Quelles évolutions pour les événements BtoB ?

par | Fév 27, 2021 | | Contenu, Influence, CX - Insights

Quel avenir pour les événements BtoB en 2021 ?

Pandémie oblige, la plupart des événements physiques programmés en 2020 ont été reportés ou transformés en événements virtuels. Lorsque cette crise se sera résorbée, et que les événements BtoB reprendront, quelle sera la place du digital dans l’industrie événementielle ? Les événements virtuels survivront-ils à l’après-Covid ? Sylvie Lachkar, directrice du programme Social Selling pour SAP, a posé ses questions à ses trois convives lors d’une table ronde organisée dans le cadre du BtoB Summit 2020.

L’avènement des événements virtuels en temps de crise

À l’instar des événements physiques, les événements virtuels impliquent la mise en place d’une planification impeccable nécessaire à leur bon déroulement. Il ne faut négliger aucun détail et commencer par définir les objectifs, les cibles et la taille de l’événement. Mais aussi mettre en place un calendrier et planifier les horaires d’animations.

Il est également nécessaire de veiller à générer l’engagement des participants. Offrir un contenu de qualité (tables rondes, interviews, forum, débats, etc.) peut se révéler payant. La communication autour de l’événement revêt une importance capitale. Tout comme sa promotion auprès des parties concernées (intervenants, participants, entreprises, etc.).

Pour cela, les professionnels se servent habilement des nouveaux outils digitaux créateurs d’interactions entre les organisateurs et leur public. Brad Gillespie, Vice Président et General Manager de Cvent, explique que « grâce au digital, nous sommes passés d’un modèle d’événement linéaire à un modèle où l’audience peut intervenir avec les organisateurs. Et ce, que ce soit avant, pendant ou après le déroulement des activités de l’événement ».

L’autre grand avantage des événements virtuels réside dans leur accessibilité. « Nous avons la possibilité d’y prendre part où que l’on soit et à n’importe quel moment », précise Chris Wickson, General Manager chez Integrate. Un bon point en ces temps de restriction en matière de rencontres et de déplacements ! Les intervenants sont également gagnants. Le digital leur permet un gain de temps précieux ainsi que des conditions d’organisation simplifiées.

L’erreur à éviter, selon Koen De Witte, Founder & CEO de LeadFabric, est de transposer l’organisation d’un événement physique à un événement virtuel. Il faut donc garder à l’esprit que ce dernier implique une organisation qui lui est propre. Il faut tenir compte de l’audience et proposer un contenu adéquat, au risque de la noyer d’informations pas toujours pertinentes. La data ou encore l’intelligence artificielle sont ici de formidables outils pour parvenir aux objectifs fixés.

Événements BtoB physiques ou virtuels : that is the question…

Choisir entre le physique et le virtuel serait un grossier raccourci qui reviendrait à marginaliser une grande partie de l’audience. Ces deux approches sont en effet complémentaires. L’une ne vient aucunement remplacer l’autre.

Savoir mixer entre les événements physiques et virtuels sera donc la clé de l’évolution du BtoB. Koen De Witte explique à ce sujet  que « si vous regardez l’avenir avec la connaissance d’aujourd’hui, vous allez rater beaucoup d’opportunités ». Pour ce faire, il est important de comprendre les mécanismes de ces deux activités, bien distinctes. En effet, « quand vous pensez aux événements physiques, l’audience est sur place, engagée et attentive. De l’autre côté, quand les gens sont chez eux, il se peut qu’ils soient occupés par d’autres activités en parallèle du Webinar. Ce qui impacte l’expérience de l’utilisateur », rappelle, pour sa part, Chris Wickson.

C’est pourquoi il est primordial de se baser sur l’analogie entre le physique et le virtuel. Vous proposez ainsi une expérience optimale aux participants en prenant le meilleur de chaque support.

La tendance des événements pour 2021 sera ainsi un savant mélange entre rencontres physiques et virtuelles. Après cette période, la majorité de la population va vouloir retrouver un lien tangible, avec des échanges et des connexions humaines. Les séminaires devraient ainsi connaître un regain d’intérêt certain. Mais pour autant, le virtuel devra être intégré, sous forme hybride en quelque sorte.

Ce nouveau format va encore demander des efforts aux organisateurs, tant organisationnels qu’en matière de compétences, mais le jeu en vaut la chandelle. Selon Koen De Witte, « l’environnement dans lequel l’acquisition de savoir s’effectue joue un rôle primordial. L’expérience pendant un événement physique est donc très importante ».

Il appartiendra aux entreprises de s’engager dans une démarche d’expérimentation. Elles devront définir ce qui marche et ce qui ne marche pas. Essayer d’impliquer davantage les clients dans l’organisation de ces événements BtoB. Sans omettre de toujours mettre l’accent sur la qualité et en tentant de répondre au mieux aux attentes de leur audience. (Lire l’article : “A quoi ressemble le marketing du futur“)

Quel futur pour les événements B2B

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..