Où en sommes-nous de l’IA appliquée au Marketing B2B ?

par | Sep 17, 2021 | | Data, Connaissance client, IA - Insights

L’implémentation des solutions technologiques avancées dans les entreprises du B2B arrive à un tournant. Si la pandémie de la Covid-19 a bouleversé les plans d’investissement à cause des restrictions budgétaires, elle a exacerbé la transformation digitale du parcours d’achat et multiplié la quantité des données à traiter pour se rapprocher des comptes cibles. BtoB Leaders revient sur ce paradoxe et détaille les trois grands rôles de l’Intelligence Artificielle dans le B2B des cinq prochaines années.

Le paradoxe du taux de pénétration futur de l’Intelligence Artificielle dans le B2B

Dans la mesure où le cycle d’achat B2B est plus long, plus complexe et plus collégial (5,4 personnes intégrées dans la décision d’achat selon Gartner), les entreprises B2B ont tout à gagner en s’intéressant aux prouesses technologiques que sont l’Intelligence Artificielle et le Machine Learning. Et pourtant, les applications les plus pointues et les plus rôdées en matière d’IA sont l’apanage des grands groupes spécialisés dans les produits de consommation B2C. Une étude signée DemandMetric explique en effet que seules 18 % des entreprises B2B utilisent « une forme d’IA » dans leurs opérations quotidiennes. En revanche, environ 46 % des entreprises sondées affirment « tester » ou « être en phase d’implémentation » de solutions basées sur l’Intelligence Artificielle.

Le taux de pénétration de l’IA dans le B2B dans un avenir proche sera soumis à un paradoxe :

  • D’un côté, l’intégration de l’IA s’impose pour redresser le cap post-Covid. Elle permet en effet de réduire le coût de revient en allant plus loin dans l’automatisation mais aussi de mieux baliser le parcours d’achat B2B pour mieux convertir.
  • De l’autre, les coupes budgétaires conséquentes à la crise de la Covid-19 ne permettent pas forcément de lancer des chantiers technologiques.

Quoi qu’il en soit, les entreprises qui peuvent compter sur une assise financière confortable pour investir et dont les décideurs sont sensibilisés au potentiel de l’IA devraient tirer leur épingle du jeu.

Les trois rôles attendus de l’Intelligence Artificielle dans le marketing B2B

L’IA doit dans un premier temps donner aux marketeurs les clés pour « faire parler la Data »… une tâche avec laquelle ils ont toujours du mal malgré le taux de pénétration élevé de l’analyse des données dans le B2B. Ensuite, l’IA est attendue sur le balisage des parcours client, particulièrement complexes dans le B2B. Enfin, et sur un volet plus stratégique, le gain de temps dans les tâches opérationnelles que permet l’automatisation alimentée par l’IA devrait permettre à l’entreprise d’allouer plus de temps aux actions de fidélisation et d’Upselling qui représentent le chemin le plus court pour doper le volume d’affaires. Explications…

#1 Outiller les marketeurs pour « faire parler la Data »

Dans la 7e édition de son « State of Marketing Report », Salesforce a mis en lumière une dichotomie intéressante. Certes, les marketeurs B2B collectent, chaque année, de plus en plus de données pour rationaliser leur prise de décision. Ils ont utilisé 12 sources différentes en 2021 contre 9 en 2020.

Mais cette augmentation quantitative ne s’accompagne pas forcément de l’amélioration des insights. En effet, moins d’un tiers des spécialistes marketing sondés se disent « pleinement satisfaits de leur capacité à utiliser la Data pour créer des expériences plus engageantes ». Même en isolant le « top-tier » des marketeurs, Salesforce note :

  • une insatisfaction prononcée (58 %) quant à la qualité de la data collectée ;
  • son caractère exhaustif (60 %) ;
  • son accessibilité (61 %).

Salesforce conclut son rapport par un constat cinglant. « Les marketeurs n’ont réalisé que des progrès marginaux, voire nuls, pour améliorer la qualité et la pertinence des données collectées en 2020 ». L’Intelligence Artificielle doit donc jouer son rôle dans le sourcing et surtout l’interprétation des données collectées. Les marketeurs et le top management doivent par ailleurs changer leur perception de l’IA. Cette dernière reste bien souvent cantonnée à des tâches répétitives basiques comme les chatbots du service client. Les cas où l’IA est parfaitement intégrée aux process, avec l’apport du Machine Learning, sont encore marginaux. La digitalisation du parcours d’achat B2B, exacerbée par la pandémie, devrait donc pousser les décideurs à remédier à cette problématique dans les cinq prochaines années. Il en va de leur compétitivité.

#2 Mieux baliser le parcours d’achat B2B

Selon une étude signée Gartner, les acheteurs B2B n’accordent désormais que 5 % du temps de leur parcours d’achat aux commerciaux. Par conséquent, l’entreprise doit « investiguer » pour baliser 95 % du parcours d’achat, avec une marge d’erreur importante qui favorise le tâtonnement. Ce constat, couplé à la collégialité croissante de la décision d’achat et à la digitalisation du comportement de l’acheteur, abonde dans le sens de l’innovation au service de la visibilité. En effet, comment mener à bien une stratégie Account-Based Marketing (ABM) lorsque l’on ignore 95 % du parcours d’achat de la cible ?

Là encore, l’Intelligence Artificielle est attendue sur la collecte, l’interprétation puis l’analyse prédictive pour cartographie le parcours d’achat de chaque cible. In fine, les marketeurs B2B doivent être en mesure d’identifier des modèles d’achat B2B clairs, y compris lorsqu’ils commercialisent des solutions complexes.

#3 Redonner à la fidélisation ses lettres de noblesse

Deux points d’analyse doivent être pris en compte :

  • Une étude signée Bain & Company explique qu’une hausse de 5 % du taux de fidélisation des clients peut booster le chiffre d’affaires de 25 à 95 %.
  • Une étude Salesforce explique que les commerciaux accordent seulement 20 % de leurs heures de travail à la conversion des clients. Le reste de leur temps est consacré à des tâches redondantes, répétitives et donc potentiellement automatisables.

L’Intelligence Artificielle, implémentée dans les règles de l’art et couplée à un stack technologique pertinent, permet de pousser l’automatisation encore plus loin pour soulager les commerciaux et les marketeurs. Le temps ainsi économisé pourra être alloué aux actions de fidélisation et d’Upselling auprès des clients existants. Plus largement, l’IA devrait permettre à l’entreprise de mieux rationaliser le temps de travail pour le réorienter vers des tâches à plus forte valeur ajoutée.

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..