Engagement des marques et RSE en BtoB

par | Jan 8, 2021 | , | Contenu, Influence, CX - Insights

Engagement des marques et RSE au sein des entreprises BtoB

A l’heure de l’hyperconsommation, nous sommes de plus en plus nombreux à nous intéresser aux marques. Plus précisément à leur engagement. En effet, en plus de proposer des produits et des services de qualité, certaines « s’investissent dans la société, pour une cause ou pour le bien commun ». Ce nouveau paradigme les incite à s’engager afin de répondre aux attentes des consommateurs. Ces derniers étant de mieux en mieux informés. Ils disposent, en effet, d’outils leur permettant de vérifier le qualité des produits qu’ils achètent. La situation sanitaire actuelle a amplifié les débats autour de la RSE, cette fameuse responsabilité sociétale des entreprises (en anglais CSR corporate social responsibility). Lors des Rencontres Internationales Marketing & Sales BtoB 2020, Cyndie Bettant, Responsable Marketing & Influence Cision, est revenue sur l’engagement des marques dans le Talk RSE. On fait le point dans cet article.

L’engagement : une question de survie pour les marques ?

Nous entrons dans une nouvelle ère marketing

Nul doute que nous sommes bien à l’ère du marketing de l’engagement. Une récente étude, “Marque engagée : stratégie marketing ou réelle transformation de l’entreprise ?”, le prouve. Celle-ci met en lumière que « l’engagement des marques aujourd’hui est plébiscitée » car ces dernières ont pris conscience de l’évolution des consommateurs.  Ils sont en effet de plus en plus nombreux à les évaluer sur leur impact environnemental, leurs valeurs ou encore leur éthique. Tout porte à croire donc que La RSE (responsabilité sociétale des entreprises) sera davantage prise en compte dans les années à venir.

L’engagement des marques dopé par de nouvelles attentes

Ainsi, on apprend dans cette étude que « 90 % des professionnels du marketing et de la communication estiment qu’une marque doit porter des engagements sociétaux et/ou environnementaux ». Mieux, 80 % des sondés estiment qu’au-delà de l’image, il s’agit d’une question de survie pour la marque. Et cela est d’autant plus vrai depuis le début de la crise du Covid-19. En effet, après le confinement, 41 % des directeurs marketing et communication interrogés ont reconnu avoir été appelés à revoir leur positionnement. Il leur est demandé d’axer plus fortement leur communication autour de l’engagement.

L’engagement comme stratégie marketing

L’engagement doit aujourd’hui être considéré comme une stratégie marketing à part entière. En effet, derrière ces engagements sociétaux et/ou environnementaux, il y a un réel enjeu économique.

84 % des spécialistes en marketing communication estiment à ce sujet qu’une marque engagée améliore considérablement sa performance marketing. Aussi cela renforce son influence, aussi bien en interne (67 %) qu’auprès des communautés sur les réseaux sociaux (58 %), des clients (55 %) et des influenceurs (44 %).

En d’autres termes, grâce à une stratégie de marque engagée, une entreprise se donne les moyens de faire parler d’elle. Et par conséquent elle attire plus de consommateurs vers ses produits/services.

L’engagement des marques oui, mais attention au bashing !

Les marketeurs Btob à la traîne en matière de communication RSE

A travers l’engagement, votre marque va améliorer son image, mais aussi encourager un sentiment de confiance et de réconfort. Malheureusement, dans le BtoB, les spécialistes du marketing ont parfois quelque peu délaissé la marque au profit du produit. D’ailleurs, les organes de communication et autres actions mentionnent rarement la RSE. Ils oublient, par exemple, que la confiance ne s’achète pas, mais qu’elle se gagne.

La preuve marketing devenu indispensable

Nul doute que l’engagement constitue aujourd’hui un critère déterminant pour satisfaire les besoins des consommateurs. Cependant, il peut paraître assez complexe de mettre en œuvre une stratégie de communication concrète et factuelle. C’est un sujet assez sensible et le bashing est généralement inévitable. Mais les spécialistes du marketing et de la communication ont proposé des solutions pour minimiser l’impact du phénomène. Ainsi, 86 % d’entre eux pensent qu’il faut apporter des preuves concrètes de ses engagements. Mais, ils sont 67 % à estimer qu’il faut d’abord mobiliser et convaincre ses salariés avant de passer à la phase de communication.

D’ailleurs pour réussir le marketing de l’engagement :

  • 36 % des spécialistes interrogés préconisent une campagne d’employee advocacy,
  • 34 % sont plutôt favorables à une campagne de marketing d’influence,
  • La campagne de relation (16%) ou de publicité (8%) viennent respectivement en 3e et 4e position des propositions.

Pourquoi les marques s’engagent-elles ?

Soutien des marques à l’environnement

Les raisons sont multiples, mais globalement les directeurs marketing et de communication sont généralement unanimes sur le sujet. L’engagement de la marque est plutôt désintéressé et priorise l’environnement avant les bénéfices financiers. Ceci, est d’autant plus vraie quand la RSE existe. Ainsi, par ordre d’importance :

  • 52 % des répondants au sondage de Cision engagent leur marque afin de contribuer à la préservation de la planète,
  • 28 % le font à des fins de fidélisation des salariés et de valorisation de la marque employeur,
  • Le développement de l’image positive de l’entreprise dans les médias et l’augmentation du chiffre d’affaires sont ex-aequo à 10 %.

La direction, locomotive du changement

Pour conclure, la démarche de marque engagée nécessite une transformation en profondeur. C’est un véritable état d’esprit, qui ne doit pas être confondu avec l’effort de solidarité en temps de crise, comme ce fut le cas avec la pandémie inhérente au Covid-19.

« L’engagement s’applique au quotidien et sur le long terme, ce qui assure au consommateur de la légitimité, de la crédibilité et de l’authenticité du discours de marque », précise Cyndie Bettant.

Mais cet objectif ne saurait être atteint sans l’adhésion et l’implication de la direction. On peut citer en exemple les marques Danone, Carrefour et Maïf, des entreprises françaises qui ont bien mûri leur réflexion sur la question de l’engagement. Leurs « PDG ont tous été les premiers inspirateurs et ambassadeurs de la transformation de leur entreprise vers des entreprises à mission et continuent de porter cette vision au quotidien »

 

RSE Engagement des Marques

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..