illicado : retour en interview sur le succès de la carte cadeau multi-enseignes

par | Juin 18, 2021 | | Contenu, Influence, CX - Insights

Créé il y a 15 ans, illicado s’impose aujourd’hui comme le N°1 de la carte cadeau multi-enseignes en France. Avec plus de 28 000 entreprises clientes et 96% de clients satisfaits, l’entreprise est une success story à la française. BtoB Leaders a rencontré Julien Ducrocq, Directeur Régional et l’un des artisans de la réussite de la société.

Pouvez-vous revenir en quelques mots sur l’histoire d’illicado ?

illicado est une société qui a été fondée en 2006 par Patrick Grégoire, notre ancien président. A l’époque, les chèques cadeaux au format papier étaient en vogue. Il a pensé qu’une carte cadeau, un peu à l’image d’une carte bleue, serait beaucoup plus pratique pour les bénéficiaires tout en étant un support plus moderne pour les entreprises. Nous avons commencé à nous implanter sur le marché français via les Comités d’Entreprise (aujourd’hui Comités Sociaux et Economiques). En 2008, nous avons ensuite approché les directions d’entreprises pour les accompagner dans leurs opérations de motivation, fidélisation, challenge et toute autre mécanique d’incentive. illicado s’adresse également aux particuliers en étant présent en distribution dans des enseignes partenaires depuis 2010 pour des événements comme Noël, les anniversaires, etc.

illicado revendique une orientation client poussée. Comment cela se matérialise-t-il ?

Aujourd’hui, toutes nos promesses sont orientées client. Nous souhaitons transmettre l’ADN d’illicado et mettre le client au centre de la relation. Certes, toutes les sociétés le disent mais c’est une valeur fortement ancrée chez illicado. Nous disposons d’un commercial par secteur, nous n’avons pas de centrale d’appels et tous nos services sont basés en France afin de nous rapprocher de nos clients.

Dans un souci permanent d’améliorer le pouvoir d’achat de nos clients et de leurs bénéficiaires, nous souhaitons aussi devenir la marque qui crée de la bonne humeur à chaque fois que l’on est en contact avec elle. Cela se concrétise notamment par le bonheur des collaborateurs qui remportent une carte illicado suite à un challenge commercial par exemple.

Qu’est-ce qui fait la différence entre illicado et les autres acteurs de la carte cadeau ?

Si la majorité de nos concurrents proposent un service entièrement dématérialisé, illicado a en revanche dès le démarrage fait le choix de proposer une carte cadeau physique multi-enseignes. Il s’agit donc d’un vrai support que vous remettez en main propre pour un moment plus convivial et chaleureux. La carte cadeau est également un levier de business car l’offrir à son client ou son commercial, c’est créer une occasion business pour le premier et un incentive pour le second. La carte illicado est une opportunité supplémentaire de créer du lien, de socialiser surtout lorsqu’on ne s’est pas vu depuis un certain temps. Nous sommes aussi les seuls à proposer une carte cadeau personnalisable à l’image de nos clients, en faisant ainsi un vecteur de communication pour leur marque.

Cela ne veut pas dire que nous n’avons pas une vraie appétence pour la digitalisation des opérations. La Covid-19 a imposé le télétravail, l’accélération de la dématérialisation et le distanciel. illicado s’est adapté en proposant des solutions pour accompagner de manière digitale l’ensemble des opérations d’incentive à l’instar d’une plateforme cadeaux dématérialisée.

Qu’est-ce qui explique selon vous la réussite du concept illicado ?

Nous avons un taux de croissance à deux chiffres. La concurrence est rude mais elle est saine.

Plusieurs points expliquent notre succès. illicado a complètement cassé les codes sur un marché traditionnel. En effet, pendant très longtemps, nous étions habitués à voir des chèques papier d’un montant fixe de 10 € ou de 20 €. Le format est relativement frustrant à cause des problématiques d’appoint en caisse. Par exemple, un produit à 32 € nécessite 4 chèques de 10 €, soit une « perte potentielle » de 8 € car la monnaie n’est pas rendue en payant avec un chèque cadeau. Nous avons un peu balayé tout ça en optant pour un format de type carte bleue, dépensable au centime d’euro près.

Un deuxième facteur de succès est que notre carte fonctionne aussi sur le web. Les sites web de nos enseignes partenaires pèsent pour 25 % des achats des bénéficiaires. Même si ces derniers vont retourner en magasin après la pandémie, la part du web continuera à augmenter. Le fait de pouvoir utiliser notre carte directement en ligne présente donc un vrai avantage.

Vous parlez justement du contexte pandémique actuel. Selon vous, quel a été l’impact du Covid-19 sur la culture d’entreprise ? La démocratisation du télétravail n’est-elle pas de nature à la diluer ?

Je ne pense pas qu’il y ait un monde d’avant et un monde d’après. Chacun va reprendre ses habitudes tant sur le plan personnel que professionnel. Nous avons pour la majorité d’entre nous envie de retrouver des moments de convivialité de type Afterwork pour partager et échanger. Ce qui va changer, je pense, c’est cette relation à l’entreprise.

Nous nous sommes habitués au télétravail, à la flexibilité et à la visio. Les managers et les dirigeants d’entreprise vont devoir prendre en compte ces nouvelles habitudes de travail. Trouver le juste équilibre entre présentiel et télétravail sera certainement la clé de la stimulation et de la motivation des collaborateurs.

Je vous laisse le mot de la fin. Qu’avez-vous à dire aux décideurs qui lisent cette interview ?

J’ai envie de leur demander s’ils vont bien car il est important que tout le monde se porte bien. Ensuite, j’aimerais échanger physiquement avec eux. Lorsqu’ils mettront en place des opérations d’incentive, illicado sera disponible pour les accompagner et les conseiller.

Aujourd’hui, il n’est plus acceptable de lancer une opération d’incentive sans lendemain. Le but, c’est un partenariat gagnant/gagnant et ce mot a tout son sens à mes yeux. Il est primordial que tous les protagonistes y trouvent leur compte.

La volonté des décideurs, c’est de faire du chiffre, de performer sur leur secteur d’activité. La volonté d’illicado, c’est de les accompagner. Faisons en sorte que ces volontés se rejoignent.

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..