L’intelligence artificielle (IA) sous les feux, les données sont l’atout marketing btob !

par | Mai 17, 2021 | | Data, Connaissance client, IA - Insights

L’intelligence artificielle btob (IA), nouvel atout marketing

L’intelligence artificielle btob (IA) est devenu le nouvel atout marketing qui exploite les besoins en contenus digitaux. Ceux-ci connaissent d’ailleurs une forte hausse comme 92% des responsables marketing et créatifs l’ont remarqué : [Etude 2021 State of Branding de Bynder]. Et pourtant, ce qui est annoncé comme une révolution, se déploie avec une lenteur étonnante.

Les internautes sèment quotidiennement, massivement leurs empreintes sur les moteurs de recherche, les réseaux sociaux, les sites marchands. Grâce à cette activité, les données abondent avec une quantité exponentielle.

Depuis une décennie, la connaissance des comportements des consommateurs bénéficie tout spécifiquement à la définition des stratégies marketing btob. Elle offre aux analystes une potentielle multitude de modèles prédictifs.

Seulement 7% des entreprises européennes se servent de l’intelligence artificielle. En exemple concret parmi d’autres, les systèmes de chatbot et d’agents virtuels.

Ils sont plus utilisés en Finlande à hauteur de 6%, alors que la France fait partie des derniers du classement, 1%.

Parmi les obstacles observés dans les entreprises, la première étape de la récolte des datas

Des outils de collectes présents mais non exploités

Les outils de collecte sont bien mis en place. Mais 85% des datas collectées que collectent les entreprises ne sont pas exploitées.

La nécessité impérieuse de compétences avérées, et d’outils performants pour établir un socle de data s’impose donc.

Pour les entreprises moins expérimentées, l’implémentation d’outils de tracking n’est pas répandue, contrairement aux entreprises plus professionnelles. Cette maturité de la gestion des données est intimement liée au nombre de salariés.

Ainsi 45 % des entreprises data-driven expérimentées ont plus de 100 salariés contre 20 salariés pour les 88 % à la traîne.

En ligne de mire, la récolte de la data est prévue à un taux de croissance annuel de 42,2% dans les deux prochaines années : [rapport de Seagate et d’IDC].

Par quels canaux récupérer les données ?

Ils sont multiples mais certains restent privilégiés.

Selon le niveau d’expérience des entreprises, les entreprises utilisent des formulaires de contact à 94 %, contre 49 % pour les moins formées.

L’e-mail conserve sa place de premier outil de communication. Cependant, pour les entreprises les plus aguerries, les canaux sont multipliés.

La difficulté s’incarne aussi dans le fait que les informations se retrouvent dans plusieurs formats et outils. C’est pourquoi, tous les départements d’une entreprise ne maîtrisent pas forcément ces derniers.

En effet, pour que ces données soient exploitables il faut les trier, les mettre à jour et les harmoniser :  voir article stratégie marketing data-driven. Cela nécessite des ressources, qui font souvent défaut, et avec des solutions spécifiques.

Au cœur de cette collecte, les notions de sécurité et de respect de la vie privée.

A chaque entreprise de fournir un cadre, et de délivrer une IA responsable. Ces dimensions sociales, de justice et équité, environnementales, sont celles qui nécéssitent le moins d’investissement.

La pandémie, les distanciations, ont induit une accélération des usages numériques

Des résultats encore faibles dans l’exploitation des données

En tête, le commerce en ligne, qui a fait un bond de cinq à dix ans en termes d’adoption. [Etude Adobe].

En conséquence, les marques découvrent un tout nouveau client, moins prévisible, avec de nouveaux parcours de recherche et d’achat.

Un des facteurs de réussite des services marketing repose sur la rapidité d’analyse et d’action en découlant; puisque le client est en attente d’une personnalisation de plus en plus affinée.

La plus-value de la data, est en premier lieu d’optimiser le niveau de satisfaction des besoins des consommateurs.

Or, 39% des directeurs marketing qui collectent des données massivement déclarent ne pas parvenir à les transformer en insights concrets. Et plus généralement, les deux tiers des entreprises interrogées n’arrivent pas à générer d’impact commercial à partir des données.

Mais comment envisager une intelligence artificielle améliorant le service client, si les data recueillies se cantonnent aux informations commerciales; si aussi elles se limitent aux indications financières, sans en intégrer les éléments marketing ?

La stratégie data doit être au service de la stratégie marketing, elle-même élaborée pour servir les objectifs prioritaires de l’entreprise.

La convergence de celles-ci, aura une inéluctable fonction de désilotisation des métiers. Opportunément, 84 % des DSI français estiment qu’une collaboration étroite avec les directeurs marketing favorise l’innovation.

Les freins dans l’intégration de l’intelligence artificielle btob en marketing 

Les principaux freins observés :

  • Les silos de données (54 %)
  • La fiabilité des données collectées (33 %)
  • Le refus des clients concernant l’exploitation de leurs données (22 %)

Ce dernier point semble être un argument peu résistant, puisque les français cultivent le paradoxe d’être bien connectés. Ceci étant sans trop se soucier de la destination de leurs données.
Plus globalement, avec la gouvernance de la data, 27 % des entreprises en France ont amélioré la personnalisation des services.

C’est sur ce point qu’il est essentiel de rappeler le rôle des dirigeants, pour parvenir à la performance de l’intelligence artificielle.

En effet, selon la vision, les ambitions poursuivies, voire la raison d’être de l’entreprise, initieront les lignes directrices des différentes étapes de production. Les résultats obtenus seront leurs meilleurs indicateurs.

Et si besoin est, réajuster ou $revoir les actions, pour correspondre aux principes de l’entreprise. C’est un processus reposant sur des itérations.

Intelligence artificielle btob : des datas scientist formés encore trop rares

Le constat depuis quelques années, notamment celui de Syntec Numérique, est d’actualité : on déplore le manque de candidats aux formations techniques.

Par conséquent, cela entraîne des difficultés de recrutement dans le monde informatique; les data scientist formés professionnellement sont rares.

L’écosystème devenant de plus en plus complexe, les dirigeants doivent désormais investir dans des processus plus solides. C’est ainsi que la culture de la donnée pourra se déployer.

Le contexte de plus en plus digital, corrélé avec l’inéluctable avancée de l’expérience client, poussera les marques à s’aligner. Pour ne pas engendrer des insatisfactions, augmentant le risque d’attrition de leur marché, il est impératif que les marques comblent l’écart entre les attentes des clients et les expériences qu’elles peuvent effectivement offrir.

[simple-author-box]

 

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..