La Data de mauvaise qualité et les lacunes analytiques brident la compétitivité du B2B

par | Mai 4, 2022 | | ABM & LeadGen - Chronique hebdo, Data, Connaissance client, IA - Chronique hebdo

Lorsqu’il s’agit de documenter les difficultés du marketing à s’approprier le levier de la Data, les études se suivent et se ressemblent. Conséquence : un effet domino qui touche les efforts de personnalisation, les campagnes ABM et l’impératif de personnalisation.

La Data collectée tous azimuts pour prévenir le « syndrome FOMO »

Selon cette étude de Gartner, les entreprises qui ne disposent pas d’un cadre d’opérationnalisation de l’analyse des données d’ici 2024 accuseront un retard d’au moins deux ans sur l’ensemble de leurs initiatives tactiques (moyen terme) et stratégiques (long terme). Dans un contexte marqué par une concurrence intense, un allongement des cycles de vente et l’émergence du super-acheteur B2B, ce retard sera synonyme d’une perte de compétitivité majeure.

En miroir, une étude réalisée par McKinsey explique que les entreprises qui mobilisent l’analytique dans une approche systémique au service de la performance Sales et marketing ont 1,5 fois plus de chances d’atteindre des taux de croissance supérieurs à la moyenne de leur marché. A bien des égards, la performance des marketeurs devient intiment liée à la qualité de la Data collectée, à la pertinence des analyses déployées et à la capacité du management à intégrer ces insights dans la prise de décision.

Une fois que l’on a dit cela, la réalité du terrain s’impose avec son lot de contretemps, de frictions et de points d’inefficacité. Comme l’explique l’étude McKinsey, nous assistons de plus en plus à l’émergence d’un phénomène de « sur-Data », avec des entreprises qui lancent un filet de pêche pour capturer tout ce qu’elles peuvent, sans discriminer la Data utile du magma de données qui alimente l’ère de l’infobésité. Cette tendance à surcompenser les lacunes Data par une collecte tous azimuts s’explique sans doute par le syndrome de Fear Of Missing Out ou FOMO (littéralement peur de passer à côté). Ce flux de données entrantes sans filtre relève davantage d’une motivation de se donner bonne conscience que d’une quelconque stratégie de connaissance client.

« Nous savons tous que la multiplication de la Data n’est pas nécessairement synonyme de meilleurs insights… cela peut même causer davantage de frictions pour vos équipes Sales et Marketing, mais aussi pour le client tout au long de son parcours d’achat », explique Cindy Chao, Directrice du marketing produit chez Salesforce.

 

BtoB Summit 2022

L’effet domino des lacunes analytiques…

Ce mindset de surcompensation vient se greffer au manque de ressources en interne pour mettre les bâtons dans les roues des marketeurs souhaitant activer le levier de la Data. Parce que l’analyse des données intervient en amont de la prise de décision, les lacunes en la matière viennent impacter toute une cascade d’actions Sales et Marketing : expérience client, programmes d’Account-Based Marketing (ABM), alignement Sales et Marketing, etc.

D’ailleurs, les études qui ont documenté les difficultés des équipes marketing sur le volet de l’analyse des données sont pléthore. Voici une petite synthèse…

#1 L’étude Experian au sujet de l’impact de la Data sur l’expérience client (CX)

Selon une étude réalisée par Experian (et résumée ici par BtoB Leaders), près de 40 % des marketeurs estiment que la mauvaise qualité de la Data est un obstacle majeur à l’expérience d’achat et à l’effort de personnalisation exigé par les acheteurs B2B. Aussi, 42 % des professionnels interrogés affirment que la mauvaise qualité des données collectées entraîne un gaspillage de ressources et une exacerbation des coûts cachés.

Dans un contexte où les offres sont de moins en moins différenciées et où les prix finissent souvent par l’aligner, l’expérience client s’impose comme un avantage compétitif majeur. C’est pourquoi 97 % des entreprises prévoient de revoir leur stack technologique Data et leurs capacités internes à traiter les données dans les 12 prochains mois.

#2 L’étude Openrise au sujet de l’impact de la Data sur l’ABM

Dans son étude « RevOps Reality Check », Openrise explique que les marketeurs B2B sont confrontés à de nombreux défis dans l’exécution de leur programme d’Account-Based Marketing. Là encore, le « manque de confiance envers la qualité de la Data collectée » constitue un frein majeur au succès de l’ABM pour un quart des marketeurs sondés. « La Data approximative et de mauvaise qualité est la première cause d’échec des campagnes ABM », peut-on lire dans le rapport.

Il suffit en effet d’un biais analytique pour cibler un prospect hors marché. Résultat : la machine de l’hyper-personnalisation est lancée pour un compte qui ne signera probablement jamais. La mauvaise qualité de la Data peut également conduire à l’omission d’un compte cible à grande valeur avec un manque à gagner substantiel. Rappelons que 61 % des entreprises ont augmenté la priorité budgétaire de l’ABM au cours des 12 derniers mois.

Les marketeurs B2B sondés épinglent également le manque d’expertise en interne et l’absence d’intérêt pour l’ABM de la part des collaborateurs et des supérieurs. Sur une note plus positive, l’ABM Benchmark Survey explique que l’Account-Based Marketing répond aux attentes des directions générales (53 %) ou les dépassent (22 %).

#3 L’étude DemandGen sur l’impact de la Data sur le ciblage

Plus de 70 % des marketeurs B2B estiment que les informations de contact de leurs bases de données sont obsolètes, et 64 % n’ont ni le temps ni les ressources nécessaires pour les actualiser. C’est la principale conclusion de l’étude « What’s Working in Database Strategies » réalisée par DemandGen. Cette obsolescence impacte directement la qualité du ciblage et les efforts de personnalisation du contenu, générant là encore un manque de compétitivité flagrant.

Pour conclure…

Ces préoccupations sur la qualité des données collectées se traduisent par un engouement sans précédent pour les Customer Data Platforms (CDP). Comme l’explique cette étude signée Tealium, plus de 70 % des marketeurs qui utilisent une CDP affirment avoir obtenu un ROI positif dans les 6 mois suivant son implémentation. Ce pourcentage monte à 96 % après 12 mois… un véritable plébiscite. A la semaine prochaine !

 

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on peut parler de digitalisation massive des métiers au travers de la multiplication de solutions ad hoc… à tel point que l’on parle désormais de « marketing stack » à toutes les étapes...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..