Inbound Marketing et ABM : opposition ou complémentarité ?

par | Déc 1, 2021 | | ABM & LeadGen - Insights

Laurent Ollivier et Gabriel Szapiro ont co-écrit « De l’Inbound à l’Account-Based Marketing », un livre de 200 pages qui s’adresse aux professionnels du marketing qui souhaitent dépasser la théorie pour mieux se confronter à la réalité du terrain. A l’occasion de leur conférence aux RIM, ces deux experts chevronnés explorent une question qui se pose avec force auprès du top management : ABM et Inbound, opposés ou complémentaires ?

Gabriel Szapiro : « la stratégie d’appâts, l’impertinence en plus »

Etant ingénieur de formation, je suis plutôt partisan de la classification et de la hiérarchisation des priorités. Je commencerai donc par récapituler les trois étapes de l’Inbound Marketing :

  1. Attirer les visiteurs sur votre site web et autres canaux pour les inciter à remplir des formulaires et élargir ainsi votre base de données. Je reviens ici sur une conception erronée que j’ai longtemps pratiquée. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’Inbound n’écarte pas l’Outbound. Aujourd’hui, les cibles reçoivent tellement d’emails qu’elles ne les lisent plus. En revanche, elles ne reçoivent pratiquement pas de messages de Marketing Direct. Parfois, une brochure papier réalise de meilleurs résultats que des emails automatisés. Il est donc important d’attirer des internautes sur notre site internet tout en faisant de l’Outbound.
  2. Entretenir et développer la relation avec une stratégie d’appâts. Mais plutôt que se résoudre aux appâts classiques (réduction, contenu gratuit…), l’entreprise gagnerait à faire preuve d’audace et d’originalité, en associant des appâts marketing à des appâts plus ludiques.
  3. Recenser les entreprises ciblées.

Je pense que les entreprises devraient faire reposer leur Inbound Marketing sur ces cultures décisives :

Sans la différence, point de salut. Pour relever ce pari de la différenciation, je vous propose de partir du principe suivant : le désir précède le besoin. J’ai modestement mis en place une démarche autour de la Pyramide des Désirs, avec cinq paliers (de la base au sommet) :

  1. Le désir d’inattendu ;
  2. Le désir d’émotion ;
  3. Le désir de partage ;
  4. Le désir d’appartenance ;
  5. Le désir de valorisation de soi.

L’obsession client, avec une analyse des personas qui associe raison et émotion. Je conseille d’analyser chaque persona à la lumière de cinq critères : son niveau de digitalisation, ses craintes, ses défis, ses habitudes d’achat et ses canaux de communication.

La stratégie des appâts, l’impertinence en plus. Je pense qu’il faut trancher avec les blogs fades et sans saveur et oser l’humour, l’originalité et l’impertinence.

 

A lire également sur BtoB Leaders : Focus : comment éviter le zéro en Marketing en 2022 ?

 

Laurent Ollivier : les 8 différences entre l’Inbound et l’ABM

Il est intéressant de noter que la pyramide de l’ABM n’est qu’un inversement de la pyramide de l’Inbound. Ainsi, le recensement des entreprises ciblées, qui conclut la démarche Inbound, constitue le point de départ de l’ABM. On commencera par de la Data, du contenu personnalisé, la recherche de l’audience, l’engagement de chaque compte individuellement et la définition des étapes suivantes pour aller plus loin dans l’entonnoir. Avec Gabriel, nous avons mis au point le tableau des 8 différences entre l’Inbound et l’ABM :

ABM - Inbound

Comme on le voit dans la 8e différence, les entreprises doivent mettre en place une « hygiène » de la relation Sales et Marketing. La collaboration entre les deux équipes intervient en aval dans l’Inbound, en amont dans l’ABM. In fine, l’Inbound ouvre la porte, et l’ABM assure la finalisation avec les grands comptes.

 

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..