Gartner identifie les trois implications du nouveau comportement d’achat dans le B2B

par | Sep 2, 2021 | | Data, Connaissance client, IA - Insights, Vente et Management commercial - Insights

Gartner a récemment publié une mise à jour de son rapport « The new B2B journey and its implication for sales » à destination des Chief Strategy Officers (CSOs). Principale conclusion : si les acheteurs n’ont jamais été aussi mieux outillés pour prendre une décision éclairée, ils se disent néanmoins « déstabilisés » par le magma de contenus fiables, pertinents et de qualité qu’ils trouvent sur le web. Dans cette mise à jour, Gartner a aussi détaillé les trois grandes implications du nouveau comportement des acheteurs sur le Marketing et les Sales. Décryptage dans le billet de la semaine.

La quantité d’informations fiables collectées est déstabilisante pour 50 % des acheteurs

Gartner a complété la précédente édition de son rapport par une étude sur l’impact de l’abondance de ressources documentaires de qualité sur le comportement d’achat. A mesure que les contenus diffusés par les entreprises s’alimentent de la data, ils gagnent en pertinence. Certes, les acheteurs bénéficient d’une information abondante depuis au moins deux décennies. « Ce qui change, c’est que cette information est aujourd’hui de haute qualité », note Garner. Par conséquent, les acheteurs se retrouvent submergés. Plutôt que de rationaliser leur prise de décision, cette abondance les oblige à faire un effort supplémentaire pour hiérarchiser les contenus selon leur pertinence. Les plus perfectionnistes se lancent dans une documentation effrénée qui ralentit drastiquement la prise de décision.

Dans ce contexte, Gartner explique que les commerciaux les plus performants ne sont pas forcément ceux qui « montrent les muscles » en étalant leur expertise. Ce sont plutôt ceux qui aident les acheteurs à trier les informations avec un effort d’empathie et de vulgarisation. « Ils agissent comme des connecteurs d’informations pour fournir le cadre et les outils dont les clients ont désespérément besoin pour organiser leur réflexion », peut-on lire dans le rapport. Selon Gartner, l’aide au tri des informations est l’action qui impacte le plus la décision d’achat parmi tous les critères analysés. Enfin, notons que 50 % des acheteurs sondés estiment que « la quantité d’informations fiables collectées pendant le parcours d’achat était déstabilisante ».

Les trois implications du nouveau comportement d’achat dans le B2B

Gartner conclut cette mise à jour par les trois implications majeures du nouveau comportement d’achat dans le B2B.

#1 Les commerciaux ne sont plus qu’un canal parmi d’autres pour les clients

En analysant la fréquence du recours aux commerciaux en comparaison avec le web, Gartner n’a détecté aucune préférence particulière. Les deux canaux sont utilisés invariablement dans l’identification du problème (82 % pour les représentants et 79 % pour le web), la recherche d’une solution (92 % contre 88 %) ou encore le choix d’un fournisseur (90 % contre 86 %).

« Accompagner les clients B2B dans leur parcours d’achat n’est pas forcément un problème de Sales. C’est souvent une problématique de tri d’information. Les CSOs qui cherchent à stimuler la croissance doivent d’abord résoudre cette problématique avant d’évaluer les compétences individuelles de leurs salariés ».

Photo de profil de Brent Adamson

Brent Adamson, Vice-Président chez Gartner Research & Advisory

#2 Le parcours d’achat B2B n’est pas (plus ?) linéaire

Gartner challenge la notion même de pipeline. En effet, l’écrasante majorité des services Marketing travaillent en deux dimensions. Les équipes cherchent à faire avancer les prospects de manière linéaire et logique. Cette approche n’a jamais été aussi dissonante avec le comportement des clients, surtout dans le B2B où le parcours d’achat est plus complexe. Gartner estime que les acheteurs B2B raisonnent en termes de « tâches à réaliser » plutôt que d’ « étapes à franchir ».

C’est, in fine, un désalignement entre la conception du modèle Sales et Marketing d’un côté, et la réalité du parcours d’achat. Ce biais conduit à un des diagnostics erronés. En effet, le fait que les prospects se désengagent à une étape donnée de l’entonnoir ne renseigne pas sur l’étape du parcours d’achat incriminée. Ce désalignement est exacerbé par le fait que les clients ont tendance à reporter la prise de contact avec les commerciaux jusqu’à tard dans leur parcours d’achat. « Le fait de confondre le parcours d’achat et la progression dans le pipeline peut conduire les CSOs à traiter des problèmes qu’ils n’ont peut-être pas, et passer à côté de dysfonctionnements critiques », explique Adamson.

#3 L’ordre chronologique entre le marketing et les Sales n’est pas forcément linéaire

Dans la conception théorique de la chose, les Sales prennent le relais du Marketing. Les équipes Marketing se chargent de générer et de nourrir les leads en amont, principalement via des canaux numériques. Les opportunités les plus qualifiées sont par la suite transmises aux commerciaux qui déroulent alors leur argumentaire en face à face. Gartner souligne la dichotomie entre cette approche et le fait que les clients évoluent en omnicanal et surtout de manière itérative. « Dans le monde de l’achat B2B actuel, il n’y a pas de transfert du marketing aux Sales ou du numérique au présentiel. Il s’agit d’un processus parallèle », explique Adamson. L’échange avec un commercial ne signifie pas que le lead ne repassera pas en phase de considération, en consultant notamment les contenus produits par le marketing.

Pour conclure, Gartner estime que les CSOs doivent calquer leur organisation sur le comportement d’achat réel de leur cible. Bien entendu, l’abolition de la fameuse organisation en silos des Sales et Marketing constitue la première étape de ce travail.

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..