La chronique « opérationnelle » du BtoB Summit : cap sur les 5 tendances du B2B en 2022

par | Nov 17, 2021 | | ABM & LeadGen - Insights

Hybridation de l’événementiel B2B, omniprésence du smartphone dans l’opérationnel, « blend » de l’Humain et du digital dans un parcours d’achat omnicanal, exit la communication corporate et la langue de bois, émergence de critères « éthiques » dans la prise de décision… Dans cette dernière chronique avant la 9e édition du BtoB Summit, la rédaction revient sur les tendances opérationnelles du B2B en 2022. C’est parti !

 

#1 L’hybridation des événements est partie pour rester

En 2020, la pandémie a mis sous cloche l’écrasante majorité des événements en présentiels. Dans l’urgence, les organisateurs ont migré vers le virtuel, avec des événements organisés tant bien que mal sur des outils de visioconférence ou de webinaire… lorsqu’ils n’étaient pas simplement annulés. Avec l’amélioration de la situation épidémiologique et le retour aux affaires, les professionnels ont plébiscité les événements en face-to-face pour renouer avec le contact humain. Cette appétence pour les échanges en présentiel a d’ailleurs rythmée l’édition 2021 des Rencontres Internationales du Marketing. Pour autant, l’événement hybride ne sera pas relégué aux oubliettes. En effet, nous devrions assister à une hybridation croissante de l’événementiel B2B, avec des événements organisés en présentiel mais dont la portée est démultipliée par l’outil digital. Plusieurs avantages à cela :

  • Maximiser l’audience, en combinant les invités présents et ceux qui ne peuvent pas faire le déplacement ;
  • Collecter de la Data sur place et en ligne ;
  • Booster la notoriété de l’événement, de son organisateur et de ses participants ;
  • S’affranchir des contraintes géographiques pour donner la parole à des personnalités situées à l’autre bout du monde ;
  • Réduire les coûts de revient de l’événementiel…

Chiffre clé : The Future of Events Report de ON24 révèle que 74 % des marketeurs B2B prévoient des événements hybrides en 2022.

A lire également sur BtoB Leaders : Nos comptes rendus des Workshops des RIM#2021

 

#2 Mobile-first, ou l’omniprésence du smartphone dans l’achat B2B

L’omniprésence du mobile dans le parcours d’achat et, plus largement, les échanges B2B, se nourrissent de plusieurs facteurs du macroenvironnement :

  • En France comme dans le monde, le trafic internet via mobile dépasse désormais la navigation via ordinateur (57 % sur mobile en 2020). Le point de bascule a eu lieu en 2015 – 2016 ;
  • Selon le Global Trade Mag, 70 % des acheteurs et décideurs B2B préfèrent désormais des interactions en ligne avec les fournisseurs potentiels. Par construction, le mobile devrait accaparer la part du lion dans ces échanges.
  • Nous l’avons vu dans les différentes études relayées sur BtoB Leaders : les acheteurs B2B exigent désormais une expérience client à la B2C. L’omnicanal, l’immédiat (messagerie instantanée) et le ludique caracolent en tête de leurs préférences. Le mobile a donc une place de choix dans ce mix digital.

Chiffre clé : selon Smart Insights, 80 % des acheteurs B2B utilisent leur smartphone pour des raisons professionnelles (hors appels téléphoniques). La même étude montre que le mobile a joué « un rôle important » dans 60 % des achats B2B.

#3 Humain et numérique : l’avenir appartient à ceux qui sauront « doser »

La transformation numérique accélérée par la pandémie a donné du fil à retordre à ceux qui pratiquent un B2B vintage… mais aussi aux décideurs plus portés vers le digital. Selon CIO Dive, 70 % des entreprises B2B n’ont pas encore réalisé le plein potentiel de leur transition numérique. Selon la même étude, un tiers des « échecs » serait attribué au « comportement de la direction » qui manquerait de leadership mais aussi à la résistance au changement exprimée par certaines équipes. Rappelons ici que les entreprises B2B dotées de capacités numériques supérieures à la moyenne affichent des coûts opérationnels inférieurs de 40 à 60 % en comparaison avec les autres (McKinsey).

Attention : la numérisation absolue, sans nuance et sans subtilité, n’est pas forcément la marche à suivre. Un rapport B2B Trends révèle que les champions du B2B ont misé sur un savant dosage entre les points de contact « humains » et la fulgurance numérique dans un parcours client hybride, cohérent et dynamique. La touche humaine interviendrait vraisemblablement vers les phases avancées de l’entonnoir, à l’exception des comptes à fort potentiel ciblés en ABM.

Chiffre clé : les entreprises B2B dotées de capacités numériques supérieures à la moyenne du secteur réduisent leurs coûts opérationnels de 40 à 60 %.

 

#4 Exit la communication corporate et la langue de bois

L’arrivée des milléniaux dans les postes de décision impose un shift dans la communication, notamment au niveau de la forme. Ces derniers sont désensibilisés aux superlatifs, à la langue de bois et aux formules creuses que l’on retrouve parfois dans la communication institutionnelle. Exposés à la publicité en ligne depuis leur plus jeune âge, les milléniaux ne sont plus réceptifs à la grandiloquence et aux buzzwords. Ils attendent des indicateurs de performance, un discours clair et intelligent mais aussi une forme audacieuse et percutante. Le B2B va devoir se mettre à l’art de la punchline. Comme l’explique une étude LinkedIn – Edelman relayée par BtoB Leaders, 87 % des acheteurs estiment qu’un contenu peut être à la fois facile à consommer et intellectuellement rigoureux.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’alignement avec les préférences de communication des milléniaux est un préalable indispensable à la compétitivité. Une étude Lead Forensics a en effet expliqué que près de 8 acheteurs milléniaux sur 10 se disent influencés par les réseaux sociaux au moment de la prise de décision. Aussi, 62 % d’entre eux affirment être plus enclins à acheter après des entreprises qui communiquent avec eux en ligne. Plus d’audace dans la forme donc, mais aussi dans la « logistique » (immédiateté dans la communication avec le Live Chat et le Chatbot notamment).

Chiffre clé : 59 % des décideurs B2B conviennent que la communication des collaborateurs sur LinkedIn est un excellent indicateur des capacités et du savoir-faire d’une entreprise, bien plus que sa communication marketing (LinkedIn – Edelman).

#5 Le branding B2B doit travailler l’ « épaisseur » de l’entreprise

Près de 90 % des milléniaux qui évoluent dans le B2B estiment que la performance au sens économique n’est pas le seul indicateur de réussite (Deloitte). Pour cette nouvelle génération qui affiche de fortes convictions, d’autres facteurs « éthiques » entrent en jeu :

  • 60 % des milléniaux sondés estiment que la satisfaction des employés est un critère de choix aussi important que l’offre de biens et de services ;
  • Environ 51 % des sondés définissent le succès par la « loyauté », l’ « éthique », la « confiance », l’ « intégrité » et l’ « honnêteté ».

Dans le même sens, une étude Forrester explique que la grande majorité des milléniaux (80 %) préfèrent acheter auprès des entreprises qui déploient « une vision claire » et qui « portent des valeurs fortes ». En somme, les entreprises qui affichent une belle proposition de valeur mais qui manquent d’épaisseur sur l’aspect des valeurs peuvent être boudées par les milléniaux.

Chiffre clé : 80 % des milléniaux préfèrent acheter auprès d’entreprises affichant une vision claire et portant des valeurs fortes.

Les tendances du B2B à l’honneur du BtoB Summit 2021 !

Ces tendances majeures seront largement discutées à l’occasion des Tables Rondes, Business Cases et Master Classes de la 9e édition du BtoB Summit. Rendez-vous donc ce jeudi 18 novembre 2021 dans l’enceinte légendaire du Parc des Princes pour dresser les contours du B2B d’aujourd’hui et de demain.

 

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..