L’intelligence artificielle (IA) sous les feux, les données sont l’atout marketing btob !

par | Mai 17, 2021 | | Data, Connaissance client, IA - Insights

L’intelligence artificielle btob (IA), nouvel atout marketing

L’intelligence artificielle btob (IA) est devenu le nouvel atout marketing qui exploite les besoins en contenus digitaux. Ceux-ci connaissent d’ailleurs une forte hausse comme 92% des responsables marketing et créatifs l’ont remarqué : [Etude 2021 State of Branding de Bynder]. Et pourtant, ce qui est annoncé comme une révolution, se déploie avec une lenteur étonnante.

Les internautes sèment quotidiennement, massivement leurs empreintes sur les moteurs de recherche, les réseaux sociaux, les sites marchands. Grâce à cette activité, les données abondent avec une quantité exponentielle.

Depuis une décennie, la connaissance des comportements des consommateurs bénéficie tout spécifiquement à la définition des stratégies marketing btob. Elle offre aux analystes une potentielle multitude de modèles prédictifs.

Seulement 7% des entreprises européennes se servent de l’intelligence artificielle. En exemple concret parmi d’autres, les systèmes de chatbot et d’agents virtuels.

Ils sont plus utilisés en Finlande à hauteur de 6%, alors que la France fait partie des derniers du classement, 1%.

Parmi les obstacles observés dans les entreprises, la première étape de la récolte des datas

Des outils de collectes présents mais non exploités

Les outils de collecte sont bien mis en place. Mais 85% des datas collectées que collectent les entreprises ne sont pas exploitées.

La nécessité impérieuse de compétences avérées, et d’outils performants pour établir un socle de data s’impose donc.

Pour les entreprises moins expérimentées, l’implémentation d’outils de tracking n’est pas répandue, contrairement aux entreprises plus professionnelles. Cette maturité de la gestion des données est intimement liée au nombre de salariés.

Ainsi 45 % des entreprises data-driven expérimentées ont plus de 100 salariés contre 20 salariés pour les 88 % à la traîne.

En ligne de mire, la récolte de la data est prévue à un taux de croissance annuel de 42,2% dans les deux prochaines années : [rapport de Seagate et d’IDC].

Par quels canaux récupérer les données ?

Ils sont multiples mais certains restent privilégiés.

Selon le niveau d’expérience des entreprises, les entreprises utilisent des formulaires de contact à 94 %, contre 49 % pour les moins formées.

L’e-mail conserve sa place de premier outil de communication. Cependant, pour les entreprises les plus aguerries, les canaux sont multipliés.

La difficulté s’incarne aussi dans le fait que les informations se retrouvent dans plusieurs formats et outils. C’est pourquoi, tous les départements d’une entreprise ne maîtrisent pas forcément ces derniers.

En effet, pour que ces données soient exploitables il faut les trier, les mettre à jour et les harmoniser :  voir article stratégie marketing data-driven. Cela nécessite des ressources, qui font souvent défaut, et avec des solutions spécifiques.

Au cœur de cette collecte, les notions de sécurité et de respect de la vie privée.

A chaque entreprise de fournir un cadre, et de délivrer une IA responsable. Ces dimensions sociales, de justice et équité, environnementales, sont celles qui nécéssitent le moins d’investissement.

La pandémie, les distanciations, ont induit une accélération des usages numériques

Des résultats encore faibles dans l’exploitation des données

En tête, le commerce en ligne, qui a fait un bond de cinq à dix ans en termes d’adoption. [Etude Adobe].

En conséquence, les marques découvrent un tout nouveau client, moins prévisible, avec de nouveaux parcours de recherche et d’achat.

Un des facteurs de réussite des services marketing repose sur la rapidité d’analyse et d’action en découlant; puisque le client est en attente d’une personnalisation de plus en plus affinée.

La plus-value de la data, est en premier lieu d’optimiser le niveau de satisfaction des besoins des consommateurs.

Or, 39% des directeurs marketing qui collectent des données massivement déclarent ne pas parvenir à les transformer en insights concrets. Et plus généralement, les deux tiers des entreprises interrogées n’arrivent pas à générer d’impact commercial à partir des données.

Mais comment envisager une intelligence artificielle améliorant le service client, si les data recueillies se cantonnent aux informations commerciales; si aussi elles se limitent aux indications financières, sans en intégrer les éléments marketing ?

La stratégie data doit être au service de la stratégie marketing, elle-même élaborée pour servir les objectifs prioritaires de l’entreprise.

La convergence de celles-ci, aura une inéluctable fonction de désilotisation des métiers. Opportunément, 84 % des DSI français estiment qu’une collaboration étroite avec les directeurs marketing favorise l’innovation.

Les freins dans l’intégration de l’intelligence artificielle btob en marketing 

Les principaux freins observés :

  • Les silos de données (54 %)
  • La fiabilité des données collectées (33 %)
  • Le refus des clients concernant l’exploitation de leurs données (22 %)

Ce dernier point semble être un argument peu résistant, puisque les français cultivent le paradoxe d’être bien connectés. Ceci étant sans trop se soucier de la destination de leurs données.
Plus globalement, avec la gouvernance de la data, 27 % des entreprises en France ont amélioré la personnalisation des services.

C’est sur ce point qu’il est essentiel de rappeler le rôle des dirigeants, pour parvenir à la performance de l’intelligence artificielle.

En effet, selon la vision, les ambitions poursuivies, voire la raison d’être de l’entreprise, initieront les lignes directrices des différentes étapes de production. Les résultats obtenus seront leurs meilleurs indicateurs.

Et si besoin est, réajuster ou $revoir les actions, pour correspondre aux principes de l’entreprise. C’est un processus reposant sur des itérations.

Intelligence artificielle btob : des datas scientist formés encore trop rares

Le constat depuis quelques années, notamment celui de Syntec Numérique, est d’actualité : on déplore le manque de candidats aux formations techniques.

Par conséquent, cela entraîne des difficultés de recrutement dans le monde informatique; les data scientist formés professionnellement sont rares.

L’écosystème devenant de plus en plus complexe, les dirigeants doivent désormais investir dans des processus plus solides. C’est ainsi que la culture de la donnée pourra se déployer.

Le contexte de plus en plus digital, corrélé avec l’inéluctable avancée de l’expérience client, poussera les marques à s’aligner. Pour ne pas engendrer des insatisfactions, augmentant le risque d’attrition de leur marché, il est impératif que les marques comblent l’écart entre les attentes des clients et les expériences qu’elles peuvent effectivement offrir.

[simple-author-box]

 

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..