A quoi ressemble le futur du marketing ?

par | Fév 27, 2021 | | Data, Connaissance client, IA - Insights

Le futur du marketing ne ressemble pas à ce que vous imaginez !

Dire que le contexte de crise sanitaire actuel a grandement impacté le monde du business est un doux euphémisme… Les professionnels du marketing doivent plus que jamais faire preuve d’agilité et d’innovation afin de s’adapter. Quel sera le futur du marketing ? Quel sera le rôle du marketeur ? Eléments de réponse.

Le profil du marketeur moderne

Les spécialistes du marketing seraient-ils dépassés par les tendances modernes ? Pour le Cultural Analyst Grégory Pouy, il ne fait aucun doute que cela soit vrai. Entre évolutions constantes et enchaînement des technologies et des tendances, la tâche des marketeurs n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. A tel point que « certains vont même jusqu’à se demander s’ils sont toujours pertinents pour leur poste », affirme le Cultural Analyst. Comment en sommes-nous arrivés là ? Le marché.

Pour Grégory Pouy, la volonté des marketeurs de maîtriser toutes les technologies et la capacité de tout mesurer (le tracking) en éloigne plus d’un de la problématique centrale : l’évolution du marché. Des tunnels d’achat au KPis, en passant par l’utilisation abusive de la technologie, les marketeurs modernes disposent de tellement de données qu’ils ont du mal à mesurer. Ils en oublient de s’intéresser à l’essentiel dans leur stratégie : « la relation humaine et l’émotion. La confiance en réalité ». (Voir l’article “La crise sanitaire : créer du lien émotionnel avec ses clients“.)

Le marketing du mensonge, du contrôle et du secret

 « Au 20e siècle, le marketing s’est largement construit sur 3 piliers : le mensonge, le secret et le contrôle », selon Grégory Pouy. En effet, les marques ont essayé de contrôler les messages sur Internet ou de vendre plus de produits/services en créant et/ou en surfant sur la peur des consommateurs. Bien évidemment, cela a fini par briser la confiance des gens vis-à-vis des marques mais aussi à leur faire prendre du recul face aux publicités. Mais cette réalité est bien souvent occultée par les marketeurs qui pensent à 80% que leurs publicités sont utiles, alors que ces dernières sont à 85% considérées comme du spam.

Cependant, avec Internet, les notions de « contrôle » et de « secret » tendent à disparaître, avec l’explosion des forums, des blogs et des réseaux sociaux. Ces outils peuvent en effet aider à réduire le fossé entre les marques et les consommateurs. A condition de les utiliser à bon escient, en se concentrant sur l’Humain et non pour le supprimer.

Qu’attendent les consommateurs des marques ?

C’est l’une des questions que les marques se posent toujours avant l’élaboration d’une stratégie marketing. Et il serait bien plus inspiré de se concentrer désormais « à construire des relations avec les clients plutôt que d’essayer de les impressionner avec la dernière tendance à la mode », dixit Scott Monty, ancien directeur du social Media chez Ford. Pour 90% des catégories produits, les clients ne seraient plus fidèles.

Le marketeur d’aujourd’hui et de demain devra donc répondre à des questionnements très forts et à des besoins consommateurs plus marqués. Dans son ouvrage intitulé Marketing Rébellion, Mark Schaefer a réuni les besoins actuels des consommateurs dans 5 éléments :

  • se sentir aimés ;
  • se sentir faire partie d’un groupe ;
  • sentir leur intérêt protéger ;
  • trouver du sens ;
  • se sentir respectés.

Pour satisfaire ces besoins, les marques doivent avant tout instaurer un climat de sincérité avec les consommateurs. Par exemple, en mettant en avant leur vulnérabilité et leurs limites, afin de rendre plus crédible le reste des informations à diffuser. Ensuite, il faut une compréhension profonde de la technologie. Et ainsi mieux se concentrer sur l’intelligence émotionnelle, plutôt que chercher à maîtriser toutes les imperfections publicitaires.

Les marketeurs doivent également accepter l’idée de ne pas essayer de tout mesurer, même s’ils en ont la possibilité. L’utilisation abusive de la technologie peut faire tomber dans un cycle de spamming intempestifs. Ce qui constitue un frein au marketing vertueux qu’ils souhaitent mettre en œuvre.

Quels sont les grands défis qui attendent les marketeurs ?

Les marketeurs auront trois principaux rôles à jouer pour redonner de la confiance aux consommateurs.

Le premier sera de revoir le design et l’impact de leurs produits & services. Les marques qui prennent des décisions engagées, respectueuses et responsables seront plébiscitées par les consommateurs.

Ensuite, il faudra réinventer les imaginaires diffusés à travers la publicité, en mettant en place un autre système de valeurs qui devra accompagner la décroissance annoncée.

Pour résumer, le marketing du futur devra plutôt penser à remettre du lien et de la confiance entre les consommateurs et les marques. Il n’est donc plus question d’être constamment au parfum des dernières tendances, mais de garder à l’esprit l’essence même du marketing qui est basée sur l’humain. Car, au cours des années à venir, ce sont les entreprises humaines qui seront privilégiées.

quel est le futur du marketing

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..