illicado : retour en interview sur le succès de la carte cadeau multi-enseignes

par | Juin 18, 2021 | | Contenu, Influence, CX - Insights

Créé il y a 15 ans, illicado s’impose aujourd’hui comme le N°1 de la carte cadeau multi-enseignes en France. Avec plus de 28 000 entreprises clientes et 96% de clients satisfaits, l’entreprise est une success story à la française. BtoB Leaders a rencontré Julien Ducrocq, Directeur Régional et l’un des artisans de la réussite de la société.

Pouvez-vous revenir en quelques mots sur l’histoire d’illicado ?

illicado est une société qui a été fondée en 2006 par Patrick Grégoire, notre ancien président. A l’époque, les chèques cadeaux au format papier étaient en vogue. Il a pensé qu’une carte cadeau, un peu à l’image d’une carte bleue, serait beaucoup plus pratique pour les bénéficiaires tout en étant un support plus moderne pour les entreprises. Nous avons commencé à nous implanter sur le marché français via les Comités d’Entreprise (aujourd’hui Comités Sociaux et Economiques). En 2008, nous avons ensuite approché les directions d’entreprises pour les accompagner dans leurs opérations de motivation, fidélisation, challenge et toute autre mécanique d’incentive. illicado s’adresse également aux particuliers en étant présent en distribution dans des enseignes partenaires depuis 2010 pour des événements comme Noël, les anniversaires, etc.

illicado revendique une orientation client poussée. Comment cela se matérialise-t-il ?

Aujourd’hui, toutes nos promesses sont orientées client. Nous souhaitons transmettre l’ADN d’illicado et mettre le client au centre de la relation. Certes, toutes les sociétés le disent mais c’est une valeur fortement ancrée chez illicado. Nous disposons d’un commercial par secteur, nous n’avons pas de centrale d’appels et tous nos services sont basés en France afin de nous rapprocher de nos clients.

Dans un souci permanent d’améliorer le pouvoir d’achat de nos clients et de leurs bénéficiaires, nous souhaitons aussi devenir la marque qui crée de la bonne humeur à chaque fois que l’on est en contact avec elle. Cela se concrétise notamment par le bonheur des collaborateurs qui remportent une carte illicado suite à un challenge commercial par exemple.

Qu’est-ce qui fait la différence entre illicado et les autres acteurs de la carte cadeau ?

Si la majorité de nos concurrents proposent un service entièrement dématérialisé, illicado a en revanche dès le démarrage fait le choix de proposer une carte cadeau physique multi-enseignes. Il s’agit donc d’un vrai support que vous remettez en main propre pour un moment plus convivial et chaleureux. La carte cadeau est également un levier de business car l’offrir à son client ou son commercial, c’est créer une occasion business pour le premier et un incentive pour le second. La carte illicado est une opportunité supplémentaire de créer du lien, de socialiser surtout lorsqu’on ne s’est pas vu depuis un certain temps. Nous sommes aussi les seuls à proposer une carte cadeau personnalisable à l’image de nos clients, en faisant ainsi un vecteur de communication pour leur marque.

Cela ne veut pas dire que nous n’avons pas une vraie appétence pour la digitalisation des opérations. La Covid-19 a imposé le télétravail, l’accélération de la dématérialisation et le distanciel. illicado s’est adapté en proposant des solutions pour accompagner de manière digitale l’ensemble des opérations d’incentive à l’instar d’une plateforme cadeaux dématérialisée.

Qu’est-ce qui explique selon vous la réussite du concept illicado ?

Nous avons un taux de croissance à deux chiffres. La concurrence est rude mais elle est saine.

Plusieurs points expliquent notre succès. illicado a complètement cassé les codes sur un marché traditionnel. En effet, pendant très longtemps, nous étions habitués à voir des chèques papier d’un montant fixe de 10 € ou de 20 €. Le format est relativement frustrant à cause des problématiques d’appoint en caisse. Par exemple, un produit à 32 € nécessite 4 chèques de 10 €, soit une « perte potentielle » de 8 € car la monnaie n’est pas rendue en payant avec un chèque cadeau. Nous avons un peu balayé tout ça en optant pour un format de type carte bleue, dépensable au centime d’euro près.

Un deuxième facteur de succès est que notre carte fonctionne aussi sur le web. Les sites web de nos enseignes partenaires pèsent pour 25 % des achats des bénéficiaires. Même si ces derniers vont retourner en magasin après la pandémie, la part du web continuera à augmenter. Le fait de pouvoir utiliser notre carte directement en ligne présente donc un vrai avantage.

Vous parlez justement du contexte pandémique actuel. Selon vous, quel a été l’impact du Covid-19 sur la culture d’entreprise ? La démocratisation du télétravail n’est-elle pas de nature à la diluer ?

Je ne pense pas qu’il y ait un monde d’avant et un monde d’après. Chacun va reprendre ses habitudes tant sur le plan personnel que professionnel. Nous avons pour la majorité d’entre nous envie de retrouver des moments de convivialité de type Afterwork pour partager et échanger. Ce qui va changer, je pense, c’est cette relation à l’entreprise.

Nous nous sommes habitués au télétravail, à la flexibilité et à la visio. Les managers et les dirigeants d’entreprise vont devoir prendre en compte ces nouvelles habitudes de travail. Trouver le juste équilibre entre présentiel et télétravail sera certainement la clé de la stimulation et de la motivation des collaborateurs.

Je vous laisse le mot de la fin. Qu’avez-vous à dire aux décideurs qui lisent cette interview ?

J’ai envie de leur demander s’ils vont bien car il est important que tout le monde se porte bien. Ensuite, j’aimerais échanger physiquement avec eux. Lorsqu’ils mettront en place des opérations d’incentive, illicado sera disponible pour les accompagner et les conseiller.

Aujourd’hui, il n’est plus acceptable de lancer une opération d’incentive sans lendemain. Le but, c’est un partenariat gagnant/gagnant et ce mot a tout son sens à mes yeux. Il est primordial que tous les protagonistes y trouvent leur compte.

La volonté des décideurs, c’est de faire du chiffre, de performer sur leur secteur d’activité. La volonté d’illicado, c’est de les accompagner. Faisons en sorte que ces volontés se rejoignent.

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..