La Business School forme les commerciaux BtoB

par | Mai 7, 2021 | | Vente et Management commercial - Interviews

La Business School forme les commerciaux btob pour les entreprises en recherche active de compétence

Depuis son ouverture le 1er avril, la Business School redonne les lettres de noblesse au métier de commercial. Cette école inclusive apporte une formation gagnante aux jeunes candidats et aux entreprises en recherche de compétence. Interview de Evelyne Platnic-Cohen, fondatrice et dirigeante de Booster Academy et The Artist Academy et Laure Morgant, Directrice de la Business School.

Quel est le concept de la Business School ?

Laure Morgant : Notre école propose des formations 100% en alternance, adaptées aux différents secteurs de la vente : BtoB, conseils, retail… L’objectif est d’offrir à nos étudiants, la possibilité de valider un titre RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles) niveau 6, soit l’équivalent d’une licence dans les métiers du commerce et de vente.

Toutes nos formations s’effectuent à distance depuis chez eux. Nos élèves sont 4 jours par semaine en entreprise et 1 en cours. Cette volonté inclusive constitue inéluctablement notre ligne directrice. Chacun doit pouvoir suivre sa formation n’importe où, sans avoir de frais de loyers ou de charges à gérer.

Nous n’avons pas d’examen d’entrée. Nous acceptons les candidats ayant un Bac +2 ou un Bac avec deux années d’expérience professionnelle commerciale. Notre dispositif intègre une VAE avant le début de la formation. Il suffit de trouver son alternance et de montrer sa détermination à obtenir un contrat.

Nous avons beaucoup d’étudiants en province, en Corse, et sur le territoire d’Outre-Mer qui s’intéressent à nos formations. En seulement 1 mois, nous enregistrons plus de 300 candidatures.

La Business School est une source pour les entreprises en recherche d’alternants.
Nous leurs donnons la possibilité de nous envoyer leurs candidats afin d’évaluer leurs compétences.

Que présentez-vous aux candidats ?

Evelyne Platnic-Cohen : Une véritable force pour un secteur qui recrute depuis toujours ! Il n’y a pratiquement aucune école qui s’est positionnée sur la formation de vrais commerciaux. Pourtant, plus de 50% des entreprises françaises cherchent des profils motivés. Aujourd’hui, il y a des centaines de milliers de postes disponible sur le marché.

Nous avons uni deux entités pour apporter le meilleur à nos élèves. Médiaschool est une référence dans la création d’écoles. Ils ont un savoir-faire inégalable dans la mise en place de pédagogie, dans le processus de suivi, et dans le nombre de diplômés. Booster Academy valorise le métier de la vente et forme des commerciaux dans le monde entier, que ce soit pour des starts-up que pour des grandes entreprises. Cette alliance apporte un souffle sur un métier laissé à l’abandon !

Quel message souhaitez-vous donner aux jeunes ?

EPC : Un commercial ne sera jamais sans emploi ! C’est vous qui choisissez la meilleure entreprise. De plus, un bon commercial a rapidement une vie confortable. Un candidat ne prend aucun risque en se lançant dans notre métier. Les compétences acquièrent avec nous lui serviront dans son quotidien : négociation de contrat, recherche d’emploi, obtention de prêts.

LM : Nous sommes présents pour donner rapidement les clés du succès. Nous avons un réel accompagnement individuel avec chaque candidat. On refait les CV. On travaille ensemble sur les lettres de motivation. On valide conjointement le projet et les potentielles entreprises qui conviennent à leur personnalité. Nous optimisons en amont toutes les chances de réussite.

La promotion de la Business School est parrainé par deux leaders emblématiques : Virgine Bordey, Directrice Commerciale de TF1 et Gérard Jamin, Directeur Général du groupe Adecco. Nos deux experts ont un vrai rôle auprès d’eux pour développer leurs réseaux.
Notre but est de les pousser vers la recherche d’information et d’ouvrir de nouvelles perspectives pour leur avenir.

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..