dans un tel cercle vertueux produit des résultats immédiats, notamment en matière d’engagement. Il s’agit d’un un effet boule de neige, qui nous permet de nous améliorer dans tous les aspects de notre vie (travail, vie conjugale, etc.). Nous nous mettons ainsi dans une posture pour réussir votre vie. Cette logique est le fondement même de la « besttitude », qui est une méthodologie mise en place par Maars.

Afin d’adopter la « besttitude », nous devons évidemment avoir une attitude positive face à toutes les situations que nous pouvons rencontrer dans notre travail ou notre vie personnelle. Certaines valeurs comme la droiture, le sens du partage, l’intérêt sincère envers les difficultés que peuvent rencontrer d’autres personnes sont alors des qualités requises. Pour y parvenir, il faut fournir des efforts continus ! Nous pouvons commencer par des gestes très simples, comme le fait de prendre les stagiaires de l’ entreprise sous notre aile et les orienter.

#3 Passer à l’action

Combattre la procrastination

La procrastination est une redoutable ennemie de la réussite. C’est un phénomène que nous devons sérieusement combattre si nous entendons faire valoir notre « besttitude ». Il est  important de comprendre pourquoi nous procrastinons : est-ce un manque de motivation, un désintérêt total envers les tâches confiées, un manque de confiance, une angoisse ?

Être constamment dans l’action : l’approche “Just start it”

Pour faire face à la procrastination, la méthodologie Maars préconise l’approche du « just start it », où nous devons constamment agir. Par exemple, toutes nos tâches professionnelles, ou qui s’inscrivent dans le cadre de votre vie quotidienne, doivent être faites en temps et en heure. Reporter indéfiniment ce que nous aurions pu accomplir aujourd’hui même est le signe principal que nous procrastinons.

Il est donc nécessaire de tout mettre en œuvre pour assurer la concentration et la productivité. Ces deux derniers points sont souvent à l’origine d’engagement réussi. Nous pouvons, par exemple, couper les notifications de notre téléphone le temps de réaliser nos tâches, diviser ces dernières en plusieurs sous-tâches, etc.

#4 Savoir s’entourer et entretenir son réseau

La « besttitude », c’est aussi s’entourer de personnes disposant du même état d’esprit positif. La motivation doit être  la même.  Et c’est logique : la réussite est le plus souvent collective. Aucun individu ne peut prétendre avoir réussi sans avoir reçu un coup de pouce ou des conseils de personnes averties et bienveillantes.

Ainsi, pour rester dans une matrice positive, il est évident que faire partie d’un réseau qui partage le même engouement et les mêmes valeurs nous est indispensable. Mais comment se constituer et entretenir un réseau ?

Soyez un bon communicant et donnez une bonne image de vous-même

Les personnes qui nous côtoient au quotidien doivent avoir une bonne impression de nous. Nous devons donc veiller à être souriant et à adopter une attitude agréable. Ainsi, nous laisserons une très bonne impression qui donnera un véritable coup de pouce à nos efforts de socialisation.

Misez sur la bienveillance et l’honnêteté

Le réseau que nous nous constituons ne doit pas servir nos seuls intérêts. Il doit être associé à la notion de partage. Pour cela, nous devons faire preuve de bienveillance, se soucier des autres et leur apporter des conseils.

Créez des réseaux virtuels

Il est parfaitement possible de profiter de l’énorme potentiel des réseaux sociaux  pour se créer un réseau de qualité. Sur LinkedIn par exemple, nous pouvons entrer en contact avec des personnes travaillant dans le même secteur d’activité que nous. En soignant notre profil, notre réseau va s’élargir.

#5 Prendre soin de soi c’est aussi protéger sa santé

La santé est votre bien le plus précieux. Effectivement, sans un corps et un esprit sains, il nous sera compliqué d’être productif et motivé pour atteindre nos objectifs. Parfois, une simple migraine ou certaines pathologies chroniques peuvent entamer notre moral; elle nous empêcherons alors de travailler de manière optimale.

Pour toutes ces raisons, nous devons impérativement prendre soin de nous; il est donc essentiel de protéger sa santé. La première chose à faire consiste à adopter un régime alimentaire sain par exemple : fruits et légumes frais et de saison, moins de viande rouge et d’aliments hyper caloriques, etc. L’exercice physique régulier est quant à lui indispensable.  Il est d’autant plus nécessaire quand nous exerçons un métier qui nous contraint à rester assis durant de nombreuses heures.

En protégeant au mieux votre santé, il vous sera plus facile de vous maintenir au sein d’une spirale positive, de créer un cercle vertueux et d’atteindre vos objectifs.

5 clés pour un engagement des équipes maximal

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..